Nordine Aït Hamouda dans une conférence à Azazga

“La tête de Abane a été mise à prix juste après le Congrès de la Soummam”

“Le 1er Novembre est fait par des jeunes ; c’est une rupture avec le système colonial, mais aussi, une rupture avec le ‘zaïmisme’ de Messali El-Hadj. Les Algériens en avaient assez du colonialisme, mais aussi du culte de la personne qu’ils cultivaient pour Messali.” C’est en ces termes que Nordine Aït Hamouda, membre du conseil national du RCD, et ex-député, a entamé sa conférence-débat intitulée “1er Novembre, espoir et trahison” organisée, hier, à Azazga.

Dans la salle archicomble de l’ex-église d’Azazga, le conférencier est revenu sur les deux faits majeurs qui ont marqué la guerre d’Algérie, à savoir la déclaration du 1er Novembre 1954 et les résolutions du Congrès de la Soummam en 1956. Il dira que “la déclaration du 1er Novembre a été le premier document historique falsifié après l’Indépendance”.

Concernant le Congrès de la Soummam, M. Aït Hamouda dira que la France a rendu un énorme service à l’Algérie en libérant Abane Ramdane de la prison, sans qui cette Révolution était vouée inexorablement à l’échec. À ce sujet, le conférencier a expliqué que, dès sa sortie de prison, le 18 janvier 1955, l’architecte de la Révolution avait compris la nécessité de structurer les maquis algériens. Ce qui donna lieu au Congrès de la Soummam le 20 Août 1956. “La tête de Abane Ramdane a été mise à prix juste après le Congrès de la Soummam”, dira-t-il. “On parle des trois B qui ont assassiné Abane, il n’y a pas de trois B. C’est Boussouf qui a décidé l’assassinat d’Abane, cela pour lui faire payer le Congrès de la Soummam. Car dans la tête de ses autres détracteurs, il n’a pas été question de l’assassiner, mais de l’emprisonner”, a affirmé le conférencier. Dans le même sillage, il accuse le Malg d’avoir tout fait pour créer une fissure entre Krim et Abane, cela, dit-il, “au moment où ces deux héros concentraient leurs efforts seulement pour réussir la Révolution”.

Le conférencier s’interroge sur les raisons de “l’omission volontaire”, et cela, jusqu’à nos jours, des résolutions du Congrès de la Soummam. Un congrès qui a pourtant jeté, a-t-il déploré, les jalons de l’Algérie moderne. Une Algérie démocratique et sociale, mais qu’une volonté obscure veut jeter aux oubliettes.

M. Aït Hamouda s’est dit désolé de constater la différence qui sépare les artisans du 1er Novembre et les tenants actuels du pouvoir en Algérie. Un débat très riche a suivi cette conférence qui a duré plus d’une heure. Des questions, ayant un rapport aux points restés jusque-là obscurs de l’histoire de la guerre d’Algérie, ont été abordées sans concession ni langue de bois par Nordine Aït Hamouda. Un ex-député connu pour son franc-parler, et dont les interventions percutantes à l’APN sont encore largement partagées sur les réseaux sociaux.

Liberté   

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

August 2017
M T W T F S S
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3