Les syndicats autonomes solidaires avec les grévistes

 '' Le silence des pouvoirs publics est un mépris ''

La Depeche de Kabylie 23/07/2008

Alors que les organisations syndicales autonomes (Cla, Cnapest, Cnes, Satef, Snapap…), les ONG internationales et des formations politiques nationales continuent à être solidaires avec les enseignants contractuels qui sont en grève de la faim depuis le 14 juillet dernier, dont leur état de santé est de plus en plus dégradant, les pouvoirs publics et la tutelle persistent toujours dans le silence.

A ce sujet, les représentants des syndicats (Satef et Snapap) autonomes désapprouvent cette situation critique et considèrent que le silence des responsables concernés représente un mépris. Acet effet, M. Mohamed Salem Sadali, coordinateur à la Satef dira que “ c’est justement c’est le silence des pouvoirs publics qui a poussé les enseignants contractuels à aller vers des solutions très extrêmes, car avant que ces derniers n’entament la grève de la faim, ils sont passés par tous les moyens légaux (sit-in tenus devant les directions de l’éducation nationale, le ministère de l’Education nationale, et le Palais du gouvernement) mais aucune suite n’a été donnée à leurs doléances. Toutefois, nous sommes corps et âme avec les enseignants contractuels qui ne revendiquent que leur droit et nous considérons le silence de la tutelle comme un mépris vis-à-vis touts les formes syndicales. A cet effet, et dans le cadre du nouveau statut, nous demandons à ce que tous les enseignants contractuels soient intégrés dans des postes budgétaires. En outre, les pouvoirs publics doivent agir rapidement avant qu’une catastrophe humaine n’ait lieu. ” Pour sa part Mme Nacéra Ghozlane, secrétaire générale du Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (Snapap) dira : “ moi-même gréviste de la faim par solidarité avec les enseignants contractuels, ainsi que tous les grévistes tenons pour responsable de notre état de santé le ministre de l’Education nationale.
Nous déplorons le fait que le ministère de l’Education nationale qui continue à tourner le dos à nos doléances et ait négligé notre existence, n’a même pas pris la peine d’envoyer la commission de santé de son département pour s’enquérir de l’état de santé des grévistes. En somme, nous ne comptons pas baisser les bras, même si cela coûtera notre vie. ”

Propos recueillis  

par L.O.

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

September 2017
M T W T F S S
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1