Le phénomène du vol d’olives prend de l’ampleur


Tizi-Gheniff et M’Kira

Tizi-Gheniff et M’Kira vols d'olivesUn phénomène tout à fait nouveau à Tizi-Gheniff et à M’Kira, les deux localités de la daïra où a été constaté, durant la présente campagne oléicole, des vols de sacs d’olives. En effet, plusieurs citoyens nous ont approchés pour dénoncer ces méfaits qui sont totalement étrangers à cette région, réputée pour non seulement la qualité de son olive mais aussi par sa rentabilité qui peut atteindre jusqu’à 30 litres au quintal par endroit. «Jamais de ma vie, un villageois de notre daïra ne s’est plaint de tels larcins. Nous entendons que cela se passe en dehors de chez nous, mais jamais une telle chose n’a été constaté jusqu’à cette saison», nous confie ce quinquagénaire, très indigné. Au demeurant, la confiance qui règne entre les citoyens depuis la nuit des temps avait fait que les oléiculteurs n’étaient pas obligés de rentrer avec leur récolte à la fin de la journée. « Depuis toujours, nous laissons nos sacs sous les oliviers, aux pieds des arbres, jusqu’à la fin du ramassage pour les diriger directement vers l’huilerie», nous déclare Si Ramdane. Par ailleurs, en ce qui concerne les maraudeurs, il leur est permis de ramasser les fruits tombés ou restés collés aux branches, une fois que le propriétaire de l’oliveraie a évacué sa récolte.  Dans certains villages, c’est la Djemaa qui décide du début et de la fin de la saison oléicole pour autoriser, à l’occasion, les maraudeurs de pénétrer librement dans les oliveraies.

La Dépêche de Kabylie

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

April 2017
M T W T F S S
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30