Une jeunesse algérienne

 La Tribune 23/10/2007

Avant l’accession à l’indépendance, l’écrasante majorité de la jeunesse du pays, c’est-à-dire de tous ceux qui passaient de l’enfance à l’âge adulte sans autre forme de procès, avait le choix entre les métiers précaires (cireurs, portefaix, marchands ambulants…), l’exil ou le maquis.

L’Algérie indépendante, avec le recouvrement de ses richesses naturelles, a vite fait de promettre l’eldorado à chaque citoyen au temps des riches et nobles idéaux du socialisme spécifique. La suite, tout le monde la connaît. Les plus malins, en fait ceux qui n’avaient ni scrupule ni attache réelle avec la révolution, ont bâti des fortunes colossales qui n’ont rien à envier à celles des anciens maîtres de l’époque coloniale.

A l’aube du XXIe siècle, que sont devenus les mots d’ordre dont on a gavé plusieurs générations sinon des slogans d’un autre âge ? Les révoltes des années 1980, les émeutes d’octobre 1988, la décennie sanglante du terrorisme sont autant de signaux pertinents du désespoir auquel est confinée toute une jeunesse en mal d’être et d’espérer.
Car telle est la tragédie dans un pays promis aux plus hautes espérances que d’avoir barré la voie de l’espoir et de l’enthousiasme à ses forces vives, les réduisant à une espèce de marginalité informelle pour les accuser ensuite de tous les maux de la société.

Mise en insécurité structurelle, la jeunesse algérienne reçoit en même temps la facture des atteintes expansives aux biens et aux personnes et la sommation de toutes les mesures préventives et coercitives qui visent à contraindre son élan au lieu de le canaliser.

Ainsi se comprend sa double errance entre les méandres abjects du terrorisme où se précipitent certains égarés et l’incommensurable douleur des harraga, ces desperados de l’horizon qui croient y déceler la promesse d’une vie meilleure, cette promesse même que le cinquième congrès du FLN, en décembre 1983, distribuait à tout un peuple brutalement affranchi de l’autorisation de sortie du territoire. Bilans et perspectives. Les dirigeants qui ont conduit successivement des politiques en «faveur» de cette frange majeure de la population devraient avoir le courage de faire leur mea culpa, même si, comme l’écrivait le regretté Malek Haddad, «à l’heure des bilans, les sourires sont graves».
Certes, la responsabilité n’est pas de leur unique ressort, impliquant aussi bien les institutions de l’Etat, la société civile, le monde associatif, le secteur de l’éducation que, bien entendu, la famille dont la mutation n’a pas, loin s’en faut, concouru à un moindre mal.

Des années de crise socio-politique et d’effondrement économique et culturel ont induit une ghettoïsation de la jeunesse dont les pulsions les plus légitimes ont été écrasées de sorte que le risque d’une explosion imprévisible est toujours là, somnolent mais réel, au cas où l’un des nombreux facteurs du mal-vivre viendrait à provoquer l’étincelle fatidique. Différentes situations de crise (chômage, délinquance, harraga) sont à appréhender comme autant de révélateurs et de détonateurs probables qu’aggrave une indicible ambiance d’arbitraire que les jeunes endurent, d’un bout à l’autre du territoire, au point d’y riposter par une agressivité et une sourde colère révélatrice de la profondeur du fossé entre leur espérance et le regard des institutions qui semble méconnaître l’ampleur de la dérive à laquelle ils sont assujettis.

La sonnette d’alarme étant, une fois de plus, agitée, la question se pose et s’impose selon laquelle le gouvernement, dont les ressources financières sont désormais considérables, est appelé à définir et à appliquer, sans délai, une stratégie à la mesure de l’enjeu, dotée tant en moyens humains et matériels qu’en objectifs chiffrés et vérifiables, qui réponde à toutes les aspirations légitimes d’une catégorie par laquelle se profile, immanquablement, le devenir même du pays.
 

par Azzedine Chabane

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

December 2017
M T W T F S S
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31