Le spectre des pénuries ressurgit dans les villages


Revoilà la neige !

Le spectre des pénuries ressurgit dans les villages
Revoilà la neige !Qui ne se souvient pas de la tempête de février 2012, où toute la Kabylie a vécu un mois cauchemardesque suite aux chutes de neige qui ont paralysé toute la région.

Les premiers flocons de neige ont fait leur apparition et la quasi-totalité des citoyens se méfie d’une éventuelle tempête qui durerait dans le temps, même s’ils sont habitués à ce genre de situations.

Selon eux, le scenario de 2012 avait engendré un désarroi et une panique qui resteront gravés à jamais dans les mémoires, comme nous l’explique l’un d’entre eux rencontré dans un café dans la ville de l’ex Michelet : «C’est l’hiver, il faut prendre en compte la situation géographique difficile de la région et le fait que la plupart des villages ne sont pas encore raccordés au gaz du ville». Face à l’inexistence du gaz de ville dans certains villages, la plupart des familles se voient obliger de se rabattre vers le bois ou au chauffage à mazout qu’ils doivent préparer des mois à l’avance. Lyazid Ould Taleb, maire de la localité avoue que « les villages Ath Ikhlef, Ath Amar Oussaid et Taourirt Ath Menguellat ne sont pas encore alimentés en gaz naturel. Je les rassure que c’est là notre priorité ». Abordant le déneigement des pistes et des routes principales, le P/APC indique que le personnel et tout le matériel dont dispose la commune sont mobilisés pour déneiger les routes. « Nous avons mobilisé cinq camions chasse -neige et deux pelleteuses. Nous maitrisons totalement la situation, tous les accès à la ville sont ouverts, d’ailleurs, nous n’avons pas cessé de travailler depuis 5heures du matin ». La localité d’Abi Youcef, elle aussi, n’est pas épargnée par ces premières chutes de neige. Selon, le P/APC, Rachid Hami, toutes les pistes vers les villages sont ouvertes, sauf la RN15 qui relie la localité au col de Tirourda qui est coupée à la circulation. « Nous maitrisons la situation à 100%, nous avons réquisitionné tout le matériel nécessaire». Même topo du coté de la municipalité d’Ait Yahia, où la neige a blanchi le paysage de cette contrée. Le seul souci de la population reste le raccordement au gaz de ville, car sur les 48 villages que compte la commune, seul le chef-lieu et le village Aït Hichem en sont raccordés. Bien que les travaux soient entamés dans les villages Ait Ziri, Ait Antar, Taka, Agouni Issad, ils sont à la traine, comme c’est le cas au village Ait Mellal et à la nouvelle ville de Boushel, tandis que les grands hameaux, tels Igoufaf, Tagounits et Koukou, attendent avec impatience le début des travaux. « Comme vous voyez, la neige est de retour et le pauvre citoyen ne cherche qu’à se chauffer. Espérons que les responsables vont faire en sorte d’accélérer les travaux de raccordement au gaz de ville », nous a dit un habitant de Tagounits. Interrogé sur ce problème, le premier vice-président de l’APC, Mohand Ben Slimane, a réitéré encore une fois l’engagement de l’exécutif communal à déployer tous les efforts pour le raccordement des villages au gaz naturel. Concernant le déneigement des pistes, notre interlocuteur nous a fait savoir que toutes les routes, notamment la RN71, la 150 et la 10, sont ouvertes à la circulation, et annoncera : « Nous avons réquisitionné 4 chasse-neige, sans oublié le matériel de l’Apc, nos équipes travaillent sans arrêts». Après les deux tempêtes de 2005 et 2012, qui resterons dans les annales de la population, tous les dispositifs sont pris cette fois-ci par les villageois qui sont prêts à toutes les éventualités.

Les transporteurs à l’arrêt à Iferhounène

Les habitants des trois communes que compte la daïra d’Iferhounène à savoir, Imsouhal, Iferhounène et Illiltène, se sont réveillés, hier, sous un manteau blanc de neige. Et à chaque apparition des premières neiges, une fièvre s’empare des villageois. Ce matin, le transport était quasiment absent à cause de l’épais tapis de neige, particulièrement entre la pente du village Aït El Mansour et le col des lions, Tizi-Bouirène, à l’entrée d’Iferhounène. «  Aucun transporteur n’oserait s’aventurer dans de pareille situation de peur d’endommager son matériel », dira A. Younès, propriétaire d’un Renault trafique. D’ailleurs, nous avons rencontré, sur notre chemin, des gens qui portaient des sacs en bandoulière sur le dos, d’autres ont même sellés leurs ânes pour s’approvisionner en bonbonnes de gaz, en mazout pour le chauffage, lait en sachet ou autres denrées alimentaires de première nécessité afin de ne pas retomber dans le piège de l’année passée, surtout si la neige continuerait à tomber à gros flocons en dessous des 800 mètres d’altitude, comme l’avait annoncé la météo pour les prochaines 24h. Ceux qui ont la chance d’avoir des moyens matériels ont fait leurs réserves à l’avance. Par contre, les plus souffrants, sont, surtout, les villageois les plus éloignés des chefs lieux communaux, qui ne sont pas encore raccordés au gaz de ville et pour se ravitailler en bonbonnes de gaz, les chefs de familles doivent faire 3 à 5 kms. L’autre problème  crucial auquel sont confrontées les citoyens d’Iferhounène, en cette période hivernale, c’est la corvée d’eau,  étant donné que la plupart des foyers n’ont pas d’eau et qu’ils sont obligés de la chercher à la fontaine publique, située au centre du village ou dans des sources à des centaines de mètres, ajoutant à cela, les coupures récurrentes de l’électricité   

La Dépêche de kabylie 

 

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

August 2017
M T W T F S S
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3