Bgayet/Maltraitance des personnes âgées

 Outrage d’un autre âge

La dépêche de Kabylie 23/03/2008 Bgayet/Maltraitance des personnes âgées
Il suffit, semble-t-il, de si peu de choses pour que l’apôtre angélique se mue en moine bourru et acariâtre jusqu’à se métamorphoser en bête immonde capable des pires sévices.
La souffrance endurée par les personnes âgées auprès des leurs est de ces problèmes dont il est pour le moins malaisé d’appréhender l’étendue ni de mesurer les conséquences. La loi de l’omerta y est de rigueur !

Une maltraitance qui confine d’autant plus au drame qu’elle est infligée par un proche parent, censé apporter chaleur et affection et dont on ne soupçonne nullement l’aptitude à la cruauté. Et pourtant, ces mauvais traitements subis dans nos charnières revêtent des formes très diverses : violence verbale, services corporels, refus ou négligence de soins, détournement de pension, privation de nourriture et j’en passe. Les échos qui nous parviennent, par ouï-dire, de nombreuses localités de la wilaya de Bgayet sont horrifiants.

Visage fripé, démarche titubante, Dihia, — appelons-la comme ça — est, au crépuscule de sa vie, humiliée chaque jour par le comportement indigne d’une sœur revêche : faconde malséante allant jusqu’au fouet. Excédée, Dihi a fini après de longues années de calvaire, à mettre les bouts en allant trouver refuge chez une autre frangine. Mal lui en pris ! Car elle n’a échappé à la flagellation de l’une que pour succomber aux récriminations et aux plaisanteries aux confins de mauvais goût de l’autre.

Une vieille dame évoque, pour sa part, avec des relents d’amertume, la terrible condition de l’une de ses voisines, septuagénaire, ravagée par la patine et comble d’infortune, forcée au huis clos par sa mégère de bru : “En dépit de sa santé chancelante, elle est vouée aux tâches les plus ingrates. Elle n’a droit qu’à une maigre pitance et des haillons en guise d’habit. Et dire que c’est une famille aisée !”. Une autre personne nous rapporte l’insoutenable existence d’une femme de quatre-vingts ans, acculée à la servitude par une fille abjecte : “Depuis le décès de son mari, elle a fini par tout régenter en faisant régner la terreur à la maison. Quant à sa génitrice, elle lui fait subir quotidiennement brimades et insultes”, témoigne-t-elle, sidérée.

Les témoignages lèvent, si tant est que de besoin, un coin du voile sur le pitoyable sort de ces “loques” humaines souffrant le martyre auprès des leurs. Craignant sans nul doute les affres du rejet, la plupart d’entre elles ravalent leur douleur et se résignent au silence.

On raconte que l’une de ces infortunées horripilée par tant d’ingratitude et d’agnonimie gratuite et ne voyant aucune issue à son supplice, aurait émis ce terrible vœu : “Vivement le trépas !”  

par N. Maouche

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

November 2017
M T W T F S S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3