Tamazight, un combat de tout un peuple.

Tamazight, un combat de tout un peuple.Nous nous apprêtons à commémorer, pour le 25 Juin prochain, le 15ème anniversaire de la cruelle disparition de Matoub Lounes. Artiste engagé, Matoub est aussi le symbole d'une résistance mémoriale dont la détermination, le courage et le franc parlé sont atypiques. Ce militant infatigable de Tamazight, de la laïcité et de l’égalité des sexes n'est qu'un fils d'un peuple en révolution permanente, d’un peuple qui mène une lutte millénaire recèlent une liste innombrable de ses enfants militants et martyres de diverses causes aussi justes que dignes qui nous rappellent que la victoire n’est pas dans un futur proche.

En ce moment une initiative qui consiste à établir une liste regroupant les noms de tous et toutes les militant(e)s (morts ou encore en vie) circule sur internet. Son promoteur Mr MEDJBER Smail est un grand militant de la cause amazighe et de la démocratie qui a été détenu, pour son engagement, dans les geôles du pouvoir algérien durant les années soixante-dix.

Considérant qu’une telle initiative, aussi amplie de bonnes intentions, nécessite un débat où différents avis seront donnés sur une question qui relève de notre mémoire commune, donc de notre histoire collective, cela afin de lever tout équivoque et éviter les incertitudes. Ma présente intervention se veut justement être une contribution à ce débat d’où jaillira j’ose espérer plus de lumière sur des pans cachés de l’histoire de notre peuple amazigh.

En effet, une liste des militants et martyres de tamazight requiert une réflexion avant de la concevoir. Si on ne doit jamais oublier ni cesser d’honorer la mémoire des nôtres et surtout ne pas renier à leurs idéaux qui demeureront éternellement les nôtres, je trouve toutefois que l’introduction de personnes, aussi militantes qu’elles soient, pendant qu’elles soient encore en vie, donc susceptibles de renier, de trahir ou de commettre une quelconque erreur qui serait préjudiciable à nos nobles cause et combat est pour le moins osée. D’ailleurs un de nos proverbes dit : « Urchikir alvad alama yimuth » (On fait jamais l’éloge  d’une personne en son vivant). Je peux vous citer à l’occasion quelques exemples de « malheureuses » personnes qui de bon ou mal gré ont tourné le dos à nos idéaux pour se consacrer à de vilaines besognes sous l’autorité d’un pouvoir dictatorial. Ces personnes-là n’ont malheureusement pas résisté aux chants des sirènes du pouvoir et à ses tentations malsaines, comme disait Kateb Yacine : « Certains militants ont résisté à la torture mais n'ont pu résister aux attraits de la luxure et de l'argent facile ». L’actuelle ministre de la culture ‘’déculturée’’, illustre ce genre de personnes qui, pour des raisons qui la regarde, se trouve aujourd’hui dans le camp des persécuteurs de nos langue et culture.  Matoub Lounes se retournera dans sa tombe, lui qui a fait son éloge dans son dernier album ! Si l’on revient à la période coloniale et de la lutte menée pour notre indépendance, Messali El-hadj fait cas d’école!

Pour ce qui est de la liste, il est dit qu’elle doit contenir tous les militantes et militantes qui se sont sacrifiés pour notre juste cause. Si c’est vraiment le cas, je vous interpelle de bien vouloir insérer dedans le nom d’un grand militant dont le sacrifice pour tamazight, la démocratie et pour plus de justice dans notre pays. Un défenseur de tamazight qui est reconnu par des personnes dont le nom figure dans votre liste même. Ce militant infatigable et dévoué n’est autre que OUAHIOUNE Djaffer, un des animateurs du printemps 80 à Tizi-ouzou et à Alger. Il était l’ami et le camarade de lutte de Hend Saidi(1), Ferhat Mehenni, Ramdane Hakem(2), Aknine Arab... pour ne citer que ceux qui sont encore de ce monde.

Djaffer est issu du village Tassaft Ouguemoune. Bien qu’il eût été militant d’une mouvance politique, et qu’il ne partageant certes pas les mêmes idées politiques avec tout le monde, personne ne peut nier sa forte conviction et surtout sa sacralisation de Tamazight. C’est lui qui nous a initié au tifinagh, à apprendre notre véritable histoire. Djaffer était un enseignant des mathématiques qui offrait des livres d’histoire et de littérature aux jeunes du village pour les éveiller, les initier à la lecture, à l’universalisme, à l’altruisme... Dans mon cas, je garde toujours le livre de poche des poèmes de Bachir El-Hadj Ali (car il connaissait mon courant politique) ou encore celui d’Amar Ouerdane « La question berbère ». Il faisait circuler les revues « Tafsut », les cassettes de Mohia et d’Imazighen Imoula, interdites de diffusion à l’époque...

Il fut un de ces persécutés par le pouvoir central d’Alger. Tout le monde se souvient encore au village de la 504 noire et des gars en son sein (figures de la terreur) qui ne sont autres que des agents de la sinistre SM qui lui courait derrière durant les années de plomb. Lui et Mustapha BACHA ont résisté à la main de fer du parti unique. Ils sont notre fierté, nos références sur le plan de la lutte identitaire et démocratique, sans oublier bien sûr notre ainé Dda Amar At-Hamuda. Ils demeureront nos repères pour la continuité de la défense des causes justes, car c’est grâce à eux et à tamazight qu’on a appris l’ABC du militantisme et qu’on a été plongé dans la lutte pour toutes les causes justes.

Ceci dit, il serait réducteur, par ailleurs, de limiter un combat plusieurs fois millénaire en une liste contenant une centaine de gens. Une cause aussi noble que tamazight est menée par tout un peuple qui triomphera un jour, j’en suis sûr, sur l’ensemble du territoire de Tamazgha (l’Afrique du nord). Il serait à mon avis judicieux de déclarer comme les Vietnamiens que le Peuple est le seul martyre après sa révolution. Tout un chacun a apporté et apporte, dans la mesure de son possible, un tant soit peu à notre chère cause, ajoutant ainsi sa propre pierre à notre édifice démocratico-amazigh.
Je continuerai à croire que « Tamazight thehwaj akw arraw-is » (Tamazight a besoin de tous ses enfants). Tout ça reste un point de vue.

Khelifa Hareb,
Montréal, le 10 Juin 2013.


(1) http://www.centerblog.net/journal-intime/23279-439167-djaffar-ouahioune
(2) http://algerienquestions.over-blog.net/article-ouahioune-djaffar-ou-l-affirmation-de-l-algerie-algerienne-52957290.html
 

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

November 2017
M T W T F S S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3