Commémoration à partir du 12 mars

Centenaire de la naissance de Mouloud Feraoun

Commémoration à partir du 12 mars
Centenaire de la naissance de Mouloud FeraounLe centenaire de la naissance de l’écrivain Mouloud Feraoun (1913-2013) sera commémoré à Alger et à Tizi Ouzou du 12 au 18 mars, apprend-on, samedi, de Ali Feraoun, président de la Fondation éponyme, organisatrice de l’évènement.

Le programme débutera le 12 mars par une journée d’étude consacrée à l’œuvre du romancier à l’Ecole normale supérieure de Bouzaréah (Alger), alors qu’un recueillement sur sa tombe au cimetière de Tizi Hibel (Tizi Ouzou) est prévu le 15 mars, jour de l’assassinat de Feraoun par l’OAS en 1962.

Le Théâtre régional Kateb Yacine de Tizi Ouzou présentera l’après midi de la même journée La Terre et le sang, une pièce tirée du célèbre roman de Mouloud Feraoun, adaptée par Mohamed Zamèche et mise en scène par Hama Meliani.

De son côté, la maison de la Culture de Tizi Ouzou abritera, jusqu’au  18 mars, une exposition de photographies inédites ainsi que des conférences sur la vie et le parcours littéraire de l’écrivain.

L’Association culturelle El Kalima rendra hommage au romancier le 16 mars au centre culturel Azzeddine-Medjoubi à Alger, alors que le 18 mars la bibliothèque Mouloud-Feraoun (Alger) a choisi de programmer une journée d’étude sur l’œuvre de l’écrivain à l’occasion du centenaire de sa naissance.

Le Palais de la culture d’Alger sera ouvert, de son côté, à une exposition et une conférence dédiée à Mouloud Feraoun.

Le Contraire de l’amour, un monologue tiré du Journal de Mouloud Feraoun, adapté et mis en scène par le Français, Dominique Lurcel, sera en tournée dans une dizaine de villes en Algérie à partir de mai prochain, indique par ailleurs la Fondation Feraoun.

Mouloud Feraoun a été assassiné le 15 mars 1962 à El Biar (Alger) avec cinq de ses compagnons (Ali Hamoutène, Salah Ould Aoudia, Marcel Basset, Robert Eymard, Max Marchand), tous dirigeants des centres sociaux éducatifs (CSE), à quatre jours de l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, à quelques mois de l’indépendance de l’Algérie.

Il a publié cinq livres : Le Fils du pauvre (1950), La Terre et le sang  (1953), Jours de Kabylie (1954), Les Chemins qui montent (1957) et Les Poèmes de Si Mohand (1960).

Le Journal 1955-1962 publié en 1962,  Lettres à ses amis (1969),  L’Anniversaire (1972) et La Cité des roses en 2007 Mouloud Feraoun, ont été publiés à titre posthume.

Les Débats 

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

December 2017
M T W T F S S
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31