Le changement du régime est une nécessité pour construire un Etat de droit

L’ex-candidat aux élections présidentielles d’avril 2014, Ali Benflis et néanmoins le président du Pôle des forces de changement, a dressé, ce lundi, un constat peu reluisant sur la situation politique en Algérie.

Intervenant lors de l’ouverture de l’université d’été du parti du Front de Changement (FC) organisée à l’institut des métiers de l’hôtellerie de Figuier dans la wilaya de Boumerdès, Benflis a sonné l’alerte « d’une inquiétante situation que vit l’Algérie depuis l’indépendance ». « Cette situation est la résultante, selon lui, du pouvoir en place qui continue à marginaliser la volonté populaire pour un changement dans la continuité ».

Ali Benflis a mis en garde contre le péril d’une intervention étrangère qui guette le pays depuis plusieurs années suite à l’instabilité qui menace les frontières Algériennes. Pour lui, « cette intervention ne pourra se faire que par ceux qui refuse des solutions algériennes aux problèmes de l’Algérie ».

« En refusant d’entendre la voix du peuple et celles des forces vives du pays, le pouvoir en place ouvre grandement la porte aux autres pays d’intervenir, et c’est ce que nous refusons », a-t-il estimé. L’ancien chef de gouvernement a insisté sur le départ du l’actuel système pour bâtir un Etat de droit et moderne. « La solution d’un changement pacifique et intelligent existe dans la participation de tous le monde dans la construction de l’avenir du pays et non dans l’exclusion, mais nous remarquons que plus de 50 ans après l’indépendance, le pouvoir continue à ignorer la volonté du peuple », déclare d’emblée Ali Benflis qui a appel à un changement de système dans le fond et non un changement de façade. 

La déliquescence du pouvoir

Même son de cloche chez l’ex-chef du gouvernement, Ahmed Benbitour, qui a appelé au changement du régime et non de personnes pour sauver le pays d’une éventuelle intervention étrangère et permettre aux générations futures de bâtir un Etat de droits et des libertés.
« Le pouvoir en place est déliquescent : absence d’un Etat de droit et d’institutions pouvant protéger le citoyen et gérer les affaires publiques et effritements des pôles au sein même du pouvoir », explique Ahmed Benbitour qui insiste que la construction d’un Etat moderne ne peut se faire sur la base des rentes pétrolières engrangées.

« les exportations en hydrocarbures de 2006 à 2011 ont baissé de plus de 25 % et un tiers des salaires de fonctionnaires sont assurés par la fiscalité pétrolière et le fond de régulation qui est une caisse d’épargne pour assurer l’avenir du pays en innovant une autre ressource pour le pays, n’arriverait pas à satisfaire les besoins nationaux dans les prochaines années », a alerté le conférencier. 

Réconciliation entre le peuple et le pouvoir

Par ailleurs, Sid Ahmed Ghouzali, également, ex-chef du gouvernement durant les années 90, a dressé un constat alarmant de la situation en Algérie qui selon lui vit une crise multidimensionnelle. Pour sortir le pays de sa crise, Sid Ahmed Ghozali, a plaidé lors de son allocution « pour une réconciliation entre le peuple et le pouvoir en place qui refuse toute idée du changement pour le bien du pays ». Et d’ajouter « le seul souci du régime actuel n’est pas le peuple mais de pérenniser au pouvoir, c’est pour cette raison qu’il refuse toute initiative de changement ».

Lors de son discours inaugural, Abdelmadjid Menasera, président du FC, a déclaré que « le changement en Algérie a été toujours d’en haut en bas mais maintenant il faut qu’il vient du peuple », avant d’affirmer que l’argent à lui seul ne pourra pas acheter une paix social durable. « La politique dépensière des tenants du pouvoir actuel risque de mettre le pays à genou car les enveloppes allouées aux budgets de l’Etat parviennent des rentes pétrolières », a-t-il avancé. Il affirme que l’enveloppe financière consacrée à l’année budgétaire 2015 avoisine les 112 milliards de dollars.

El Watan  

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

October 2017
M T W T F S S
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5