Le FFS fustige le pouvoir, la CLTD et... la France

Le FFS fustige le pouvoir, la CLTD et... la FrancePour le premier secrétaire du FFS, Mohamed Nebbou, l’heure est grave. « L’Algérie n’est pas loin de ce qui se passe au Yémen, en Syrie, en Libye et au Mali. L’Algérie est menacée dans ses richesse, dans son unité et dans son existence », a averti Mohamed Nebbou, ce samedi à Kherrata, à l’occasion de la célébration du 70e anniversaire des massacres du 8 mai 1945.

Face à ces menaces on trouve, poursuit-il, « un pouvoir têtu, ignorant ou qui fait semblant d’ignorer ces dangers. Un pouvoir occupé uniquement à préserver ses intérêts et à mettre des lignes rouges au risque de conduire le pays à tomber dans le marécage du chaos créatif, conçu par l’impérialisme ».

L’orateur n’a pas manqué de tirer des flèches en direction des partis et des personnalités réunis dans le cadre de la CLTD : « Le seul souci d’une partie de la classe politique est d’organiser des élections présidentielles anticipées ( …) comme si le problème réside dans une seule personne ». Et d’ajouter : « la crise, est une crise du système et non d’une personne. La maladie, est la maladie du système et non pas d’une personne ». Il a affirmé que le FFS « poursuivra ses efforts pour convaincre  les réticents » à participer dans l’initiative du consensus nationale.

La France n’a pas été en reste dans le réquisitoire de Mohamed Nebbou. « Comment il vient à la France de demander à la Turquie de reconnaître le génocide arminien sans qu’elle ne reconnaisse ses crimes contre l’humanité ? », s’est interrogé le premier secrétaire du FFS, en parlant des massacres du 8 mai 1945.
 
El Watan  

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

August 2017
M T W T F S S
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3