Par la voix de son P-DG, Abdelwahid Bouabdallah

 La Tribune 23/04/2008 Par la voix de son P-DG, Abdelwahid Bouabdallah

Air Algérie annonce des participations dans des compagnies africaines

Air Algérie veut, enfin, décoller.
Et ce n’est apparemment pas les ambitions qui manquent à la compagnie nationale depuis l’installation de Abdelwahid Bouabdallah à sa tête il y a seulement un mois.
C’est du moins ce qui ressort de l’interview accordée par ce dernier à l’hebdomadaire Jeune-Afrique de cette semaine, dont les propos ont été rapportés par l’APS.

La première ambition d’Air Algérie consiste à prendre des participations dans des compagnies africaines, à participer au désenclavement du continent noir et à promouvoir des destinations comme le Nigeria, la Corne et l’ouest de l’Afrique. «Nous disposons déjà d’une plate-forme au Burkina Faso.
Il y a beaucoup de destinations à développer en Afrique, mais l’idée est de bénéficier d’abord de subventions de l’UE pour désenclaver le continent. Nous ne voulons pas créer un fonds de commerce à perte pour que d’autres en profitent après», a indiqué le patron d’Air Algérie. L’autre grande ambition de la compagnie nationale est de renouveler sa flotte pour reconquérir les marchés perdus.

Bouabdallah a indiqué d’ailleurs que son entreprise compte acheter, dès 2009, 11 nouveaux appareils pour. disposer d’une flotte complètement rénovée. Et la destination France, la plus rentable sur l’international, est en ligne de mire. «Ces dernières années, nos parts de marché sur la France sont passées de 60 à 52%. Mais si nous améliorons nos prestations, l’Algérien voyagera sur Air Algérie. Ça sera difficile, mais nous reprendrons nos parts de marché», a donc souhaité le P-DG de la compagnie qui reconnaît dans le même registre le recul de l’entreprise à cause de la concurrence des autres compagnies, notamment les françaises Air France et Aigle Azur.

Sur le plan des ressources humaines, Abdelwahid Bouabdallah a annoncé la mise en place d’un nouvel organigramme pour une meilleure exploitation des compétences de la compagnie. «Je veux créer une équipe de jeunes talents. Il y a beaucoup de diplômés qui ne sont pas exploités à la mesure de leurs capacités», a-t-il précisé, avouant qu’«Air Algérie sait très bien faire voler des avions, mais a de grandes lacunes en matière de prestations et de qualité de services». C’est en fait un aveu pour une compagnie qui, jusqu’à aujourd’hui, accuse des retards incroyables dans ses vols. Toujours dans le chapitre lacunes, le patron d’Air Algérie veut mettre fin aux lenteurs dans les procédures administratives. «Il faut décentraliser les décisions. Les procédures sont complexes. L’information doit circuler très vite et les décisions doivent être prises rapidement avec un contrôle a posteriori. J’ai décelé une grande disponibilité du personnel qu’il faudrait fédérer autour d’un projet», a-t-il indiqué dans ce sens.
Mais malgré cela, Bouabdallah reste optimiste. «La concurrence ne nous fait pas peur et il est impossible d’être aussi performant que nous en Algérie», a-t-il indiqué, tout en reconnaissant que sur l’international, «ça sera plus rude. Mais nous avons une force : le passager algérien. Pour peu que l’on augmente la qualité de services et la ponctualité, nous ferons peur à nos concurrents. Nous mettrons le ‘‘paquet’’ dans la formation commerciale». Et le «paquet» a déjà commencé avec l’ouverture d’une ligne vers le Canada et la projection d’une prochaine desserte vers Pékin.

Tous ces projets, ajoutés à d’autres comme le rappel de plusieurs compétences marginalisées, font dire au P-DG qu’Air Algérie «sera une entreprise phare du Bassin méditerranéen. C’est jouable».  

par Ali Boukhlef

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

January 2018
M T W T F S S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4