La cérémonie se tiendra aujourd’hui

Béjaïa se remémore Redouane Osmane

La dépêche de Kabylie 20/03/2008 La cérémonie se tiendra aujourd’hui

Un hommage sera rendu au défunt Redouane Osmane, aujourd’hui, à la Cinémathèque de Béjaïa (place Guédon).
Evénement qui sera marqué par les témoignages de camarades et syndicalistes, compagnons de parcours du défunt, une projection de film-Documentaires, ainsi qu’une exposition de photos et d’articles de presse auront lieu.
En effet, Redouane Osmane s’est engagé très jeune dans le combat politique et syndical pour les causes justes. En 1979, il rejoint le Groupe communiste révolutionnaire (GCR) dont il sera l’un des principaux animateurs.

Au début des années 80, il s’implique dans le mouvement berbère et anime la grève des enseignants dans le cadre de la fédération des travailleurs de l’éducation et de la culture (FTEC), fédération affiliée, alors, à l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA).
A ce moment-là, il mena les premières campagnes en faveur d’une UGTA autonome et représentative. Durant l’intifadha sanglante d’octobre 1988 et jusqu’en 1989, le même syndicaliste se jette corps et âme dans le mouvement estudiantin en faveur du combat pour la démocratie et le multipartisme ; il s’est résolument affiché contre la torture. En 1993, il enseigne à Bab El-Oued, à Alger, et il rejoint la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH). Durant la décennie noire, Redouane a collaboré en tant que journaliste dans quelques titres de la presse algéroise.

De 2003 à 2006, il a été le principal animateur de la mobilisation des enseignants ; il été poursuivi et harcelé par la justice pour avoir été dans le premier peloton des meneurs de grèves, qualifiées d’illégales. Depuis ces grèves qui ont donné naissance au conseil des lycées d’Alger, Redouane s’est consacré exclusivement au travail syndical dans le secteur de l’enseignement, devenant ainsi la bête noire de son ministère de tutelle. C’est en plein cours que Redouane tira sa révérence, léguant à ses compères la lourde tâche de continuer le combat pour les libertés syndicales. Depuis le jour de son enterrement, sa silhouette n’a cessé de planer dans les espaces qui l’ont vu évoluer; ce qui témoigne de son enracinement parmi des concitoyens de Bab El-Oued.  

par Lemya Ouchenir

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

September 2017
M T W T F S S
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1