Le gigantesque viaduc de Bouira inauguré

 LIBERTÉ 28/07/2008

Le gigantesque viaduc de Bouira inauguréLa ville de Bouira s’est mise aux couleurs malgré son climat caniculaire. Les yeux rouges, les visages fatigués, mais le sourire est de mise. Surtout pour les responsables de l’ANA, des travaux publics et des autorités locales. Sourire, pour avoir réussi l’exploit. Un viaduc, le plus grand d’ Afrique, parmi les plus grands du monde et un tunnel dans un sol ayant demandé le recours à plusieurs techniques pour le réaliser.

Un exploit. Oui, reconnaît le ministre des Travaux publics qui a joué au chef de chantier ces dernières semaines. Oui, c’est un motif de fierté et c’est un exploit, a reconnu M. Ghoul. Mais pour lui, inaugurer la réception des chantiers du programme présidentiel par ces monuments ne devrait pas empêcher de penser déjà à tout ce qui reste à réaliser. Les autres sections de l’autoroute Est-Ouest, l’autoroute des Hauts-Plateaux et celle du Sud. De quoi dissuader. Pourtant, il ne semble pas craindre les défis. “Si nous avons réussi à construire ces œuvres d’art, c’est que nous sommes capables en Algérie de faire plus”, dit-il. Malgré le va-et-vient et l’agitation inhabituels qu’a connus Bouira, ce début de semaine semblait annoncer une journée particulière. Tôt le matin, on entend les premiers pas. Comme à un grand rendez-vous, tout le monde est déjà réveillé. Seuls, par contre les cortèges autorisés peuvent emprunter l’itinéraire du Président.

Il est 10h tapantes et le soleil a déjà, comme les services de sécurité tout au long de la route, pris ses positions. Le Président arrive. Explications des responsables sur place, des chantiers. Le tronçon de Bouira est de 101 km, avec 6 échangeurs. Des aires de repos, des stations-service, hôtels, commerces, restaurants, boutiques, zones de promenade, des blocs sanitaires, tables de pique-nique… tout est prévu. Évidemment, il y aura les locaux de la gendarmerie et de la police de l’autoroute, des centres d’entretien et d’exploitation et des péages. L’architecture prévue pour les bâtisses sera élaborée selon la spécificité de chaque localité ou région que la route traverse. Des caméras de surveillance, des panneaux de signalisation variable. Le reste du chantier, particulièrement celui du programme neuf que réalise le groupement chinois Citic-CRCC est déjà près des 65%. Outre les avantages liés à la fluidité du trafic, cette route permettra de désengorger la RN5 déjà largement saturée, mais aussi permettre à Bouira de rattraper le retard en matière économique, le tourisme, qui est revenu sur toutes les langues. Elle permettra également, de diminuer le nombre d’accidents dont des études fiables mettent en cause globalement l’état des routes.
Curieusement, a-t-on relevé, le Président a bien écouté, mais n’a pas fait de commentaires ou de remarques comme à son habitude. Satisfait, lui aussi ? Certainement, devant un tel exploit. Cérémonie d’inauguration. Le premier tube, long de 1,3 km ouvert pour les usagers partant d’Alger vers l’Est. Le second ne devrait pas tarder à être livré. Le second est de 1,2 km. Ici aussi, M. Brahiti de l’ANA parle d’exploit dans la mesure où le groupement GRTP, Cosider STFA (Turquie) ont dû faire appel à toutes les techniques possibles pour venir à bout d’un sol hétérogène, presque instable. Le dispositif de sécurité est déjà en place. Éclairage, caméras fixes et mobiles, ventilation, niches de secours, détecteurs d’incendie… et salle des commandes au bout de chaque tube. À peine sorti du tube qui résonne aux vrombissements des moteurs, on débouche sur le viaduc. Conçu en double pont de trois voies, réalisé par le groupement algéro-italien GMTP, sa construction a nécessité 11 ans et un mois. Oued Rekham a pris de l’altitude. 140 m par endroit avec des fondations allant jusqu’à 60 m de profondeur. Une vraie œuvre d’art. Seconde étape, l’échangeur à la sortie de Bouira et l’évitement d’El-Asman, avec en plus de l’ouvrage l’inauguration d’une section de 11 km. Après le béton armé dans des formes artistiques, le Président passera à l’hydraulique avec l’inauguration du barrage Tilesdit, à la sortie est de Bechloul. Le barrage alimentera pas moins de 12 communes de la région. Et l’on oublie rapidement la réputation de Bouira qui respecte trop les climats. Très froide en hiver et caniculaire en été.
 

par Djilali Benyoub

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

November 2017
M T W T F S S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3