On n’hésite pas à brader voiture, bijoux et tout objet de valeur

AADL : le sésame qui vaut tous les sacrifices

On n’hésite pas à brader voiture, bijoux et tout objet de valeur
AADL : le sésame qui vaut tous les sacrificesEtape Le versement de la première tranche des logements AADL devrait être effectuée durant la première quinzaine du mois de mai, a déclaré, récemment, le ministre de l’Habitat, Abdelmadjid Tebboune.

Une échéance qui a fait trembler des centaines de milliers de citoyens, n’étant pas en possession de la somme exigée et qui est estimée à 210 000 dinars pour les F3 et 270 000 dinars pour les F4. Le recours au système D étant infructueux en cette période marquée par la cherté de la vie et l’inflation galopante qui règne en maître sur le marché national, il ne reste aux concernés que la vente de leurs voitures, bijoux et autres objets de valeur pour faire face à cette dépense. Un «engouement» qui a engendré une baisse conséquente des prix au niveau du marché, offrant ainsi une possibilité à d’autres citoyens d’acheter à des coûts dont ils n’ont jamais rêvé.

«Je viens d’acheter une voiture, immatriculée en 2008 et dotée de toutes les options de confort et de sécurité, à seulement 70 millions de centimes. C’est miraculeux !», se félicite Arezki, la quarantaine, rencontré au marché hebdomadaire des voitures de Tidjelabine, dans la wilaya de Boumerdès. «Il y a à peine deux mois, une voiture pareille avoisinait les 100 millions. Je suis venu pour acheter une petite voiture asiatique, mais les bas prix pratiqués m’ont permis de me procurer ce bijou», ajoute-t-il. Ils sont nombreux ceux qui, comme Arezki, tirent profit de cette conjoncture exceptionnelle pour réaliser de bonnes affaires, au grand dam, bien évidemment, des propriétaires contraints de «solder» leurs biens. «Rien ne vaut d’avoir un toit et se mettre définitivement à l’abri des lourdes charges du loyer. J’ai vendu une voiture de luxe à seulement 80 millions de centimes et j’en ai acheté une autre, bas de gamme, à 50 millions, car j’ai besoin de près de 30 millions pour payer la première tranche du logement AADL», avoue Abdelwahab, la cinquantaine. «Ça fait plus de quinze ans que je loue un appartement à Bab Ezzouar. Le temps est venu pour moi d’avoir mon propre logement et cela vaut tous les sacrifices», ajoute-t-il, émettant le souhait que les pouvoirs publics tiennent leur engagement concernant les délais d’attribution de ces logements. La même ambiance règne au marché de voitures de Aomar, à l’ouest de Bouira, où les prix ont atteint les seuils «les plus bas depuis plusieurs mois», selon plusieurs citoyens rencontrés sur les lieux.

Les bijoux n’ont pas échappé à la règle, aussi bien au niveau des marchés parallèles que chez les bijoutiers. A Oued Kniss (Alger), par exemple, les dellalate (revendeuses) sont très sollicitées par des mères de famille voulant aider leurs époux à amasser la somme nécessaire pour payer la première tranche de ces logements. Ce marché parallèle connaît une dynamique sans pareille et les prix de vente ont lourdement chuté. Les bijoutiers font également de bonnes affaires, puisqu’ils achètent à bas prix des bijoux dont ils vont obtenir d’importants bénéfices, sachant que la saison des fêtes de mariages approche.

Info Soir   

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

September 2017
M T W T F S S
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1