CAUSANT PLUS DE 900 BLESSÉS


Des météorites s'abattent sur la Russie


CAUSANT PLUS DE 900 BLESSÉS
Des météorites s'abattent sur la RussieLes blessés ont pour l'essentiel été touchés par des éclats de verre.

Des météorites se sont abattues, hier matin sur la région russe de l'Oural, en Russie, accompagnées d'éclairs incandescents et de violentes explosions, soufflant des murs et des fenêtres, semant la panique et blessant des centaines de personnes.

Une boule incandescente accompagnée d'une très vive lumière blanche, se déplaçant à très grande vitesse, est apparue dans le ciel de Tcheliabinsk, une ville de plus d'un million d'habitants, à 09h20 locales, soit 03h20 GMT. «Une météorite s'est désintégrée au-dessus de l'Oural, brûlant partiellement dans les couches basses de l'atmosphère. Des fragments ont atteint la Terre et sont tombés dans des zones peu habitées de la région de Tcheliabinsk», a indiqué l'antenne locale du ministère russe des Situations d'urgence dans un communiqué.

La météorite, un «bolide» qui se serait désintégré à 5000 mètres au-dessus de l'Oural, faisait «des dizaines de tonnes», selon un spécialiste russe, Sergueï Smirnov, cité sur la chaîne Rossia 24. Plusieurs explosions ont alors retenti et ont soufflé les vitres de nombreux bâtiments. L'antenne locale du ministère de l'Intérieur a fait état de plus de 900 blessés, dont au moins trois graves. Les blessés ont pour l'essentiel été touchés par des éclats de verre, selon ces sources. Selon la chaîne Rossia, des fragments de la météorite sont tombés dans différents endroits de la région. Des images tournées à Tcheliabinsk montraient apparemment la chute au loin d'un fragment dans un éclair incandescent. Des vidéos placées par des habitants sur l'Internet ont montré des boules incandescentes traversant le ciel à basse altitude. Sur une autre vidéo, des habitants, dont certains sont sortis de chez eux torse nu, observent le même phénomène au-dessus de leur immeuble, alors que des explosions se font entendre. Le ministère des Situations d'urgence a indiqué avoir mobilisé 20.000 hommes, placés en état d'alerte, et trois avions ou hélicoptères pour inspecter les territoires. Le président russe, Vladimir Poutine, a demandé de faire le maximum pour venir en aide à la population. Les écoles ont été fermées dans toute la région, de nombreux établissements ont eu leurs vitres soufflées par l'onde de choc, alors qu'il faisait -18 degrés vendredi dans l'Oural. Les autorités ont cependant appelé la population à ne pas céder à la panique. Le phénomène a également été observé dans plusieurs régions voisines et au Kazakhstan.

Le jour même où un astéroïde devait frôler la Terre sans danger, une pluie destructrice de météorites s'est abattue sur la région russe de l'Oural, deux phénomènes sans lien entre eux, selon des spécialistes interrogés par l'AFP. Il n'y «absolument aucun lien», assure Robert Massey (Royal Astronomical Society britannique). «C'est arrivé douze heures plus tôt, ce qui représente un voyage d'un demi-million de kilomètres, et il semble qu'ils se déplaçaient dans des directions différentes», indique Robert Massey.

D'où viennent les météorites?

«Une petite fraction d'entre elles nous parviennent de la Lune ou de la planète Mars, mais la plupart proviennent des astéroïdes», les «débris» d'une planète «avortée», explique Brigitte Zanda (Muséum national d'Histoire naturelle). «Qu'une telle chose se produise au-dessus d'une zone habitée et fasse autant de dégâts, c'est sans précédent», souligne Robert Massey. C'est très, très rare d'avoir des victimes humaines».
En revanche, le phénomène en lui-même est très fréquent. «Il y a à peu près 100 tonnes de matières météoritiques qui tombent sur Terre chaque jour», indique Christophe Bonnal. «Pour beaucoup, ce sont des objets qui se fragmentent à leur entrée dans l'atmosphère et finissent à l'état de poussière. Mais néanmoins il est très fréquent de ramasser des météorites de la taille d'un poing».
Les chutes de météorites peuvent avoir lieu en tout point du globe. Dans 85% des cas, les retombées se font cependant dans les océans, qui représentent les deux-tiers de la surface terrestre. «La probabilité que ça tombe sur une ville, pile au moment où il y a plein de monde, c'est réellement rarissime», analyse Christophe Bonnal.

l'Expression  

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

July 2017
M T W T F S S
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6