Rachat d’El Khabar : Mohcine Belabbas défend Rebrab, cite le cas Haddad

Mohcine Belabbas défend Rebrab, cite le cas Haddad Mohcine Belabbas, président du RCD (© TSA)

Le président du RCD Mohcine Belabbas a posé une condition pour le retour de Chakib Khelil en politique. « Chakib Khelil a un grand problème avec la justice. S’il veut vraiment revenir à l’action politique et s’il a des ambitions, il doit aller de lui-même devant la justice et dire qu’il faut que vous me jugiez », a déclaré le président du RCD, ce dimanche 1er mai en marge du colloque sur l’économie et le coût de la non-intégration de l’Afrique du Nord organisé par son parti à Alger.

Mohcine Belabbas  estime que la tournée de l’ancien ministre dans les zaouïas pose un problème sérieux. « Le RCD a posé la question depuis des années. On voyait que le pouvoir utilisait la religion et les institutions religieuses plus que les partis politique », a-t-il souligné.

 

« On dirait qu’il n’y a pas d’État »

Pour le président du RCD, cette tournée s’inscrit dans un contexte marqué par la lutte entre plusieurs forces au pouvoir dont celle dont fait partie Chakib Khelil. « Cette dernière pense que si elle veut avoir du pouvoir lors de l’élection présidentielle prochaine, elle doit se reposer sur ces institutions religieuses et sur l’armée », analyse Mohcine Belabbas. « Le RCD pense que la solution est dans l’organisation des élections à travers l’instance indépendante pour la gestion des élections », a-t-il dit.

Le cas de Chakib Khelil fait rappeler à Mohcine Belabbas celui de Abdesselam Bouchouareb cité dans le scandale des Panama Papers. « C’était pareil ! Dans son cas, il y avait quatre solutions : soit il démissionne, soit il est démis, soit on installe une commission parlementaire, soit la justice intervient. Aucune de ces solutions n’a été suivie par le pouvoir algérien. On dirait qu’il n’y a pas d’État ! », a-t-il lâché avant d’insister : « le candidat du système, qu’il s’appelle Abdelaziz Bouteflika, Saïd Bouteflika, Ouyahia, Chakib Khelil… n’a aucune chance avec une élection libre ! ».

« Rebrab, cible privilégiée d’un certain nombre de ministres »

Interrogé sur la polémique autour du rachat du groupe de presse El Khabar par une filiale de Cevital et l’intervention du ministère de la Communication dans ce dossier, Mohcine Belabbas a estimé qu’il s’agit du « même problème ». « Dans l’affaire d’El Khabar, c’est une transaction économique qui a été faite dans la transparence, c’est la première fois que j’ai vu une opération économique se faire dans une telle transparence », a-t-il avancé.

Le président du RCD a également évoqué les pressions dont fait l’objet le patron du groupe Cevital. « Un acteur (économique) tel que Rebrab subit des pressions depuis un certain nombre d’années. C’est la cible privilégiée d’un certain nombre de ministres toujours en poste. Il ne pouvait pas se permettre de faire des erreurs dans une telle opération », a-t-il indiqué.

« On l’accuse de gérer désormais deux journaux. Cela est faux d’après ce que j’ai lu, ce sont deux entreprises différentes, à un certain moment, on exigeait une version en arabe », a dit Mohcine Belabbas, qui a tiré à boulets rouges sur le patron du FCE. « C’est pour ça qu’un autre client du régime, M. Haddad pour ne pas le nommer, qui profite au maximum des largesses du système parce qu’il fait dans la surenchère dans le soutien à ces responsables, possède deux journaux et deux chaines de télévision », a-t-il lancé.

TSA

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

August 2017
M T W T F S S
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3