L'éternel Matoub


Joyeux anniversaire Lounès!

L'éternel Matoub Joyeux  anniversaire Lounès! Un artiste qui chante le cri et les joies de son peuple ne meurt jamais.

Matoub Lounés est  né  un 24 janvier 1956 dans un pays qui s'appelle Algérie. Un pays pour lequel presque deux millions de ses enfants ont donné leur vie, mais qui n'a toujours pas compris l'objectif suprême de tant de  sacrifices consentis. Les révoltes régionales pendant la colonisation française et la révolution de 54 qui a réussi à chasser les colons français n'ont pas secoué la fibre nationaliste de certains mercantiles qui ont  assassiné la démocratie algérienne dans l'œuf. Pis encore, le soulèvement du FFS en 1963  en Kabylie a été instrumentalisé par les violeurs de la révolution pour marginaliser les Kabyles et les traiter de séparatistes. Ce n'était pas assez pour les monstres des temps révolus. En effet, le régime baathiste et stalinien (quel cocktail!) a conçu un programme  diabolique pour formater tous les Algériens. Sa devise était évidemment la division et l'intolérance. Le laboratoire de Boumedienne a tout fait pour arabiser et aliéner tout un peuple. Point de Berbères, point de Chrétiens, point de Juifs, point d'étrangers. Il pensait qu'il était le seul cerveau qu'a enfanté la terre de Jugurtha. Il s'est bigrement  trompé. Il avait en face de lui  des hommes comme Ait Ahmed, Ferhat Abbas, Boudiaf pour ne citer que ceux-là. Aussi, il avait des intellectuels  comme Mouloud Mammeri et  Kateb Yacine qui hantaient ses nuits. Il avait surtout  contre lui une bonne partie de la Kabylie qui élevait ses enfants parallèlement à ses mensonges et  à ses desseins mesquins.

C'est dans cette ambiance malsaine qu'a grandi Matoub. L'école et l'ordre établi le révoltaient. Il a commencé  d'abord par quitter  la première. Ensuite, il s'est donné le temps pour se former tout seul notamment grâce aux lectures des grands penseurs de ce monde tout en apprivoisant une guitare de fortune. Enfin, le jeune homme murit et décide enfin de s'attaquer à tout ce qui symbolise la dictature algérienne. Arrive alors le printemps de 1980 qui a pu en quelques semaines crever l'abcès  de toute une frustration qui rongeait la Kabylie dans son âme et dans son être. Matoub Lounès affiche publiquement ses opinions politiques et idéologiques : " Je suis berbère et je ne suis pas obligé d'être musulman ". Censuré par les médias officiels,  Matoub n'a pas tardé à conquérir les cœurs et les têtes des milliers de Kabyles. Les Kabyles de service n'osaient même pas prononcer son nom dans l'espace public de peur de perdre leurs privilèges. Quelle bassesse! D'ailleurs, dans ses chansons, il ne les jamais épargnés : " Que les Kabyles de service soient emportés par le typhus ". Quant aux Algériens arabophones, ils ne le connaissaient qu'à travers la propagande du pouvoir. Et pourtant, s'ils s'étaient donné la peine de l'écouter, ils auraient compris ses messages et sa douleur. La douleur d'être renié dans son propre pays en tant qu'Amazigh qui a une langue, une histoire, une culture et une identité, en tant qu'Algérien brimé dans ses libertés fondamentales et en tant que citoyen qui a  des rêves et son mot à dire dans la gestion de son État. Bref, il a chanté leur douleur aussi.

Pour le moment cet État ne représente que lui-même. Rien n'a vraiment changé depuis ton départ à part l'inauguration du métro d'Alger. Ce pouvoir est  même l'ennemi juré de tout un pays. Le peuple algérien a du mal à voir le bout du tunnel. Il a rêvé d'une liberté totale dans tous les domaines, un noyau de traîtres la lui a confisquée. Il a souffert depuis des milliers d'années contre les envahisseurs, il se retrouve depuis le 20ème siècle opprimé, humilié, volé, violé et violenté  par  ses propres enfants.  Quant à la Kabylie Lounès, elle est devenue un  énorme terrain de jeux  politiques et idéologiques  pour les Talibans de la pire espèce.  Le hidjab a noyé les couleurs de  Kabylie. Ajouter à cela les  magouilles destructrices des Kabyles de service que tu  maudissais à la moindre occasion. Les Kabyles intègres, après toutes les trahisons qu'ils ont vécues, observent la mascarade qui creuse le fond du Djurdjura. Si tu voyais les chaudes larmes de nos vieux, de nos vielles et de nos militants sincères qui sont choqués et écœurés par la tournure du destin d'un pays qu'ils ont tant aimé et chéri, tu te retournerais des millions de fois dans ta tombe.

À l'instar de Martin Luther King et de Victor Xara, Matoub a payé de sa vie le prix de son engagement contre la dictature des généraux et des islamistes. Le combat de Luther a triomphé au point qu'un noir devienne président au 21ème siècle aux  États-Unis. Le Chili de Xara s'est débarrassé de Pinochet en son vivant et respire enfin l'air de la liberté et  tous  les espoirs les plus fous sont permis. Donc, le combat de Lounès n'est pas et ne sera jamais vain. Un jour, le pays dont il a tant rêvé sera bâti et Tamazight sera ses piliers. En attendant, son engagement  et ses chants sont perpétués dans toute l'Afrique du Nord et dans les quatre coins du monde où les Berbères vivent ou font semblant de vivre.

Djamila Addar

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

December 2017
M T W T F S S
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31