LES PRÉSUMÉS ASSASSINS DE SLIMANA DEVANT LE JUGE CE LUNDI

Détails d'une affaire qui a ébranlé la Kabylie

LES PRÉSUMÉS ASSASSINS DE SLIMANA DEVANT LE JUGE CE LUNDI Détails d'une affaire qui a ébranlé la Kabylie Les 14 personnes impliquées dans l'affaire de l'assassinat, à Aghrib (wilaya de Tizi Ouzou), de l'entrepreneur Hend Slimana, comparaîtront devant le tribunal criminel de Tizi Ouzou, lundi prochain. Il s'agit d'une des plus grandes affaires enregistrées dans la wilaya de Tizi Ouzou ces dernières années. Retour sur les détails de ce dossier criminel aux contours d'un vrai roman policier.

Comment les services de sécurité sont arrivés à identifier les auteurs de ce crime qui sont également impliqués dans une multitude d'affaires? Il s'agit de la constitution d'un groupe de malfaiteurs, homicide volontaire, tentative d'homicide volontaire, kidnappings, utilisation d'armes à feu, trafic d'arme, faux barrages, destruction de biens d'autrui et la liste des griefs auxquels devront répondre les accusés ce lundi, est encore longue...
Le 31 janvier 2011. L'enquête menée par les services de la brigade de gendarmerie de Fréha commence à aboutir. Avant cela, plusieurs agressions ont été enregistrées dans la région de Tizi Ouzou, ayant été émaillées de la perpétration de crimes et d'enlèvements, vols à main armée avec utilisation d'armes de guerre... Les victimes de ces actes criminels sont des citoyens de différentes régions de la wilaya de Tizi Ouzou. Les investigations ont permis d'identifier les premiers accusés avant de mettre la main sur les autres. Le premier à être identifié est T.Boussad, un repris de justice, qui avait été libéré de prison le 31 octobre 2010, après une détention ayant duré sept années. Mais après que les services de sécurité eurent obtenu des informations selon lesquels le mis en cause circulait à bord de voitures luxueuses, la gendarmerie a commencé à le surveiller de nouveau. Le 2 janvier 2011, à 21h 50mn: la brigade de gendarmerie de Fréha a enregistré la signalisation d'un accident de la circulation, survenu au lieudit Zaouïa N. Sidi Mansour. Selon les citoyens, qui ont téléphoné aux services de la gendarmerie, le chauffeur roulait à vive allure avant de percuter un poteau électrique. Après l'accident, trois individus descendent de la voiture, une Golf quatrième génération immatriculée: 09949-199-15. L'un d'eux portait un sac noir. Les trois individus après avoir abandonné la voiture ont disparu dans la nature. Le véhicule a permis aux services de sécurité d'identifier le propriétaire qui n'est autre que T.Boussad qui habite au village Adrar dans la commune de Fréha. T.Youva, frère de T.Bousad et son ami A.Lyes, se sont présentés plus d'une fois au siège de la brigade de gendarmerie de Fréha afin de récupérer la voiture accidentée. C'est là que les services de sécurité ont saisi l'opportunité pour relever leurs numéros de téléphone car, ayant auparavant eu des soupçons à leur sujet. Suite à quoi, un historique des trois numéros de téléphone a été obtenu auprès de l'opérateur. Il s'est avéré, d'après le relevé téléphonique du nommé T.Youva que plusieurs communications ont eu lieu à des heures tardives de la soirée, les jours coïncidant avec la survenue de plusieurs agressions ayant visé des citoyens. Grâce donc aux numéros de téléphone, les
services de sécurité ont pu remonter à d'autres personnes impliquées.
L'accusé T.Youva a fini par avouer toutes les agressions auxquelles il a participé, notamment les agressions ayant visé des citoyens, les enlèvements ayant pour but le versement d'une rançon, etc. Le même mis en cause a révélé aux services de sécurité la liste de toutes les autres personnes avec lesquelles il sévissait dans les quatre coins de la wilaya de Tizi Ouzou et même à Béjaia et Biskra. Il a également livré des informations concernant les types d'armes à feu employées. Les services de sécurité se sont déplacés au domicile de T.Youva où ont été saisis deux kalachnikovs et un pistolet automatique. Les autres individus faisant partie de la bande ont été arrêtés. Il s'agit de T. Hacène, A. Lyes, I. Sofiane, H. Sadek, S. Hani et B.Mohand.


Une bande créée en 2009

Cette bande de malfaiteurs dont les méfaits ont semé terreur et insécurité dans toute la Kabylie a été créée à la fin de l'année 2009. Elle n'a cessé de sévir qu'avec l'arrestation du nommé T.Boussad dans la commune de Chellata, dans la wilaya de Béjaïa et ce le 17 janvier 2011. Au total, ce groupe a commis pas moins de dix-neuf opérations criminelles, dont trois kidnappings ayant pour finalité le paiement d'une rançon, quatre agressions contre des camions de distribution de boissons alcoolisées, avec le vol des recettes hebdomadaires, sept agressions ayant visé des bars où tous les présents avaient été délestés de leur argent, deux faux barrages, avec des coups de feu tirés parce que les personnes visées ont forcé le faux barrage et, enfin trois agressions ayant ciblé des commerçants pour les délester de leur argent et de leurs véhicules dans les wilayas de Béjaïa et Biskra.


Le «cerveau» du groupe est T.Boussad

Le groupe est né d'un premier contact établi par T.Boussad qui était hospitalisé à l'hôpital psychiatrique Frantz-Fanon de Blida (en même temps en détention pour autre affaire). C'était à la fin 2009. T.Boussad demande à son frère T.Youva de contacter un certain H.Sadek pour trouver tous les moyens possibles afin de ramasser une grosse somme d'argent. «Quand je sortirai de prison, j'achèterai avec cet argent, des armes à feu», avait souligné T.Boussad. Suite à ce contact, une réunion a eu lieu dans la ville de Fréha où étaient présents: T.Youva, A. Hacène et A. Lyes alias Omar Tizi Ouzou. Un plan a été tracé à l'occasion de cette rencontre pour exécuter les agressions enregistrées plus tard. Leur première action a eu lieu sur la RN 12 reliant Tizi Ouzou à Béjaïa. Il s'agit d'un faux barrage dressé le 3 mars 2010. La victime, qui conduisait un camion de distribution de boissons alcoolisées, a été délestée de la somme de 4.000.000 DA. Une partie de cette somme a été réservée pour l'achat d'armes de guerre.


Destination Tam pour l'achat des armes

A partir de la prison, avec des séjours en psychiatrie, T.Boussad a tout l'air d'être le cerveau de ce groupe de malfaiteurs. C'est lui qui a donné à son frère Youva, lors d'une visite, le numéro de téléphone d'un certain Moussa, qui devait servir d'intermédiaire avec les trafiquants d'armes dans la région de l'extrême sud de Tamanrasset. T.Youva loue un véhicule de marque Peugeot 207 dans la ville de Dergana et prend la destination de Tamanrasset. Avec lui, il y avait A.Lyès et H.Sadek. Ces derniers n'ont pas pu rencontrer le fameux Moussa, mais T.Youva n'est tout de même pas revenu bredouille puisqu'il a acheté un pistolet automatique. Ces trois personnes seront derrière l'agression dont a été victime un citoyen d'Aguemoun Oukerdouche non loin d'Adekar. Le pistolet acheté à Tamanrasset a servi lors de cette opération qui a permis aux malfaiteurs de revenir avec 2.890.000 DA. Trois jours après cette action, T.Youva reçoit un appel téléphonique de la part de Moussa l'informant que la marchandise qu'il cherchait était prête. Deux semaines plus tard, T.Youva retourne à Tamanrasset en compagnie de deux autres individus mais à bord de la même voiture louée à Dergana. T.Youva a fait le voyage, cette fois-ci, avec S.Djamel et I.Hacene. Une fois à Tamanrasset, les trois acolytes rencontrent Moussa. Ce dernier les a accompagnés dans la région de Tit où ils ont pu négocier avec le surnommé Etargui. Celui-ci leur vend une kalachnikov pour 300.000 DA.


Et Slimana Hend est assassiné

Le groupe de malfaiteurs dispose désormais d'une kalachnikov et d'un pistolet automatique et décide ainsi de passer à la vitesse supérieure en franchissant le Rubicon vers les opérations d'enlèvement de personnes. De retour de Tamanrasset, le 4 juillet 2010, T. Youva, I. Hacène, S.Djamel, S. Hani, A. Lyes dit Omar Tizi Ouzou et H. Sadek procèdent au kidnapping de Ibrar Lounès. Ce dernier a été libéré le 11 juillet 2011 après avoir versé une rançon de 7.000.000 DA. Une partie de cette somme sera toujours consacrée à l'achat d'armes de guerre chez le même fournisseur à Tamanrasset.

Ce n'est qu'une fois sorti de prison, le 31 octobre 2010, que T.Boussad a procédé à la planification de l'enlèvement dont devait être la cible l'entrepreneur d'Aghrib, Hend Slimana. Les membres de la bande surveilleront les déplacements et les mouvements de l'entrepreneur, notamment au niveau de la route reliant Azazga à Fréha. Le surnommé Omar Tizi Ouzou a été chargé d'acheter deux tenues ressemblant aux habits militaires ainsi que des morceaux de tissu de couleur verte et une tenue afghane. Pour sa part, T.Youva s'est déplacé à Kherrouba, à Alger, pour l'acquisition de trois puces de téléphone qui devaient servir lors de l'opération, notamment pour les négociations avec la famille de l'entrepreneur assassiné.
Le 14 novembre 2010, un faux barrage a été dressé au village Bouhlalou, sur la RN71, reliant Azazga à Aghrib. Les dénommés I.Hacène et H.Sadek ont été chargés s'assurer le guet et de donner le signal de l'arrivée de la personne ciblée.

Quant à I.Sofiane, T.Youva et S.Djamel, ils étaient chargés de l'exécution. Pour sa part, T.Boussad devait suivre le déroulement de l'opération à distance. Une fois que la victime, accompagnée de son cousin, Omar, eurent quitté la ville d'Azazga pour rentrer chez eux, I.Hacène a donné le signal à l'aide de son téléphone portable. Arrivée devant le faux barrage, la voiture a été stoppée. Les deux passagers ont été obligés de descendre du véhicule. Un coup de feu est sorti de la kalachnikov qui était entre les mains de I.Sofiane et les balles ont atteint le ventre de Slimana Hend. Les agresseurs prirent alors la fuite non sans prendre avec eux Slimana Omar. C'est le véhicule de la victime qui a servi les malfaiteurs dans leur fuite vers le village El Kahra, près de Fréha où le véhicule est abandonné. L'otage est emmené par ses ravisseurs dans une cache, située au village Tagana, dans la commune de Mekla. Après la mort de Hend Slimana, et suite à la mobilisation de la population locale avec notamment l'organisation de deux marches, les malfaiteurs ont décidé de libérer Omar Slimana. Ce dernier a retrouvé les siens le 21 novembre 2010 à 14 heures près du village Ait Zellal. L'otage a été libéré sur ordre de T.Boussad, sans qu'une rançon n'ait été versée. Mais la cavale de ce groupe de malfaiteurs, ne s'arrêtera pas là. Ils continueront à sévir dans plusieurs régions de Kabylie et Biskra et il faudrait plusieurs pages pour narrer son triste palmarès.


Ils se faisaient passer pour des terroristes

Le stratagème utilisé par les éléments de cette bande consistait à se faire passer pour des terroristes islamistes. Pour brouiller les pistes donc, les mis en cause avaient recours aux mêmes procédés que ceux pratiqués par les terroristes. Ils mettaient ainsi des tenues ressemblant à celles des militaires mais ils prenaient le soin de s'encagouler avec des bandeaux de tissus de couleur verte. Et ils s'habillaient en tenues afghanes. Les mêmes méthodes que celles des terroristes étaient aussi appliquées quand il s'agissait des kidnappings.
Les agresseurs se déplaçaient à bord de la voiture ciblée puis abandonnaient cette dernière dans un endroit isolé pour poursuive leur cavale avec leur otage à bord d'un autre véhicule. Ce dernier était souvent loué auprès des agences de location de voitures.
Les yeux de la population de Kabylie seront braqués vers le tribunal criminel de Tizi Ouzou après demain lundi, mais surtout ce sont les familles des victimes qui seront le plus concernées par ce procès car elles attendent que justice soit rendue, depuis des mois.


L'Expression

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

August 2017
M T W T F S S
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3