Béjaïa / La cueillette des olives bat son plein


Béjaïa / La cueillette des olives bat son pleinLa récole des olives a été entamée depuis plus d’un mois du côté Est de la wilaya de Béjaïa et elle vient de commencer dans les autres contrées de la région. La période de récolte est liée, selon les régions, au degré de maturité des olives, à savoir passer de la couleur verte au dernier stade de pigmentation, le noir.

Avec plus de 50 000 oliviers, la wilaya de Béjaïa produit un quart de la production nationale d’huile d’olive et cette position de leader national, elle la doit à la daïra de Tazmalt laquelle représente le tiers de toute la production de la wilaya. Ainsi, près d’un dixième de la production du pays en huile d’olive est à mettre à l’actif de cette daïra hautement agricole.

L’olivier dans la daïra de Tazmalt, c’est quatre cinquième des terres agricoles. Ceci pour cette daïra. Mais il ne faut pas oublier aussi que de la monographie de la région de Kabylie, il ressort que l’olivier représente la quasi totalité des cultures pérennes et près de la moitié de toutes les activités agricoles. C’est la raison pour laquelle, l’entame de la récolte d’olives est considérée comme un événement important chez les Kabyles et cette campagne est généralement faite collectivement sous forme d’une solidarité qui ne dit pas son nom. Il arrive même parfois que des familles proches qui ne s’entendent pas pour des quiproquos passagers se réconcilient lors de la campagne de récolte des olives. En vadrouillant à travers les oliveraies, ces jours-ci mais surtout en dehors des journées de pluie, des familles entières, composées de femmes, d’hommes et parfois d’enfants (durant les week-ends) s’attelèrent à la récolte de la moindre olive tombée de leurs oliviers car même si elles s’entraident, ces familles ne mettront dans les sacs de jute qu’elles auraient préparés pour la circonstance que le fruit de leurs oliviers. Généralement le gaulage se fait par les hommes et les femmes et enfants s’occupent de la récolte et de la cueillette quand les oliviers sont nains. A chaque tombée de la nuit, la récolte de la journée est emballée dans des sacs et stockée jusqu’à la fin de la récolte pour qu’elle soit transportée à l’huilerie du coin pour qu’elle soit transformée en huile. La trituration se fait par tout un arsenal composé de meulte, malaxeur et centrifugeuse assurant l’effeuillage, le lavage et le broyage avant d’achever le processus par la production d’une huile vierge.

C’est le système moderne de malaxage par broyeurs qui est en vogue dans les nouvelles huileries. Etant produite par des procédés mécaniques, toutes les vitamines et substances définissant le goût qui était dans le fruit se retrouvent intactes dans cette huile d’olive contrairement à l’huile de table produite par raffinage.

La période de cueillette des olives s’étalera jusqu’au mois de février prochain pour la région de la vallée de la Soummam et elle s’achèvera à la fin de cette année pour celle du littoral Est. Ce qui peut être relevé pour la présente campagne, c’est qu’il y a, selon certains citoyens, un net recul de la production dû aux mauvaises conditions climatiques. “ J’ai déjà terminé la récolte et je n’ai eu que deux tiers de la production de l’année dernière”, dira Abdelouahab, commerçant de son état et ayant quelques oliviers au bled qu’il n’oublie jamais de récolter en temps opportun.

Il faut dire que l’huile d’olive revêt une importance sociale pour les Kabyles et surtout une importance économique tout en constituant un composant essentiel de leur régime alimentaire.

La Dépêche de Kabylie


Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

May 2017
M T W T F S S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4