Des intellectuels tirent la sonnette d’alarme au cours des “débats d’El Watan”

“L’autoritarisme a coûté trop cher à l’Algérie”

“L’autoritarisme a coûté trop cher à l’Algérie”Après un cafouillage politico-médiatique de trois jours, “Les Débats d’El Watan”, autour du thème “Statu quo autoritaire : quel coût pour l’Algérie ?”, ont pu finalement avoir lieu hier à Alger.

La rencontre aura été une occasion pour le directeur du journal de revenir sur les péripéties de l’interdiction formulée à la veille de la tenue de cette rencontre par les responsables de l’Oref.

Une interdiction dont il faut bien convenir qu’elle charrie quelques zones d’ombre dans la mesure où elle tombait dans un contexte de tension avec le voisin marocain sur fond d’accusations mutuelles sur les violations des droits de l’Homme et à la veille d’une visite, finalement reportée, du secrétaire d’État américain John Kerry. “On a été soumis au chantage, votre présence signifie : laissez les Algériens, même s’ils ne peuvent, pour l’heure, influer sur la décision, discuter de leurs problèmes”, a, d’emblée, lancé Omar Belhouchet autour de ses invités et devant une assistance nombreuse.
Et le thème ne pouvait mieux être choisi pour la circonstance pour les conférenciers dont l’ex-ministre du Commerce sous le gouvernement de Mouloud Hamrouche, Smaïl Goumeziane, Mohamed Hachemaoui, politologue, et Mouloud Boumghar, juriste, pour mettre à nu un régime algérien dont la mise en place et le maintien coûte trop cher au pays. “Aucun statu quo ne fera l’affaire. Le maintien du statu quo signifie la poursuite de la logique rentière. Il faut mettre un terme en urgence au système rentier”, a lancé l’économiste Smaïl Goumeziane. “L’autoritarisme rentier a conduit au mal-développement”, a-t-il relevé, avant d’égrener un chapelet de griefs et de constats, dont les classements de l’Algérie dans divers domaines, comme la corruption, le climat des affaires, la liberté de la presse, révélateurs à ses yeux des “coûts économiques subis par le pays”. Il évoque, également, la fuite des capitaux, les scandales financiers et la dilapidation des ressources. “Est-il normal qu’un pays comme la Chine multiplie en 20 ans ses revenus par trois, alors que l’Algérie les a multipliés par 1,7 fois, malgré d’immenses revenus pétroliers ? Est-il normal que la facture alimentaire atteigne 10 milliards de dollars ?”
Il reste que, pour l’ex-ministre, le drame de l’Algérie est que l’autoritarisme du régime se combine à un système rentier, contrairement à certains régimes autoritaires qui ont un système économique productif, à l’image de la Turquie, de la Chine et de la Corée du Sud, une option qui débouche sur l’ouverture de la société. “Le système rentier est un système de régulation liberticide, il est congénitalement autoritaire. L’existence des rentes suppose le blocage de toutes les libertés”, soutient-il.

Verrouillage juridique et répression
Pour sa part, le juriste Mouloud Boumghar, qui s’est focalisé sur les “libertés d’associations et syndicales”, s’est, tout au long de son intervention, employé à mettre à nu l’arsenal juridique élaboré par les tenants du pouvoir pour étouffer les libertés. “Le régime autoritaire ne peut pas s’accommoder des libertés publiques et individuelles. Il ne peut aller au-delà de la reconnaissance formelle des droits de l’Homme et des libertés. Rien n’a changé depuis la levée d’urgence, mais il s’est accompagné de lois répressives”, a-t-il constaté. Référence aux textes de loi en appui, Mouloud Boumghar démontre les différentes méthodes d’étouffement usitées par le pouvoir. Il cite le cas, par exemple, de l’interdiction des marches à Alger depuis juin 2001, qui s’est étendue à d’autres wilayas, mais qui ne s’appuie sur aucun fondement juridique : “Les autorités invoquent les raisons sécuritaires, alors qu’il leur appartient d’assurer la sécurité. Elles évoquent également la représentativité, alors que ce sont elles qui sont censées être représentatives. À cela s’ajoute le régime d’autorisation et non déclaratif pour organiser une manifestation.”  “L’interdiction des marches favorise les émeutes et entretient les violences sociales, empêchant la contestation pacifique et l’existence d’un contre-pouvoir”, dit-il. Mouloud Boumghar évoque aussi “l’entretien de la peur”, le recours au code pénal et la compartimentation de la société, l’instauration d’un délit de solidarité et les nouvelles dispositions dans la loi sur les associations. “Tout est fait pour qu’il n’y ait pas de contre-pouvoir”, poursuit-il. “Le régime s’assure le verrouillage sur le plan juridique et est répressif dans les faits. Il s’assure l’impunité pour les crimes du passé et veut s’assurer un avenir en maintenant sa capacité répressive”, soutient-il. Mieux, il fait observer que contrairement à ce qui a été rapporté par les médias, il y a une militarisation du système.
Il cite, à ce titre, l’article 15 du code de procédure pénale qui définit les officiers de la Police juridique et parmi lesquels figurent ceux du DRS. Selon lui, “l’opacité et l’irresponsabilité témoignent de la crainte du régime du peuple”. Quant au politologue, Mohamed Hachemaoui, il s’est étalé sur la corruption qui gangrène le système.

Liberté   

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

December 2017
M T W T F S S
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31