Omar Rebrab, DG de Cevital Automotive : « L’usine Renault, c’est zéro intérêt pour l’Algérie ! »

Omar Rebrab, DG de Cevital Automotive : « L’usine Renault, c’est zéro intérêt pour l’Algérie ! »Omar Rebrab, P-DG de Hyundai Algérie (©Larbi Tensaouti)

Omar Rebrab est le Directeur général du pôle Automotive & Services du groupe Cevital. Il est le représentant du constructeur coréen Hyundai et de l’italien Fiat en Algérie. L’entreprise qu’il dirige est sur le point de signer un partenariat avec la marque italienne en vue de l’installation d’une usine de montage dans le pays. Omar Rebrab revient sur la crise qui frappe le marché automobile et sur les divers projets industriels en cours notamment. Entretien.

Les importations ont été débloquées, notamment pour les marques françaises et allemandes. Avez-vous pu ouvrir de nouvelles lettres de crédit ?

Vous appelez cela un déblocage ? Non, nous n’avons toujours pas pu ouvrir de lettre de crédit. Pour ma part, ce n’est pas débloqué. Par exemple, j’ai voulu importer des engins de travaux publics, on nous a dit « pas encore ». On ne sait plus sur quel pied danser. Pour les voitures, on nous dit d’importer une unité de chaque modèle. Ce n’est pas encore clair.

On devait se réunir cette semaine avec le ministère de l’Industrie mais ça a été reporté à une date ultérieure. Nous ne savons pas pourquoi. Donc non, ce n’est pas encore officiellement débloqué .

Les ventes de véhicules sont en chute libre. Dans quelle mesure êtes-vous (Hyundai et Fiat) affectés ?

Oui, le marché est en train de chuter. Aujourd’hui nous sommes en train de « racler les fonds de tiroirs ». C’est évident que Fiat est affectée. Nous sommes affectés au même titre que les autres. Hyundai aussi, nous ne faisons plus les mêmes volumes, mais Dieu merci, nous avons encore un peu de stock (17 000 véhicules). Au rythme actuel des ventes, l’on tiendrait 6 mois.

Quand peut-on espérer un réel déblocage ? Et combien de temps avant que la situation rentre dans l’ordre ? Le président de l’AC2A parle de 6 mois…

Pour le déblocage, on est dans le flou, on ne sait pas. C’est au ministère qu’il faut poser cette question.

Mais en cas de déblocage, à partir du moment où vous [le concessionnaire, NDLR] avez votre facture pro-forma, vous allez à la banque pour ouvrir une lettre de crédit. Ensuite, le véhicule échantillon arrive au bout de 3 mois. Il faut une quinzaine de jours pour l’homologuer. Après, il faut de nouveau ouvrir une autre lettre de crédit : de nouveau 3 mois pour la livraison, plus le temps du dédouanement… Vous avez 7 mois ! Vous, aujourd’hui, vous me dites que vous voulez commander telle voiture, je ne pourrais vous la livrer (peut-être !) que dans 7 mois. Et tous les concessionnaires sans exception sont dans la même situation.

Peut-on parler de favoritisme envers les concessionnaires étrangers, notamment français ? Ressentez-vous une différence de traitement ?

Il n’y a que le président de l’AC2A qui pourra vous le dire. Personnellement, je n’ai pas l’information. Il y a des rumeurs, mais est-ce vrai ou faux ? Je ne peux pas vous le confirmer. Entre ressentir et la réalité, ce sont deux choses différentes. Mais en tant que personne, oui, j’ai entendu certains concessionnaires se plaindre. Par exemple, M. Eulmi de Sovac a dû faire appel à la diplomatie allemande pour faire bouger les choses. En ce qui le concerne, car il a senti une injustice.

Mais l’on a vu dans les chiffres de l’AC2A que les concessionnaires français s’en sortent mieux. Peugeot a même réussi à augmenter ses ventes de 6%. Comment l’expliquez-vous ?

Vous savez très bien que nous sommes 4 ou 5 concessionnaires à avoir importé des véhicules et constituer des stocks avant que la Loi de finance complémentaire ne tombe. C’est ce qui nous permet de tenir et faire la soudure.

D’autres n’ont pas anticipé. Et à court-terme, certains concessionnaires sont menacés, les risques sont énormes : on met des gens à la porte, il y a des risques de faillite. Certains vont mettre « la clef sous le paillasson. »

Êtes-vous prêt à faire intervenir, vous aussi, la diplomatie coréenne ou italienne ?

Si je vois que… Bien sûr, je serais obligé, que voulez-vous que je fasse ? Il faut bien que je défende les marques que je représente.

Les concessionnaires doivent déposer un nouveau dossier d’agrément avant le 12 février. Y a-t-il un risque de blocage par un non-renouvellement par le ministère ?

Si. On va voir. Nous le verrons bien sur le terrain. De notre côté, nous sommes prêts. Mais encore une fois, nous dépendons du ministère.

De nombreuses taxes sur le secteur automobile ont été introduites entre la LFC 15 et l’avant-projet de LF 16 : TVN, vignette, TPP, TVA, TCI… Est-ce une nouvelle menace pour le secteur ?

Ce n’est pas une nouvelle menace. Le marché va simplement s’autoréguler de cette façon. Si les droits de douanes, les taxes augmentent pour tout le monde.

Mais sachez qu’entre avril et aujourd’hui, uniquement à cause de la baisse du dinar et les équipements supplémentaires obligatoires, les prix des véhicules ont augmenté de 30%. La petite voiture d’entrée de gamme qui coûtait 1 million de dinar va coûter 1,3 millions… Et ce n’est pas fini, car la dévaluation du dinar va se poursuivre. Les banquiers prévoient que le dollar va arriver à 120 dinars et l’euro à 130 dinars d’ici la fin de l’année. C’est énorme !

Les concessionnaires sont tenus d’investir dans des projets industriels. Les conditions sont-elles plus claires ?

Nous voulons investir, mais notre partenaire Hyundai ne veut pas. On a attiré leur attention. Je vais retourner en Corée pour les relancer. Mais ce sont eux les plus grands perdants, car si l’on n’investit pas, l’activité devra s’arrêter…

Mais les conditions ne sont pas claires. On est dans le flou total ! On ne sait pas si on doit investir dans le montage, la pièce de rechange ou autre. Mais si c’est cela qu’ils appellent investir, pour ma part je n’ai aucun problème, nous fabriquons déjà des remorques etc. Nous avons demandé si chaque société doit investir ou si c’est le groupe et l’on nous a répondu que c’est le groupe. Dans ce cas, nous, Cevital, sommes en plein dedans. Mais rien n’est écrit noir sur blanc, ce n’est pas clair.

Quels sont les projets de votre groupe ?

Nous allons résolument vers la production. Vous savez que le groupe Cevital active dans le verre plat pour le secteur du bâtiment. Nous avons l’intention de nous orienter aussi vers le verre pour l’automobile. On vient d’acquérir une usine d’aciers spéciaux en Italie. Nous faisons déjà quelques pièces de rechange pour le secteur, par exemple pour les lames de ressort de camions, entre autres. Nous pouvons très bien faire la partie carrosserie.

Nous avons également un projet de montage de bus, pour lequel nous sommes bien avancés avec deux partenaires. On attend de pouvoir présenter le projet au ministère pour finaliser. En somme, le groupe n’est pas né hier. Nous sommes présents dans divers secteurs et celui de l’automobile ne nous fait pas peur.

Vous avez un projet majeur d’alliance industrielle, avec deux autres concessionnaires (Sovac et Hasnaoui). Où en est-on ? Est-ce viable ?

Pour notre part, c’est toujours d’actualité mais le problème qui se pose est qu’il y a un problème de communication entre nous et le ministère de l’Industrie et des Mines. Il n’y a pas de vis-à-vis.  Nous demandons des audiences mais on ne nous reçoit pas… Comment voulez-vous que l’on avance sur cela.

Allez-vous demander les mêmes avantages que Renault et Peugeot ?

Pourquoi voudriez-vous que je demande plus, ou moins ? Bien sûr que je demande la même chose. Nous devons être sur le même pied d’égalité que les autres investisseurs, qu’ils soient algériens ou étrangers. Je ne demande pas que l’on nous offre mieux. Mais je n’accepte pas non plus que l’on me propose moins.

Si Renault ne paye pas de TVA, de droits de douanes ou d’impôts, pourquoi je devrais payer, moi ? Ce serait de la concurrence déloyale. Mais si on me met sur un pied d’égalité, je suis quelqu’un qui fonce. Nous avons des partenaires et c’est avec eux que nous serons compétitifs.

Pour le développement d’une industrie automobile, est-ce plus judicieux d’aller vers la PDR ou le montage…

Je vais vous expliquer… Ce que fait Renault aujourd’hui, je vous pose la question : où est l’intérêt de l’Algérie ? Zéro intérêt pour l’Algérie. Combien d’emplois ont-ils créé à Oran ? Pourtant, une voiture, si vous la désossez, vous avez des millions de référence [pièces, NDLR]. Une seule référence, c’est une entreprise. Et une entreprise, c’est minimum 50 emplois.

Mais aujourd’hui, toutes les références sont fabriquées à l’étranger, on les importe et on les boulonne ici. Dites-moi où est l’intérêt de l’Algérie là-dedans ? Où est la valeur ajoutée pour l’Algérie ? Où est la technologie pour l’Algérie ? Où sont les brevets de l’Algérie ? Rien !

Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. C’est une honte que l’on ne fabrique même pas le consommable, comme les plaquettes de frein, les filtres, la câblerie… Il y a beaucoup de petites choses que nous pouvons faire, mais nous importons tout à 100%. Poussons les concessionnaires à investir dans la pièce de rechange (PDR) et vous allez voir que le marché va se faire tout seul.

Vous savez que Peugeot a une filière qui fabrique de la PDR. Ils n’ont pas voulu venir investir en Algérie. Ils préfèrent venir faire du « boulonnage ».

Le choix de Hydra, un quartier huppé de la capitale pour l’implantation de vos nouveaux showrooms, n’est pas fortuit. Hyundai opère donc une montée en gamme ?

Effectivement. Dans le monde de l’automobile, on ne gagne pas sa vie uniquement grâce à la vente de voitures. Il y a aussi le service après-vente, la qualité de service ou la disponibilité de la pièce de rechange par exemple. Il y a plus de 5 millions de véhicules en circulation, le marché va continuer à consommer de la PDR etc., malgré une baisse des ventes. Il faut que l’on soit plus proches des clients et plus agressifs [vis-à-vis de la concurrence, NDLR] en termes de services.

TSA 

 

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

November 2017
M T W T F S S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3