Éducation nationale :


Les examens du BAC avant la Coupe du monde

L’horloge de l’Algérie doit-elle s’arrêter sur l’événement de la Coupe du monde ? Est-il logique qu’un Etat opte pour le réaménagement de la date de l’examen du baccalauréat en raison d’une compétition internationale de football à laquelle participent 32 pays ?

C’est malheureusement le cas chez nous : le ministère de l’Education nationale est en train de réfléchir sur l’éventualité d’avancer ou de reporter la date des épreuves du baccalauréat, prévues pour le 13 juin prochain. Lors d’une réunion de concertation tenue, hier, au siège du ministère avec six représentants des syndicats du secteur de l’éducation, Boubekeur Benbouzid n’a pas écarté cette éventualité. Ils arguent que compte tenu de la coïncidence de la date de l’examen du baccalauréat avec le premier match de la sélection nationale de football dans le cadre de la phase finale de la Coupe du monde en Afrique du Sud, son département engagera des discussions avec les différents partenaires, à savoir les syndicats et les associations de parents d’élèves, en vue de trouver des solutions qui évitent aux élèves de vivre cet événement national important pendant la période d’examen décisif. Néanmoins, si au niveau du ministère l’on accuse les syndicats d’être derrière cette idée, du côté des organisations syndicales, c’est l’incompréhension. « Nous ne comprenons pas l’attitude du ministère. Où est le rapport entre les joutes pour la Coupe du monde et les épreuves du baccalauréat ? Les candidats doivent se concentrer sur leurs cours », a soutenu un syndicaliste, qui pense que la décision de changer la date du bac, qui est un examen national, émane d’en haut. Pour sa part, M. Mériane qualifie d’« insensé » le fait de chambouler le calendrier du bac à cause d’une compétition internationale.

« L’Algérie doit-elle régler sa montre à l’heure de cette compétition ? Pour moi c’est une manière de faire oublier les véritables problèmes qui se posent sur le terrain », a-t-il fulminé. Notre interlocuteur fait remarquer que si le bac est avancé, les programmes seront revus à la baisse puisque l’année scolaire sera amputée de quelques semaines et s’il sera reporté ce sont les corrections qui accuseront un retard... S’agissant du calendrier de rattrapage des cours non dispensés durant les trois semaines de la grève déclenchée par les syndicats autonomes, ministère et syndicats se sont mis d’accord sur la nécessité d’appliquer le programme de rattrapage dans des conditions normales, sans recours ni à la précipitation ni au bourrage. En outre, les syndicats présents à cette réunion ont fait des propositions abondant dans le même sens. Des suggestions qui ont été approuvées par le ministre de tutelle.

A cet effet, il été donc décidé que la journée du samedi et l’après-midi du mardi ne seront pas utilisées pour le rattrapage et que les vacances seront maintenues, à l’exception des quatre premiers jours du congé d’hiver qui seront consacrés aux compositions du premier trimestre pour les classes de terminale. « Nous avons proposé, pour rattraper le retard accusé dans les cours, pour les élèves de terminale, d’exploiter les vacances d’hiver pour les consacrer non pas au rattrapage des cours, mais pour faire les examens », a souligné un syndicaliste, qui explique que pour les autres paliers, la date des compositions n’a pas encore été arrêtée et que les cours seront rééchelonnés sur toute l’année. Le report des compositions du premier trimestre pour toutes les classes de terminale a, d’ores et déjà, selon le ministre, permis de rattraper une semaine de cours et il y aura également l’exploitation de deux jours de la seconde période des vacances d’hiver (du 11 au 16 février) et deux autres jours de la seconde période des vacances de printemps (du 29 avril au 4 mai 2010) afin de rattraper l’ensemble des cours perdus.

Par ailleurs, M. Benbouzid a précisé que le recours aux cours de soutien et aux cours surveillés demeurera « facultatif », ajoutant qu’ils n’ont rien à voir avec le rattrapage des cours non dispensés en raison de la grève. Les établissements ouvriront leurs portes aux élèves à partir de 17h, a-t-il précisé. Notons que dans certaines wilayas, les directeurs des établissements scolaires ont autorisé les enseignants à dispenser les cours les samedis et mardis après-midi afin de rattraper le temps perdu. A la question de savoir s’il a donné instruction dans ce sens, le ministre répond, à l’adresse des syndicats, que « certains directeurs d’établissements ne font qu’à leur tête » !

EL WATAN

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

December 2017
M T W T F S S
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31