MARCHER POUR LA PAIX ET LA NON-VIOLENCE DANS LE MONDE

Marche Mondiale pour la paix et la non violence.« Les hommes, depuis des années maintenant, ont parlé de la guerre et de la paix.  Mais maintenant, ils ne peuvent plus juste en parler. Ce n'est plus un choix entre la violence et la non-violence dans ce monde ; c'est un choix entre la non-violence et la non-existence.» Martin Luther King

Une Marche Mondiale Pour la Paix et la Non Violence, partira de Wellington en Nouvelle Zélande, le 2 octobre 2009, date anniversaire de la naissance de Gandhi et déclarée “Journée Internationale de la Non-violence” par les Nations Unies. La Marche se terminera dans la Cordillère des Andes (Punta de Vacas, Aconcagua, Argentine) le 2 janvier 2010. La Marche Mondiale est une initiative de Monde Sans Guerres, organisation qui agit depuis 15 ans en faveur du pacifisme et de la non-violence.

Mais que représentent quinze années pour la paix et la non violence, ou même un siècle, lorsque l’on sait que depuis la nuit des temps, l’histoire de l’humanité est, en fait, l’histoires des guerres que les hommes se sont acharnées à se faire pour la conquête du pouvoir, de territoires et d’incalculables richesses ; ou, et parfois dans le même temps, la prééminence d’un religion ou d’une idéologie. L’histoire foisonne d’exemples pour illustrer cet inusable paradigme de la domination et de l’exploitation d’hommes par d’autres hommes, de classes par d’autres classes qu’il est inutile d’enfoncer des portes ouvertes.

Un rêve à la dimension de l’homme

Mais pendant que les dominants taillaient le monde en pièces et le colonisaient sous différentes formes, d’autres hommes continuaient à croire en un monde sans violences, et à y travailler au détriment, souvent, de leurs vies. Car de tous temps les hommes, et notamment depuis le développement accéléré des sciences et des techniques, ont été de grands rêveurs. C’est d’ailleurs parce que les hommes rêvent que le monde bouge, se secoue et avance ; pas toujours dans le bon sens il faut le concéder, avec l’invention d’ armes nucléaires, de destruction massive et d’agressions irresponsables de l’environnement et de la biodiversité.

La planète est en flammes, au propre et au figuré. La planète est sur point d’exploser, parce les forces du mal sont infiniment plus puissantes matériellement que les forces de l’esprit créateur et de l’amour des autres. Et malgré ces forces colossales de destruction massive, des femmes et des hommes poursuivent un rêve millénaire : s’aimer et se respecter les uns les autres, au lieu de se déchirer et de se détruire. Ils rêvent d’un monde égal où la parole des uns équivaudrait à celle des autres. Où il n’y aurait ni riches, ni pauvres, ni maîtres ni esclaves. D’un monde où il n’y aurait plus de chefs sanguinaires, de dictateurs et de tortionnaires ; où la femme, égale de l’homme, serait, selon la parole du poète, l’avenir de l’humanité entière.

Un monde sans exploitation, sans marchandages ni marchandisation ; où l’homme, loin d’être un loup pour l’homme, serait son frère attentif et solidaire. Un monde sans voleurs, ni proxénètes, sans corrupteurs ni corrompus, où les richesses appartenant à tous, seraient également partagées.

Car, depuis toujours, femmes et hommes, excédées par les guerres, les ravages et les destructions, les larmes, les rapts d’âmes et d’enfants ont rêvé d’un monde de paix, sans violence ni injustice. Notre pays en sait quelque chose lui qui continue à être déchiré par la violence, le terrorisme et l’intolérance.

C’est pour ce rêve, que certains qualifieront d’utopique, que des hommes, des femmes et des enfants, assoiffés de paix, vont se mettre en marche, à travers les cinq continents et plus de quatre vingt dix pays. Ils se mettront en marche afin que ce rêve insensé prenne forme, ébranle les consciences et soit partagé par femmes, hommes, jeunes et enfants, brisés et écœurés par la violence aveugle que les aigles assoiffés de pouvoir et d’argent n’ont cessé de déployer pour briser les ailes des colombes et des rameaux de l’olivier.

Le monde de la real politik

Face à ce rêve immense, à l’envergure planétaire, d’un monde sans guerre ni violence, s’élève la voix des incrédules et des réalistes – les faiseurs de realpolitik et les fossoyeurs du monde – pour rappeler, à juste titre, qu’Israël se moque des Nations Unies et de ce monde de songe creux qui va se mettre en marche. Qu’Israël se prépare à attaquer l’Iran et en faire un deuxième Irak, sans que personne ne bouge pour arrêter l’holocauste telle que perpétrée déjà à Ghaza, détruite sans rémission ni état d’âme. Que l’Egypte de Moubarak leur ouvrira le canal de Suez pour aller jusqu’au bout de l’ignominie. Comment les enfants de la Shoah peuvent-ils assumer un tel stade de cruauté, eux qui ont souffert le martyre au siècle dernier.

Ils rappelleront aussi, que les Etats Unis de Bush ont détruit l’Irak et ce qu’il restait de sa civilisation ; et que ceux d’Obama s’apprêtent à en faire de même en Afghanistan, qui deviendrait un deuxième Vietnam, en plein 21°siècle. Que les guerres civiles, les guerres de sectes et de religion continuent à faire rage dans tous les coins de la planète. Que la violence sous mille et une formes, et contre les maillons les plus faibles et les plus vulnérables de la population, les femmes, les enfants et les jeunes, ne cesse de ravager des vies et des familles. Que la fraternité, l’égalité, la démocratie et la justice sociale inscrites au fronton de bon nombre d’édifices publics demeurent le plus souvent lettres mortes. Que les puissants de ce monde tout en faisant de beaux discours dans lesquels ronflent tous ces mots qui, dans leurs bouches, ne leurrent plus personne, poursuivent leur quête du pouvoir et le pillage des richesses du Tiers et du Quart Monde, le plus souvent avec la complicité des élites nationales. Se rendant compte depuis longtemps que le pétrole noir devra être remplacé par le « pétrole gris » des synapses, ils se sont mis à piller sans vergogne, une richesse durable, les cerveaux agiles et créateurs des enfants de nos peuples asservis.

Des hommes exemplaires

Toutefois, continuer à penser ainsi c’est se vouer à un effroyable désespoir et occulter le fait que le monde a changé depuis un siècle et que nous sommes entrés dans une ère nouvelle. C’est considérer que les guerres et la violence sont inéluctables et que rien ne pourra changer, alors que tout change incroyablement vite. C’est oublier les luttes et les sacrifices de celles et ceux qui ont opposé au racisme, à la haine, à la violence d’Etat, la force morale de la non violence « l’ahimsa » de Bouddha et de Ghandi ; la force  de la compassion et de l’amour au lieu de la volonté de puissance et de domination précipitant des peuples entiers dans le malheur. Comment oublier que le Mahatma Ghandi et le pasteur Martin Luther King, tous deux assassinés par des fanatiques, ont ouvert la voie de la non violence au Monde. Comment oublier que l’un et l’autre ont marché comme le Bouddha a marché il y trois mille ans, pour aller jusqu’au bout de leurs rêves et de leurs luttes. Ghandi pour l’indépendance de l’Inde et Luther King pour la liberté et le dignité de sa communauté. Et qu’à la fin de  la marche de Ghandi, il y eut Nehru, Premier Ministre de l’Inde indépendante et, au bout de celle de Martin Luther King, il y eut Barak Hussein Obama, Président des Etats Unis d’Amérique. Nous n’oublierons pas le combat mené par Nelson Mandela qui mit fin à l’apartheid et accéda à la Présidence de l’Afrique du Sud, après un quart de siècle de détention.

Nouvelles valeurs et nouveau paradigme

C’est de l’exemple de ces hommes que va se nourrir la Marche Mondiale pour la paix et la non violence, valeurs du monde nouveau qui s’ouvre avec ce troisième millénaire dont plusieurs penseurs ont affirmé qu’il verrait le triomphe progressif des « valeurs féminines » : l’intuition, la solidarité, l’équilibre, la justice, la générosité face aux martiales valeurs masculines de compétition, de force, d’autorité, de domination et de violence ayant mené la planète au chaos de deux guerres mondiales. Un monde nouveau s’annonce, devant redonner aux peuples, par transitions successives, la souveraineté vampirisée par des politiciens plus soucieux de leurs intérêts, de ceux de leurs parrains et de leurs commanditaires, que de l’intérêt général.

Le peuple doit trouver seul les voies de sa libération et de son bonheur et inventer d’autres modes de production et de consommation que ceux en train de mener le monde à sa ruine. Car comme le disait, au XVI° siècle, Etienne de la Boetie, dans son Discours de la Servitude volontaire, « Soiés résolus de ne servir plus, et vous voilà libres ! », après avoir démonté les mécanismes de la domination : hiérarchie, contrôle social et idéologique qui tissent les chaines de la servitude, volontaire ou imposée.

Comme lors de l’invasion de l’Irak où quatorze millions d’êtres humains, interconnectés par le cerveau planétaire d’Internet, ont crié leur opposition à une guerre injuste, la société civile planétaire sera en marche durant trois mois, du 2 Octobre 2009 au 2 janvier 2010. Chaque acteur, chaque participant démontera sa claire conscience de l’enjeu : le monde est à l’orée d’un nouveau paradigme, où la violence et la force perdront la place qu’ils y occupent actuellement, et où l’éducation deviendra un défi planétaire. Car c’est à l’école que doit commencer l’éducation à la Paix et à la Non Violence. C’est la raison pour laquelle nous pensons que les enfants aussi ont le droit de participer, à leur manière, et aux côtés de leurs enseignants à cette Marche qui ne doit pas s’arrêter au 02 janvier 2010, mais continuer sous d’autres formes et de manière durable, jusqu’à ce qu’advienne ce dont rêvait Frantz Fanon. La naissance de cette intelligence planétaire «  Fuyons, camarades, ce mouvement immobile où la dialectique, petit à petit, s’est muée en logique de l’équilibre. Reprenons la question de l’homme. Reprenons la question de la réalité cérébrale, de la masse cérébrale de toute l’humanité dont il faut multiplier les connexions, diversifier les réseaux et réhumaniser les messages. »  et plus loin « Non. Nous ne voulons rattraper personne. Mais nous voulons marcher tout le temps, la nuit et le jour, en compagnie de l’homme, de tous les hommes. »

C’est là, de mon point de vue, le sens profond, humaniste, fraternel et pacifique de cette Marche Mondiale, la marche de femmes et d’hommes clairvoyants et responsables, pour la paix et la non violence.

PS – Un Collectif Algérie avec des membres à Alger, Constantine, Bejaia et Oran est actuellement en activité et prépare la participation de l’Algérie à la Marche Mondiale. Que celles et ceux qui veulent s’y joindre écrivent à

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou http://www.theworldmarch.org/index.php?lang=fra

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

October 2017
M T W T F S S
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5