Réactions fermes après le procès des six chrétiens de Tiaret

LIBERTÉ 05/06/2008 Réactions fermes après le procès des six chrétiens de Tiaret

 

Consternation de l’Église après le verdict des convertis

Le prêtre Christian Delorme du diocèse de Lyon appelle à une réflexion sur la légitimité ou non d'une telle pratique

Le verdict du tribunal correctionnel dans le procès intenté à des Algériens convertis au christianisme, jugés pour “pratique illégale d'un culte non-musulman” a suscité des réactions en Algérie et en France. Peu après l'annonce de la décision du tribunal, le président de l'Église protestante d'Algérie, Mustapha Krim a appelé mardi les autorités algériennes à faire respecter la liberté de conscience. “L'Église protestante d'Algérie en appelle aux plus hautes autorités de l'État pour faire respecter la légalité constitutionnelle qui garantit la liberté de conscience, mettre un terme aux persécutions qui ciblent la communauté chrétienne et assurer son droit au libre exercice de son culte”, a indiqué, avant-hier, le pasteur Krim dans un communiqué.

Quatre Algériens convertis au protestantisme ont été condamnés à des peines de prison avec sursis et des amendes, et deux autres relaxés mardi par le tribunal correctionnel de Tiaret. Le révérend a également dénoncé le “harcèlement injustifié” par les forces de l'ordre d'une chrétienne convertie, Habiba Kouider, 37 ans, qui, selon lui, aurait été “interpellée dimanche par des policiers en civil qui lui reprochaient sa conversion au christianisme et ont fouillé son sac avant de lui imposer une humiliante palpation au corps en pleine rue”. “L'Église protestante d'Algérie exprime sa profonde tristesse devant la persistance de vexations aussi humiliantes qu'arbitraires”, a-t-il dit.

Habiba Kouider attend la décision du tribunal de Tiaret dans le procès pour “pratique illégale d'un culte non-musulman” qui lui est intentée après avoir été interpellée en possession de plusieurs bibles. Cette décision a été reportée sine die par le tribunal qui a demandé un complément d'enquête. De son côté, Christian Delorme, prêtre du diocèse de Lyon a, dans un point de vue publié, hier par le quotidien français Le Monde estimé que les procès intentés à Tiaret contre des musulmans convertis au protestantisme valent désormais à l'Algérie d'être considérée, dans les pays occidentaux, comme un pays où les chrétiens sont persécutés. “Cette situation est au moins autant dramatique pour l'Algérie, dont l'image se trouve ainsi salie, que pour les chrétiens en question”, a ajouté le prélat. Le prêtre met en garde: “Il faut donc absolument que cette double dynamique : dégradation de la vie des chrétiens de l'Algérie d'une part, et détérioration de l'image de l'Algérie d'autre part, soit enrayée au plus vite.” Car, a-t-il souligné, “l'Algérie n'est pas une terre antichrétienne. Ses dirigeants ont eu maintes fois l'occasion, dans un passé qui n'est pas lointain, d'exprimer leur considération pour les Églises historiquement présentes chez eux”.

Le prêtre estime que les chrétiens doivent tenir compte d'un élément fondamental de l'unité de l'Algérie : son islamité. “Là demeure l'identité profonde de son peuple”, souligne-t-il. Pour Christian Delorme, l'existence de chrétiens européens, même naturalisés algériens, ne représentait pas une menace contre cette unité et cette identité. Mais les Algériens craignent que le christianisme évangélique soit une stratégie qui viserait à créer une minorité chrétienne dans leur pays, qui pourrait devenir un jour prétexte à des interventions militaires, notamment américaine, ajoute le prêtre. Les difficultés faites actuellement aux chrétiens, sont également dues à “des pressions exercées par certains États du Golfe ou de la péninsule Arabique, afin que l'Algérie affiche davantage son islamité aux portes de l'Europe”, précise-t-il. Le prêtre a appelé à une réflexion sereine sur la légitimité, ou non, du prosélytisme chrétien en terre d'islam. “Car si l'on ne peut que défendre le droit de chaque individu à aller librement vers la foi de son choix, en revanche il peut paraître moins sûr que soient permises les tentatives de ramener à soi, par des techniques diverses, des hommes et des femmes appartenant à la foi musulmane”, a-t-il souligné. Le prélat plaide ainsi implicitement pour une restriction des activités de propagande pour recruter de nouveaux adeptes.
 

par Rédaction de Liberte

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

October 2017
M T W T F S S
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5