Des organisations gèlent leur participation


CNCD : des manifestations chaque samedi

manif chaque samediLa Coordination pour le changement et la démocratie a enregistré hier une fissure dans ses rangs.

La Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) s’est scindée en deux tendances, hier, lors d’une réunion marathon qui a duré de 10h à 16h à la Maison des syndicats, à Dar El-Beïda, à Alger. Après des débats houleux, menés sur un ton très critique, les membres de la coordination se sont divisés en deux groupes : le premier, composé de ceux qui préfèrent s’occuper de la sensibilisation avant de revenir à la rue, et le second, constitué de ceux qui veulent maintenir la pression par des manifestations régulières. Cette ligne de fracture fait que des divergences sont apparues, y compris à l’intérieur de certaines organisations partie prenante de la CNCD. Ainsi, le Cnes Oran va prendre part aux marches prévues et non le Cnes en général, de même que des représentants de la Laddh ont choisi de s’en abstenir alors que son président d’honneur, Me Ali Yahia Abdenour, dit qu’il participera à ces manifestations, à commencer par celle de samedi 26 février qui s’ébranlera de la place des Martyrs vers la place du 1er-Mai, soit l’itinéraire inverse des deux précédentes manifestations.

De leur côté, les syndicats Snapap, CLA et Satef se sont rangés du côté du premier groupe tout comme le Collectif Algérie Pacifique, le Collectif national de défense des droits des chômeurs, le Collectif des familles de disparus et autres. Le deuxième groupe est composé des partis politiques que sont le RCD, le MDS, le PLD et d’organisations associatives, notamment estudiantines. Ces derniers ont décidé de maintenir leurs actions en appelant à une marche chaque samedi, afin de continuer sur le terrain le combat pour le changement et la démocratie. Ils se sont d’ores et déjà donné rendez-vous pour samedi prochain pour une autre marche pacifique. Cette action sera donc la première à laquelle ne participeront pas les organisations du premier groupe qui estime plus utile de faire d’abord un travail de proximité avant d’aller à une prochaine action, non sans reprocher aux partis de “s’éloigner des principes tracés par la coordination et de tenter de récupérer le mouvement des jeunes”.

Durant cette réunion tenue à huis clos, la question du retrait des partis politiques de la coordination a été carrément posée par des syndicats ainsi que certaines associations. Cette fissure au sein de la coordination s’est prononcée davantage au moment du vote pour ou contre les prochaines actions proposées. Les deux parties n’ont pas pu trouver un consensus, ce qui a donné lieu immédiatement à deux points de presse séparés. “Nous avons voté et nous appelons à une marche pacifique samedi prochain au départ de la place des Martyrs, et ce, chaque samedi. La démocratie veut que la minorité s’incline devant la majorité”, a déclaré Me Ali Yahia Abdenour.

Les tenants de l’autre tendance assurent pour leur part qu’ils continueront le combat “tout en faisant un vrai travail avec la population afin d’aller vers une plus grande mobilisation”. Ils déclarent, également, que la coordination a été “infiltrée” et dénoncent la présence de certaines “associations non représentatives et fictives”. Cela dit, le groupe d’organisations qui a gelé sa participation aux prochaines actions n’exclut pas l’hypothèse de revenir à l’idée de marches pacifiques après un travail de sensibilisation.  “Nous avons besoin que le peuple se reconnaisse dans les revendications de la CNCD afin de mener le combat du changement, cela ne veut pas dire que le travail des partis politiques n’est pas nécessaire, bien au contraire”, a commenté un syndicaliste.

LIBERTÉ

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

April 2017
M T W T F S S
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30