La Chaîne 4 amazighe, pauvre en moyens, riche en identité


«Si tu as de nombreuses richesses, donne ton bien; si tu possèdes peu, donne ton coeur.»
Proverbe berbère

Depuis son lancement au mois de mars dernier, la chaîne amazighe ou la Chaîne 4, n’a pas tenu toutes ses promesses ou presque. La veille du 1er Novembre, elle a servi d’espace d’expression au concert de Warda à la salle Atlas.

Bien que diffusé sur Canal Algérie, la Terrestre et A3, les chargés du programme de l’Eptv ont diffusé le concert de la diva sur cette chaîne amazighe à l’occasion de la célébration du 55e anniversaire du déclenchement de la Révolution. Seule la chaîne coranique a échappé à cette diffusion nationale tous azimuts. Une chaîne qui était en principe fermée puisque les programmes s’arrêtent à partir de 23h, après avoir débuté à 17h. Des heures de diffusion qui nous rappellent le bon vieux temps de l’Unique, qui commençait à cette heure de l’après-midi avec un programme pour enfant. Mais pour la chaîne amazighe, les choses n’évoluent pas dans le bon sens. La diffusion d’un jingle des différents programmes H24 en boucle, cache le vide apparent de la chaîne lancée en urgence au début de l’année pour combler un vide d’espace identitaire et culturel. La chaîne amazighe n’a pas obtenu le soutien adéquat et le support nécessaire de la chaîne mère pour la promotion de ses programmes. Seule une fenêtre est ouverte avant le 20h pour montrer les grandes lignes des programmes en soirée des quatre chaînes.

Aucune bande annonce du programme de la chaîne n’est diffusé sur la Terrestre. Ce qui démontre que l’audience de la chaîne est très faible actuellement. Sa dépendance financière et administrative de la direction de l’Entv, bloque son développement et son expansion. Les dizaines de boites de communication qui pullulent en Kabylie, n’ont pas trouvé un bon écho de la part de Saïd Lamrani, le directeur de la chaîne amazighe, qui souffre pour remplir la grille des programmes de sa chaîne. En fait, sa grille est constituée essentiellement de films et de feuilletons diffusés déjà vus et revus, Soigneusement doublés par la boite Vox de Réda Mehigueni. En revanche, il y a peu de films ou de programmes de fiction produits par la Chaîne 4. Mis à part le feuilleton de Si Muhand ou Mhend, produit avec AVP production, et la série humoristique, il n’y a pas eu de programmes produits à proprement parler par la Chaîne 4. A cela s’ajoutent les conditions de travail des animateurs et producteurs des émissions obligés de squatter les locaux et les studios de Canal Algérie pour enregistrer leurs émissions. Contrairement à la chaîne coranique, qui a élu domicile dans les locaux vastes de Club des Pins, la Chaîne 4 n’a pas de siège, ni de studio et possède le programme le plus faible du bouquet Eptv.

En dépit de sa bonne volonté, le directeur de la chaîne, Saïd Lamrani, est politiquement désarmé face à l’absence de moyens techniques, financiers et humains offerts par la maison mère pour donner le vrai coup de stater à une chaîne de télévision qui a la vocation de rapprocher la communauté berbérophone de sa télévision, de son identité et de son combat linguistique éternel.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L'Expression

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

November 2017
M T W T F S S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3