Du coq à l’âne

 La Dépêche de Kabylie 15/10/2007

Il fait chaud en octobre et il n’y a rien à boire en ville. L’Aid assoiffe son monde pour lui apprendre ce qu’est une vraie fête en lui montrant précisément ce qu’elle n’est pas. Les taxis font des courses folles en affolant le prix des courses et en appuyant sur la pédale de droite. Il fait chaud en ce beau dimanche d’octobre qui ressemble affreusement à un horrible vendredi de juillet.

 

Il n’y a pas de femmes dehors parce qu’elles sont à la maison ou dans les taxis. Les premières attendent les secondes en leur préparant à manger, parce que samedi, c’était le contraire, les secondes ayant attendu les premières. Il y a une drôle d’ambiance ce dimanche à Alger. La circulation est miraculeusement fluide pour un jour où tout le monde est censé se déplacer pour rendre visite à la famille. Un taxi clandestin extra-lucide a trouvé l’explication. En dépit de son excédent d’intelligence, son analyse, comme ses conclusions, sont d’une extrême simplicité : les visites de l’Aid sont composées de deux équipes interchangeables.
Il y a ceux qui se déplacent et ceux qui ne peuvent pas se déplacer parce qu’ils sont obligés d’attendre patiemment à la maison l’arrivée de ceux qui se déplacent. Comme ces équipes sont donc interchangeables, cette année il y a plus de femmes et d’hommes qui ont choisi de rester à la maison, ce qui explique qu’il y a très peu de monde à se bousculer à la gare routière ou se mettre à la chasse au taxi, juste un peu plus périlleuse que la chasse au tigre.

Ces conclusions pessimistes expliquent le manque de tension sur les outils de voyage, sans tempérer l’optimisme des taxieurs qui, affolés par les prévisions défaitistes de leur collègue clandestin ont vite trouvé la parade. La méthode est aussi simple que l’analyse et les conclusions du taxi informel, mais la solution préconisée a fait appel à une vieille théorie, celle de la compensation de la quantité par la qualité. Il n’y a pas assez de monde à déplacer pour affoler le prix des courses ? Il faut les récompenser en en faisant des clients haut de gamme. C’est par tête de pipe qu’ils vont payer, histoire de personnaliser les factures et les débarrasser de l’humiliante globalisation des années passées. Comme on ne se déplace presque jamais seul dans les visites familiales de l’Aid, vous imaginez le résultat. Quant aux incurables voyageurs solitaires, eh bien, ils ne seront pas seuls puisque la vieille théorie de la compensation va les " jumeler " à d’autres.
Plus on est de fous, plus les courses sont folles. Avec ou sans l’écrasement de la pédale de droite.

P.- S : C’est la der. Ces deux lettres me rappellent chaque jour le Parti socialiste français et comme je ne suis pas masochiste , j’ai décidé de m’en séparer, sans état d’âme. Je reprends une formule que j’ai déjà utilisée dans un autre espace, surtout qu’elle rend mieux le sens de cette greffe. Désormais ce sera donc " Du coq à l’âne ".

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

par S. L.

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

November 2017
M T W T F S S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3