Qui succédera à Aït Ahmed ?

4e congrès du FFS à partir de demain

La Nouvelle République 05/09/2007

Le 4e congrès du parti du Front des forces socialistes (FFS) aura lieu comme prévu à partir de demain, et prendra fin samedi prochain, et ce, au Centre familial de la mutuelle des travailleurs des matériaux de construction de Zéralda.

Ce rendez-vous se veut un grand tournant de l’histoire du parti. C’est ainsi qu’après la tenue de la conférence nationale de l’audit, et celle des élus, le FFS a organisé trois précongrès nationaux avant de passer aux dernières touches pour le bon déroulement de ce «grand rendez-vous», qui verra la participation du père spirituel de la formation, en l’occurrence Hocine Aït Ahmed, qui est revenu samedi de son exil volontaire afin de prendre part à ce congrès.

Dans ce contexte, la tenue de ce prochain congrès du FFS s’inscrit dans le prolongement du combat de Novembre 1954 et du congrès de la Soummam. «Nous sommes les héritiers du legs du mouvement national et démocrate», a martelé le premier secrétaire du parti lors de l’une de ses conférences. Faisant de la déclaration des Nations unies sur les objectifs du millénaire leur cheval de bataille, le congrès du FFS sera intitulé «le congrès du millénaire». En sus, de nombreuses activités sont à l’ordre du jour de ce congrès. Des ateliers sont programmés pour débattre des statuts et de la charte du militant, celle de l’élu ainsi que celle du parti. Le troisième atelier sera consacré aux questions politiques (audit politique du pays et analyse de la situation générale du pays). Environ 42 wilayas seront représentées au congrès. Les six wilayas restantes seront représentées symboliquement. Le nombre de congressistes varie entre 1000 et 1100, élus essentiellement par la base militante, en plus des invités du parti, qui sont entres autres, les militants, et sympathisants du parti, toutes les ambassades, et personnalités politiques, telles que Mouloud Hamrouche, Abdelehamid Mehri, qu’il compte associer à ses ateliers, avec la présence en force de la presse nationale et étrangère.

La venue du leader charismatique du FFS, pour assister à ce prochain congrès, n’est nullement du pur hasard, du moment que dès son arrivé à Alger, il s’est dirigé immédiatement au siège de sa formation politique pour y tenir une réunion d’urgence avec le staff qui constitue la direction nationale du parti. Préférant activer dans une réserve astreinte, le président du FFS a d’emblée rencontré la commission préparatoire du congrès, afin de lui fournir une évaluation finale du déroulement de cette rencontre politique. Entre temps, des rencontres se sont poursuivies avec les différents militants et membres du secrétariat national, qui sont répartis sur différents ateliers, qui devront mettre au point les textes et les réflexions qui doivent être traités durant le congrès par les 1 100 congressistes ainsi que le règlement des problèmes internes au parti. Dans le même ordre d’idées, le chef du FFS rencontrera aujourd’hui les militants de 1963, qui sont, rappelle-t-on, à l’origine de la période tumulte qu’a vécue le FFS ces derniers temps. Une opportunité en or, nous dit-t-on, pour que l’ordre soit remis au sein du plus vieux parti de l’opposition. Cette rencontre, en outre, sera suivie par une cérémonie de transfert de stèle de Belaid Aït Medri assassiné en 1964, de la ville d’Aït Yahia dans la wilaya de Tizi Ouzou, vers le siège national du parti à Hydra.

Durant la même journée, c’est-à dire celle d’aujourd’hui, Ait Ahmed assistera à l’ouverture des travaux de la convention thématique du parti. Des travaux qui seront ouverts par le premier secrétaire du parti, Karim Tabbou, et seront présidés par Mohand Amokrane Chérifi, représentant des Nations unies, afin d’apporter sa contribution aux débats qui seront organisés sur les Objectifs du millénaire des Nations unies pour le développement.

L’enjeu primordial de ce rendez-vous n’est certes que la succession à Aït Ahmed, qui est à l’origine des agitations que connaît le parti ces derniers temps. A en croire le premier secrétaire du FFS, Karim Tabbou, l’information concernant la succession de l’ancien chef du gouvernement Mouloud Hamrouche à Aït Ahmed, rapportée par quelques organes de presse, n’est qu’une rumeur, et que ce dernier n’est qu’un ami du parti, qui prendra part au prochain congrès. Tel est le cas aussi de Mehri du FLN et d’autres personnalités politiques.  

par Nouara N. K.

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

December 2017
M T W T F S S
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31