Hadj Adlène : «En finale, je supporterai la JSK»

«J’ai connu Matoub l’homme, avant de le connaître en tant qu’artiste, il savait motiver les joueurs et leur éviter la pression»

Hadj Adlène : «En finale, je supporterai la JSK»Vous avez inscrit le but en finale de la Coupe d’Algérie en 94 face à l’ASAM, quel souvenir en gardez-vous ?
Ce fut un grand moment de joie pour tous les joueurs ainsi que la JSK. C’est vrai que j’étais l’auteur de l’unique but de la rencontre, néamoins le mérite revenait également à tous les joueurs et les membres du staff technique de l’époque.

Que vous rappelle-t-il ce match ?
En toute franchise, la finale jouée en 1994 me fait rappeler de bons souvenirs. On a affronté une équipe de l’AS Aïn Milila qui avait joué sa première finale de son histoire, le match fut donc très difficile. Pour notre part, nous avons réalisé une grande saison et nous n’étions pas loin de réaliser le doublé. On était déterminés à remporter la coupe et conserver le trophée sachant que l’année d’avant, l’édition de l’épreuve populaire suite ne s’était pas jouée, à cause des événements qu’a connus le pays. Je garde aussi un autre souvenir.

Lequel ?
Avant d’atteindre le dernier tour, on a affronté la formation de l’USMB. On a arraché notre qualification aux penalties, la partie s’étant achevée sur un score de parité. J’ai raté un penallty qui pouvait nous qualifier, toutefois, le gardien de but Omar Hamenad a été pour beaucoup dans notre qualification. Ce jour-là, je lui ai promis de me racheter en finale. Chose promise chose due, j’ai marqué l’unique but en finale.

Votre but a été très contesté par l’équipe adverse pour une soi-disant position de hors-jeu, quel est votre commentaire ?
Pour bien éclairer les choses, je vous assure que je n’étais pas en position de hors-jeu. Moussouni l’était peut-être, lui qui avait récupéré le ballon de notre défenseur Aziz Benhamlat.

Quel est votre meilleur but durant votre carrière footballistique ?
Sincèrement, j’ai marqué beaucoup de beaux buts, le nombre dépasse peut-être les 320 dont certains avaient leur pesant d’or. Toutefois, je me rappelle d’un but très important que j’ai marqué lors de la phase des poules face à une équipe du Zimbabwé, un but qui nous a qualifiés au tour suivant de la compétition.

Il y a aussi un autre but marqué de belle manière face à Boufarik…
Exactement, ce fut la saison où je portais les couleurs de l’USMA. On a affronté l’équipe de Boufarik en demi-finale. Le match était très disputé avec un excellent gardien de but de Boufarik, en l’occurrence Mahrez que j’ai réussi à tromper à la 120’. Heureusement d’ailleurs que j’ai marqué avant les tirs au but, car Mahrez allait sortir le grand jeu.

En parlant de votre ex-club, la JSK des années 90, le défunt artiste Matoub est directement associé à la JSK, lui qui a été très proche de vous les joueurs, qu’avez-vous à dire de lui ?
Vous me rappelez une grande personne que je considère comme un symbole de la région de Kabylie. Effectivement, il était très proche de la JSK. Matoub nous accompagnait dans tous nos déplacements. En plus d’être un grand supporter, il était également un connaisseur en football.

Tout le monde s’accorde à dire qu’il n’a jamais raté l’occasion de motiver les joueurs, notamment lors des rendez-vous importants…
Avant de connaître Matoub en tant qu’artiste, j’ai eu la chance de connaître l’homme qu’il était. Il était très proche des joueurs et avait sa manière propre à lui de nous motiver et surtout nous éloigner de la pression. Il nous chantait et nous parlait d’autres choses autres que le foot, nous racontait des  anecdotes. D’ailleurs, même son domicile était devenu un lieu de pèlerinage pour tous les joueurs.

Il est certain que vous écoutez ses chansons, quelle est celle que vous préférez ?
Il est difficile de choisir parmi ses belles chansons. Pour moi, c’était un grand artiste et un poète au sens propre du terme.

Votre ancien coéquipier, Moussouni, a affirmé que d’anciens joueurs vont rencontrer les joueurs, avant la finale face au MCA, êtes-vous d’accord avec cette initiative ?
Personnellement, je trouve que c’est une bonne initiative. Je serai très honoré de me rendre à Tizi Ouzou pour rencontrer les joueurs et les motiver. La JSK a réalisé une bonne saison et les joueurs ont besoin de soutien. Je vous informe que je suis toujours en contact avec les dirigeants notamment les membres du staff, en l’occurrence Aït Djoudi, Karouf et Hamenad avec lesquels j’entretiens d’excellentes relations.

Quels sont les conseils que vous donneriez aux joueurs, en votre qualité d’ancien cadre de la JSK ?
Si j’ai une chose à dire aux joueurs, c’est que la finale ne se joue pas, elle se gagne. Aussi, le jour J, les joueurs doivent rester concentrés.

On comprend que vous serez aux côtés de la JSK, n’est-ce pas ?
Franchement lors de cette finale, je serai sur un plateau comme consultant et je garderai toute ma neutralité, mais si on me demandera quelle équipe je supporterai, je répondrai la JSK.

Comment se présente, selon vous, cette finale JSK-MCA ?
Tout d’abord, c’est un match historique entre les deux finalistes. C’est un match très difficile qui se jouera sur un petit détail.

Quel est votre pronostic ?
Il est difficile d’avancer le moindre pronostic dans ce genre de match. Une chose est sûre, le MCA cherchera à prendre sa revanche, sachant qu’elle a aussi perdu le trophée la saison dernière. Pour moi, l’équipe qui sera la mieux préparée sur le plan psychologique gagnera la coupe.
 

Le Buteur  

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

November 2017
M T W T F S S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3