Un mort et 26 blessés dans des affrontements à Redeyef

Tunisie

La Tribune 08/06/2008 Un mort et 26 blessés dans des affrontements à Redeyef

Des centaines de Tunisiens de la région de Redeyef, dans la région minière de Gafsa (350 km au sud-ouest de Tunis), ont manifesté vendredi dernier contre la cherté de la vie et le chômage, la corruption et le clientélisme.
Des affrontements sporadiques ont opposé les manifestants et les forces de l’ordre. Mais face aux pierres et aux cocktails Molotov, la police ne s’est pas contentée de bombes lacrymogènes puisque le jeune Hafnaoui Al Maghzaoui, âgé à peine de 25 ans, a été mortellement atteint par une balle au poumon.
26 personnes ont été blessées également par balles, selon une source citée par l’AFP. 

 

Adnane Hajji, syndicaliste agissant en porte-parole du «mouvement de  protestation du bassin minier», a affirmé que la police a fait usage de balles «sans sommation» et indiqué que les autorités locales ont appliqué un «couvre-feu annoncé à la population par haut-parleurs vendredi». Selon lui, la police a aussi réprimé «une marche pacifique» des habitants qui tentaient de joindre le siège de la sous-préfecture pour «circonscrire la  situation» qu’il a qualifiée de «grave». Des leaders et notables locaux étaient en tête de la marche, qui a été  dispersée à coup de grenades lacrymogènes, des hommes et des femmes ont été piétinés, a raconté ce syndicaliste. La réaction du gouvernement ne s’est pas fait attendre. Intervenant au lendemain de ces troubles, le ministre tunisien de la Justice et des Droits de l’Homme, Bechir Tekkari, a «regretté» la mort du manifestant mais a aussi affirmé le souci du gouvernement d’empêcher toute protestation violente. «Nous regrettons cet incident d’autant que ces troubles sont exceptionnels en Tunisie», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse tenue hier. M. Tekkari a cependant souligné la détermination des autorités à empêcher toute menace à l’ordre public, justifiant l’intervention musclée de la police par la «présence de danger contre l’intégrité physique des individus». «Nous ne tolèrerons aucun recours à la violence et refusons qu’un point de vue quelconque soit imposé à l’Etat par la force», a-t-il déclaré en référence aux revendications sociales dans la région.
Le ministre a assuré que les forces de l’ordre avaient agi «conformément à  la loi» et après les sommations d’usage, démentant des accusations de meneurs selon lesquels celles-ci avaient tiré des balles réelles sans sommation. La situation a dégénéré lorsque les forces de l’ordre ont donné l’assaut à un groupe d’individus qui étaient en train de fabriquer des cocktails Molotov, a-t-il dit, affirmant que la police avait été la cible de ces engins. Il a démenti que des actes de vol et de pillage aient été commis par des agents de l’ordre à Redeyef et indiqué qu’une enquête judiciaire devait «délimiter les responsabilités» dans les incidents survenus vendredi dernier. M. Tekkari s’est aussi inscrit en faux contre un «recours exclusif à l’option sécuritaire» pour régler des problèmes socio-économiques dans la région de Gafsa, faisant état de «nombreuses» mesures gouvernementales et projets en route pour satisfaire la demande d’emplois. Il est à rappeler que des manifestations sporadiques ont eu lieu depuis janvier dans la région de Gafsa, réputée pour être un bassin minier.

Des dizaines de manifestants avaient été appréhendés en avril à la suite de manifestations similaires dans cette ville. A noter que, dans l’après-midi d’hier, l’armée tunisienne s’est déployée à Redeyef  où le calme est revenu. 
 

par Hasna Yacoub

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

November 2017
M T W T F S S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3