VIOLENCES EN LIBYE: ALORS QUE LE PAYS EST DÉSERTÉ

La Tunisie se prépare à l'offensive

VIOLENCES EN LIBYE: ALORS QUE LE PAYS EST DÉSERTÉ
La Tunisie se prépare à l'offensiveOn n'est pas sans savoir que la situation en Libye est catastrophique.

Transformé en un véritable champ de bataille, ce pays a été complètement rasé par les milices tribales, les islamistes d'Ansar Charia, alliés par excellence de Daesh (l'Etat islamique en Irak et au Levant).

Les autorités ont fait preuve d'une incompétence avérée. Les combats sont ouverts sur deux fronts, les rivalités tribales d'un côté et les visées terroristes de l'autre. Livrée à l'humeur de ces deux hydres sauvages, la Libye est perdue! Pas besoin de rappeler dans les détails que l'oeuvre est occidentale pilotée par la France, la Grande-Bretagne et les USA qui donneront le feu vert à l'Otan pour anéantir tout un Etat sous prétexte de débarrasser la population de la dictature du défunt Mouammar El Gueddafi!

Aujourd'hui, la Libye est une terre sans lendemain! Et depuis plus de deux semaines, les combats de plus en plus nombreux et violents ont contraint les ambassades à fermer les unes après les autres: France, USA, Espagne, Grande-Bretagne, Italie, la Grèce...
L'ONU et de nombreuses ONG fuient le pays, laissant une population complètement désorientée au fond du gouffre. Tous, après avoir participé à instaurer «la belle démocratie», se pressent de rentrer de peur que cette même belle démocratie les rattrape.
Les pays de la région subissent les affres de cette désolation, notamment la Tunisie dont l'Union générale du travail (Ugtt), a appelé, dans un communiqué rendu public samedi, «les autorités tunisiennes à anticiper l'évolution de la situation sécuritaire libyenne afin de prendre les mesures préventives nécessaires», exprimant ses préoccupations face à la détérioration de la situation dans ce pays voisin.
L'Ugtt a également appelé à un renforcement d'effort pour sécuriser le retour des Tunisiens vers leur pays. Le communiqué interpelle les autorités tunisiennes «à faciliter le transit des communautés arabes et internationales vers leurs pays dans les meilleures conditions». Le même syndicat, lit- on sur ce communiqué «met en garde contre la poursuite de cette guerre fratricide attisée par des forces régionales et internationales, au détriment du peuple libyen, et dont profitent les princes de la guerre, les milices takfiristes, l'industrie de l'armement et les Etats impérialistes».

La Tunisie vit une situation insoutenable depuis l'éclatement de la situation. Ses frontières connaissent un exode sans précédent, dont les terroristes vont certainement en profiter pour y pénétrer sous de fausses identités. Tout l'objectif est là: élargir la présence des terroristes dans le nord de l'Afrique. Moscou avait averti il y a quelques mois sur cette évolution gravissime mettant en garde l'Algérie! Raison pour laquelle tout a été revu!
En effet, les autorités militaires avaient effectué des inspections multiples au niveau de la bande frontalière Est et Sud-Est. Des instructions fermes ont été formulées à l'intention des militaires mobilisés pour assurer la sécurité du territoire, lesquels ont été sommés de garder l'alerte maximale, tout en déclenchant un état d'urgence! Ces démarches ont été prises en signe de prévention contre la menace terroriste omniprésente et dans le cadre d'une coopération étroite avec la Tunisie.

Les accords militaires entre les deux pays, prévoient, selon un quotidien arabophone, de doter la Tunisie de moyens en armement mais aussi des avions pour lutter contre les réseaux terroristes.
Les moyens consistent aussi à munir la Tunisie de missiles sol-air, munitions et un équipement. Le même organe de presse souligne que la Tunisie s'apprête à recevoir des avions de la Russie.
Mais autant rappeler que l'escalade des violences en Libye est due aussi à l'opposition du général Khalifa Haftar aux groupes islamistes contre lesquels il mène une guerre. Cependant, toute la responsabilité doit être attribuée au Conseil national de transition (CNT), qui a merveilleusement raté son objectif et surtout aux autorités actuelles.

Le nouveau Parlement libyen, issu des élections du 25 juin, s'est réuni samedi dernier pour la première fois. Les présents ont expliqué que «cette réunion, boycottée par les islamistes, restait informelle et que la séance inaugurale aurait lieu aujourd'hui, également à Tobrouk». Ville de l'extrême est du pays épargnée par les violences.
Si la situation sécuritaire est lamentable, sur le plan politique, elle est minée. Les divisions entre islamistes et nationalistes depuis des mois, se sont traduits sur le terrain par des combats entre milices rivales et islamistes causant la mort de plus de 200 personnes.


l'Expression   

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

August 2017
M T W T F S S
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3