9ème jour de la grève de la faim des enseignants contractuels

Deux femmes grévistes évacuées hier à l’hôpital

La Depeche de Kabylie 23/07/2008

Au neuvième jour de la grève de la faim, l’état de santé des enseignants contractuels est de plus en plus dégradant. En effet, deux femmes grévistes ont été évacuées hier matin, à l’hôpital " Zmirli ", dont l’une est dans un état comateuse. Cette dernière souffre d’hypoglycémie, d’ulcère et de chute de tension artérielle.

Malgré cela, selon le président de la commission du suivi, elle a refusé catégoriquement d’être hospitalisée. A cet effet, et pour exprimer leur ras-le-bol de la sourde oreille que fait la tutelle, les enseignants contractuels ont décidé d’observer des sit-in devant les direction de l’Education nationale, le 29 juillet prochain et ce, à travers le territoire nationale. Cette décision a été donc prise lors de la réunion qui a eu lieu hier, au siège du Snapap entre le Conseil national des enseignants contractuels (CNEC) avec l’Intersyndicale autonome (Cla, Cnapest, Cnes, Cnltt) et la Ligue algérienne de la défense des droits de l’homme (LADDH).

Mme Meriem Marouf, chargée de communication du CNEC, a affirmé lors d’une conférence de presse tenue hier, au siège national du Snapap que " cette réunion intervient afin de mettre fin à la situation critique que vivent les enseignants contractuels. " Maître Mustapha Bouchachi, président de LADDH, a, quant à lui, indiqué que du point de vue de la loi, les enseignants contractuels ont le droit de déposer plainte contre le ministre de l’Education. Il a, par ailleurs, lancé un appel aux pouvoirs publics et tout spécialement au ministre de l’Education nationale d’intervenir rapidement et d’ouvrir des canaux de négociation afin de trouver les solutions performantes à cette situation critique. De son côté, les représentants des syndicats autonomes présents à cette rencontre ont affirmé qu’ils sont solidaires avec les enseignants contractuels car ces derniers luttent pour arracher leur droit légitime en précisant, en outre, que " les pouvoirs public sont responsables de cette situation critique. " " Devant ce danger et la sourde oreille des pouvoirs publics, le Syndicat national autonomes des personnels de l’administration publique (Snapap) appelle tous les partis politiques, les ONG de la société civile et les personnalités activantes, pour participer à la rencontre qui se tiendra aujourd’hui au niveau de son siégée, et ce, pour étudier l’état critique des grévistes et la sourde oreille faite par la tutelle ", lit-on dans le communiqué du CNEC.

 

par Lemya Ouchenir

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

December 2017
M T W T F S S
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31