Abderrachid Boukerzaza

 La Depeche de Kabylie 23/04/2008 Abderrachid Boukerzaza

Le statut du journaliste adopté

Le décret intervient à quelques jours seulement de la célébration de la Journée nationale de la liberté de la presse qui coïncide avec le 3 mai de chaque année. Le décret en question porte sur les droits et devoirs des journalistes permanents, les correspondants et autres collaborateurs.

"Le décret exécutif portant régime spécifique des relations de travail dans la presse, a été adopté par le Gouvernement ", c’est ce qu’a annoncé hier, M. Abderrachid Boukerzaza, ministre de la Communication.

Le décret intervient à quelque jours seulement de la célébration de la Journée nationale de la liberté de la presse qui coïncide avec le 3 mai de chaque année. Le décret en question porte sur les droits et devoirs des journalistes permanents, les correspondant et autres collaborateurs.

Le Ministre a axé son intervention sur les modalités et les moyens adéquats pour la promotion de ce métier qu’il qualifie de " noble et dangereux. " M. Boukerzaza met l’accent sur la nécessité de professionnaliser la fonction et par la même la protection et la promotion des droits fondamentaux du journaliste, à savoir la protection de l’intégrité physique et morale, le droit à une adhésion politique, droit aux promotions et enfin définir la nature juridique du journaliste dans un organe de presse publique ou privé.

S’agissant du nombre d’organes existant a l’échelle nationale, le représentant du Gouvernement déclare que pas moins de 65 quotidiens, 89 hebdos dont 76 spécialisés et 57 concernant la presse étrangère. Concernant les tirages, le porte-parole du Gouvernement s’est dit très satisfait du nombre, bien que des manques sont a déplorer notamment en ce qui concerne la distribution. A ce titre M. le ministre déclare que " de façon particulière l’Algérie est en déçà des normes établi par l’UNESCO". Et d’ajouter que " sur les 48 wilayas 9 seulement accusent des lacunes en la matière, mais des avancées ont été constatées car de 0.44% en 1999, on est passé à 2.5% aujourd’hui ".

Enfin, M. Boukerzaza s’exprimant sur la dépénalisation du délit de presse avoue que " 97% des plaintes ont été déposée par des particuliers, et que l’Algérie a fourni des efforts énormes pour la protection du journaliste ".
 

par Lounis Melbouci

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

December 2017
M T W T F S S
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31