Le souk

 III au fil des jours

La Tribune 18/12/2007

Ils sont vendeurs de moutons à la veille de l’Aïd, de z’labia durant le mois de ramadhan et permanence de parti pendant les campagnes électorales. Le reste de l’année, ils reprennent l’activité inscrite sur leur registre du commerce, et qui n’a rien à voir avec la vente d’ovins, de gâteaux ou de discours électoralistes. Mais le plus condamnable, ce n’est pas tant ce changement conjoncturel d’activité que le silence et la passivité de l’administration qui laisse faire sans broncher.

 

Les vendeurs occasionnels squattent les trottoirs, les places et les cités de la capitale et des villes algériennes sans qu’aucun responsable y trouve à redire. La ville est transformée en un gigantesque souk et tout le monde trouve ça normal. Pis, l’administration en est même arrivée à encourager cette clochardisation, et c’est le mot, de la ville en fixant des points de vente de moutons essaimés dans une perspective de pseudo-organisation de l’activité commerciale. Mais, il n’en est rien. En autorisant ces aménagements de points de vente, l’administration a ouvert la voie à la transformation de toute la ville en souk, car les vendeurs ne respectent aucunement ces délimitations. Résultat : là où on se tourne, on trouve des moutons et, avec eux, ce foin qui envahit nos rues. Pourtant, rien n’est plus simple que d’organiser un marché. Il suffit pour ce faire de l’avoir et de le localiser : c’est ce qu’on appelle communément et simplement le marché à bestiaux où on peut contrôler l’activité des vendeurs obligés d’y mener toutes les bêtes proposées à la vente, et l’état sanitaire des cheptels. Ce qui est valable avec le marché à bestiaux et la vente de moutons l’est aussi avec toutes ces activités commerciales et les produits de ce marché pas aussi parallèle ni informel qu’on le dit officiellement car la réalité s’inscrit à l’opposé et tout le monde voit que rien n’est réellement fait pour mettre fin au commerce illégal ; bien au contraire, sa bonne santé et son épanouissement ne peuvent qu’être soutenus par des complicités à tous les niveaux ou du moins par un laisser-aller de nos responsables qui ont toujours d’autres chats à fouetter et une autre idée de l’organisation s’apparentant fortement à la loi de l’ordre dans le désordre, en un mot : le chaos. En clair, l’ordre est illustré par cette inflation d’arrêtés, de décrets et d’ordonnances alors que le désordre se matérialise tout bonnement avec l’application, ou plutôt la non-application et/ou le manque de rigueur tant dans l’élaboration que dans la mise en pratique de tous ces textes de loi.

Et les exemples sont légion. Le plus flagrant et actuel est certainement l’épisode «Ligne bleue» dont l’utilité défendue bec et ongles par son traceur, la wilaya d’Alger, contre toute logique et réalisme, vient d’être remise en question par cette même wilaya. Et ce, quelques mois seulement après avoir dépensé l’argent des contribuables pour la peinture de cette inutile ligne bleue et la fabrication de ces panneaux indicateurs plantés tout le long de l’autoroute. On peut aussi citer l’exemple de cette ordonnance du wali d’Alger -que nous avons d’ailleurs saluée, visant la réglementation de la vente des matériaux de construction sur le territoire de la wilaya, mais qui s’est, par la suite, avérée inapplicable parce qu’on s’est empressé de pondre un texte sans prendre au préalable les dispositions nécessaires pour l’aménagement des zones d’activité où les vendeurs de matériaux de construction concernés par la loi pourraient transférer leur commerce.

Mais, qu’il s’agisse de vente de bestiaux, de z’labia, de ciment et briques ou d’achat de voix pour des élections, l’ordre et l’organisation ne peuvent être seulement décrétés. L’ordre, l’organisation et leur respect, c’est d’abord une attitude, une culture qui doit émaner de l’autorité, de l’Etat avant d’englober toute la société. Quand l’Etat garantira au citoyen tous ses droits, y compris celui de le poursuivre en justice, il pourra dès lors ordonner, organiser ce souk pour en faire un véritable pays.  

par Hassan Gherab

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

October 2017
M T W T F S S
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5