LA CARTE A ÉTÉ PUBLIÉE SUR LE NEW YORK TIMES

Le nouveau Monde arabe dessiné par les Américains
 
D'aucuns n'ignorent que les prémices d'une nouvelle carte, notamment au Proche-Orient, constituaient déjà dès 1957 un objectif pour les Américains.

Plusieurs révoltes, présumées populaires ont marqué le monde arabo-musulman. Des soulèvements pour ainsi dire programmés, d'où s'est dessinée la nouvelle carte de cette partie du monde.

Dans la rubrique Opinion de son édition du 28 septembre dernier, le New York Times a publié une analyse d'une spécialiste en géopolitique, Robin Wright, experte du monde arabo-musulman où elle souligne clairement «que la carte du Moyen-Orient pourrait être lentement redessinée, de sorte que cinq Etats (l'Arabie Saoudite, l'Irak, la Syrie, le Yémen et... la Libye) pourraient éclater en 14 entités, sans oublier la possibilité de trois cités-Etats à Misrata (Libye), Baghdad et Jabal Druze (Syrie)».

LA CARTE A ÉTÉ PUBLIÉE SUR LE NEW YORK TIMES
Le nouveau Monde arabe dessiné par les AméricainsL'auteur de l'article redessine, selon sa lecture basée sur les donnes du terrain, une nouvelle carte «homogène» du monde arabo-musulman. Selon elle, la naissance d'un Etat kurde entre la Syrie et l'Irak, un Etat sunnite qui regrouperait les sunnites irakiens et syriens. La minorité chiite alaouite, estime-t-elle, qui gouverne actuellement la Syrie serait repoussée dans un corridor le long de la Méditerranée. Comme souligné plus haut «la Libye serait fractionnée en trois Etats sur des bases ethniques et tribales», c'est le cas de le dire d'ailleurs.

Plus loin, dans son intervention sur les colonnes du NYT, Robin Wright pense que le sud de l'Irak deviendrait un Etat chiite, alors qu' «une partie du Yémen du Sud pourrait rejoindre l'Arabie Saoudite désireuse d'avoir de nouveaux débouchés maritimes à cause de la menace iranienne potentielle de fermer le détroit d'Ormuz» d'où la division du Yémen en deux Etats. Mais pas que ça, pour cette spécialiste, l'Arabie Saoudite n'échappera pas au grand changement de la carte géopolitique, ce pays «pourrait se disloquer en cinq Etats correspondant aux cinq régions qui ont précédé l'actuel régime». Cette analyste n'a certainement pas tort. L'un des pays, à savoir la Libye, qui a été ravagé par ce qu'on appelle le «printemps arabe», a déclaré ouvertement sa partition en trois départements indépendants. Les violences qui ont éclaté dans ce pays sous prétexte de la liberté et la démocratie, ont plongé la population libyenne dans un sombre présent sans lendemain. Il ne s'agit plus d'une crise politique que peuvent traverser même les pays les plus développés, mais d'une insécurité totale et des rivalités sanglantes tribales. Le gouvernement mis en place n'a pas été en mesure d'unifier les rangs et d'imposer la loi. En un mot, ce fut une «somalisation» de la Libye. Pour cette analyste, le même cas pourrait être cadré avec des pays en pleine crise politico-sécuritaire.

D'aucuns n'ignorent que les prémices d'une nouvelle carte, notamment au Proche-Orient constituaient déjà dès 1957 un objectif pour les Américains, mais surtout pour l'Etat qu'on appelle Israël dont la stratégie, rapportent plusieurs articles publiés depuis 1982, «consiste à favoriser l'éclatement des pays arabes sur des bases confessionnelles ou ethniques». Le site Etude Géopolitique met en évidence un article de Charles Saint-Prot (octobre 2006) qui reprend une publication purue, en février 1982, par la revue de l'Organisation sioniste mondiale Kivunim (Directions), sous le titre «Une stratégie pour Israël dans la décennie 1980», où un journaliste israélien qui avait travaillé pour le ministère israélien des Affaires étrangères, «soutenait que le plan de décomposition du Liban en petits cantons confessionnels, à laquelle les Israéliens travaillaient depuis la fin des années 1960 avec la complicité de certains extrémistes maronites, devait être appliquée à tout le Monde arabe, notamment à l'Irak (trois Etats: sunnite, kurde et chiite), à la Syrie (trois Etats: alaouite, druze, sunnite), à la Jordanie (une partie pour les Bédouins et l'autre pour les Palestiniens) et à l'Arabie Saoudite qui devait être amputée de ses provinces pétrolières et ramenée à une mosaïque tribale». La machine est en route, elle est pilotée par les commanditaires du printemps arabe et la sous-traitance est assurée par ces groupes terroristes sous la bannière d'Al Qaîda au Maghreb islamique et on se demande encore qui est derrière cette organisation criminelle par excellence.

l'Expression  

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

December 2017
M T W T F S S
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31