Les lycéens ne décolèrent pas à Tizi Ouzou


Grèves et marches à Boghni, Draâ El Mizan, Maâtkas, Draâ Ben Khedda et Tizi Ghennif

Les lycéens ne décolèrent pas à Tizi OuzouLe mouvement de protestation enclenché lundi, par les lycéens de Draâ El Mizan et Boghni pour réclamer l’allègement du programme scolaire a fait tache de huile à travers la wilaya de Tizi Ouzou. Hier, les classes terminales de Maâtkas, Tizi Ghennif, Draâ Ben Khedda ont rejoint le mouvement en observant des grèves et des marches.

Les mesures prises par le ministère de l’Education concernant la prochaine session du bac ne semblent pas avoir convaincu les lycéens dans la wilaya de Tizi Ouzou. C’est le cas de le dire pour les élèves des lycées de Drâa El Mizan,  Boghni, Maâtkas, Tizi Ghennif et Drâa Ben Khedda qui sont sortis dans la rue hier. En tout ,10 établissements sont touchés par cette action de protestation. Une action initiée pour dénoncer le programme jugé chargé. Avant-hier, seuls les lycéens de Draâ El Mizan et leurs homologues de Boghni ont manifesté.

Le mouvement s’est encore élargi hier. A Draâ Ben Khedda, c’est le lycée technicum qui a été paralysé alors que, à Maâtkas ce sont les élèves des deux lycées que compte la commune qui ont séché les cours pour crier leur ras- le- bol contre la surcharge du programme. Les deux établissements de Tizi Ghennif ont également déserté les salles de classes hier. A Boghni, une marche impressionnante a été organisée à l’initiative des deux lycées de la municipalité. Dans cette dernière localité, les classes terminales ont été soutenues par les classes des autres paliers et ce, pour le deuxième jour consécutif .On rappelle que ces mêmes lycéens ont battu le pavé à travers les ruelles de la ville avant-hier, tout comme les lycéens des trois établissements de Drâa El Mizan.  C’est dire que la colère ne s’escompte pas malgré la décision du ministère.

Pour certains observateurs, la dite décision n’a pas répondu favorablement aux doléances de ces lycéens qui attendaient plutôt à l’allégement du programme. « Nous voulons l’allègement du programme et pas un bac taiwan ». Nous dit un lycéen. Il faut dire que ces meures « d’allègement » de la tutelle ont été fortement critiquées par les spécialistes mais aussi par quelques enseignants et les les élèves. « C’est inconcevable de fixer la date de la fin des cours un mois avant le bac » estime un des enseignants. «  Pour moi, il s’agit plutôt de largesses, alors que le bac est une chose beaucoup plus sérieuse, cela va de l’avenir de l’élève qui peut se retrouver moins muni une fois à l’université » explique un autre.  Pour un autre « c’est comme si on demandait aux enseignants d’aller nonchalance dans la mesure ou après tout, et selon la décision, seuls les cours étudiés seront pris en considération lors du bac ». Quoi qu’il en soit ,les lycéens de Tizi Ouzou campent sur leurs positions et leurs revendications.

Notons que le ministère de l’Education nationale a décidé de fixer la date de la fin des cours pour le 12 mai. Parmi les autres mesures annoncées lundi dernier, est que les sujets du baccalauréat ne porteront que sur les cours effectivement dispensés au cours de l’année scolaire.

La Dépêche de kabylie

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

April 2017
M T W T F S S
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30