Pourquoi les rebelles touaregs refusent de signer l’accord d’Alger


Alhader Ag Mohamed est membre de la commission des droits de l’homme au sein du Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA). Il revient sur la décision du conseil des mouvements de l’Azawad (CMA) de refuser la signature de l’accord de paix d’Alger.

Pourquoi le CMA a refusé la signature de l’accord de paix d’Alger?

L’accord signé le 1er mars par la partie malienne et la médiation n’est qu’un accord de façade qui ne réglera ni les problèmes ni les souffrances du peuple de l’Azawad. Ce document n’a pas pris en compte les aspirations de nos populations qui se sont révoltées plusieurs fois pour vivre dignement sur leur terre.

Quelle est la prochaine étape après le refus de signature ?

L’étape après le refus dépendra de la communauté internationale et des belligérants. Ce sont eux qui décideront de ce qui va suivre.

Quelles sont vos revendications ?

Nos revendications sont très claires et elles ne sont un secret pour personne aujourd’hui. Nous voulons tout simplement vivre sur notre terre en toute liberté. Cela peut se faire par un système fédéral de deux entités, celle de l’Azawad et celle du Mali. C’est la seule solution qui peut ramener la paix et la stabilité durable dont tous ceux impliqués doivent se soucier.

Avez-vous subi des pressions ?

Oui, nous avons subi des pressions, de la part de toute l’équipe de la médiation. Mais l’accord proposé se soucie plus de l’intégrité malienne de façade que de nos souffrances.

La MNLA acceptera de poursuivre les négociations une nouvelle fois ?

Oui, absolument, le MNLA est toujours ouvert pour une nouvelle étape de négociations. Nous souhaitons que la solution intervienne par la voix du dialogue.

TSA  

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

October 2017
M T W T F S S
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5