GROSSE TEMPÊTE DE NEIGE À TIZI OUZOU


Le réseau routier paralysé

GROSSE TEMPÊTE DE NEIGE À TIZI OUZOU Le réseau routier paralysé Le lait, le pain et les bonbonnes de gaz ne sont livrés qu'au compte-gouttes, au grand dam des habitants.

Hier, vendredi, la neige couvrait la plus grande partie des communes de la wilaya de Tizi Ouzou. Les flocons tombaient encore durant l'après-midi. L'un des premiers effets de cette tempête de neige a été subi bien à l'évidence par le réseau routier. Alors que la ville des Genêts, chef-lieu de la wilaya, demeurait encore accessible aux habitants des quelques localités proches, la majeure partie des communes a été coupée de la ville de Tizi-Ouzou.

La situation, qui n'était guère reluisante dans la matinée, a empiré dans l'après-midi où la neige est tombée davantage. La circulation automobile a été complètement bloquée sur toutes les routes. Dans la soirée, la wilaya était complètement paralysée. Le transport a carrément disparu sur toutes les routes. La situation a créé une véritable paralysie dans laquelle beaucoup de citoyens sortis la matinée n'ont pas pu rejoindre leurs domiciles le soir.

Ces conditions ont contraint beaucoup de gens à revenir chez-eux à pied. Heureusement, affirmaient certains, que la journée de vendredi était chômée. Tous appréhendaient toutefois les conditions météorologiques pour aujourd'hui samedi.

En effet, la crainte est d'autant plus justifiée que la plupart des communes sont situées dans les zones montagneuses fortement touchées par la tempête de neige. Les différentes communes de la daïra de Aïn El Hammam, Ouacifs, Boghni, Bouzeguène ainsi que celles situées sur le versant littoral ont été enclavées.

Les routes étaient quasiment toutes fermées à la circulation. Même si la RN 12, qui traverse la commune d'est en ouest reliant la wilaya à Alger et Béjaïa, est restée ouverte car passant par des zones à faible altitude, il n'en demeure pas moins que la circulation y était inexistante, le réseau routier qui converge vers elle depuis toutes les communes étant lui aussi paralysé.

La situation a fait apparaître au grand jour les lacunes de la gestion de l'espace urbain dans la wilaya. En effet, le réseau routier fait partie de cette gestion. Plusieurs communes ont vécu des pénuries de produits de large consommation tels que le pain, le lait et le gaz butane. Dans la région nord de la wilaya, ces produits étaient déjà introuvables quelques heures après l'annonce du BMS (Bulletin météorologique spécial). En effet, faute d'une gestion efficiente, ce dernier a produit l'effet contraire. Au lieu que le BMS serve justement à éviter les désagréments, il a produit une multitude de soucis et un grand branle-bas parmi les populations. Le lait, qui se faisait déjà rare suite à la grève des travailleurs de l'Onalait de Draâ Ben Khedda, était hier quasiment introuvable. La même situation prévalait aussi pour le gaz butane. Malgré l'existence de plusieurs dépôts de distribution, la pénurie a été amèrement ressentie par les populations. Les chaînes se multipliaient devant tous les points de vente, essentiellement dans les communes situées sur les hauteurs. Etant encore privés de gaz de ville, les citoyens faisaient la navette entre les points de vente pour une éventuelle bombonne. Des témoignages faisaient état de hausses de prix vertigineuses. Certains commerçants cédaient la bouteille à 300 dinars alors que son prix est de 200 DA. Enfin, il est à signaler que les routes, qui étaient fermées hier vendredi, risquent de demeurer en l'état pour aujourd'hui, samedi. Etant à la veille du Mouloud, la situation risque de causer bien des tourments aux populations qui ont besoin de se déplacer pour les achats de la circonstance.

l'Expression

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

June 2017
M T W T F S S
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2