20e jour de la grève de la faim des enseignants contractuels

Manifestation prévue pour le 5 août prochain

La Depeche de Kabylie 02/08/2008

A leur 20e jours de la grève de la faim illimitée, l’état de santé des enseignants contractuels affiliés au Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (Snapap) s’est gravement détérioré. Mais cela ne les empêche pas de poursuivre leur combat jusqu’à l’aboutissement et la satisfaction totale de leurs doléances. Il ne se passe pas un jour sans qu’un enseignant ne soit évacué d’urgence vers l’hôpital. En effet, un enseignant a été transporté dans un état très grave vers l’hôpital Zmirli dans l’après-midi d’hier.

 

Les membres du Conseil national des enseignants contractuels (CNEC) a rendu public un communiqué dans lequel, ils ont indiqué qu’" alors qu’on enregistre une intense mobilisation du comité de soutien aux grévistes, représentants des partis politiques, les organisations de la société civile et l’association nationale des parents d’élèves qui ont été présents massivement au sit-in, le ministre de l’Education persiste toujours dans le silence ; il ne s’est donné même pas la peine de s’enquérir de la santé des grévistes. "

" Après l’intervention féroce de la police et l’arrestation de quelques manifestants et l’évanouissement des autres ; vue la foudre des éléments de la sécurité nationale et leur intervention musclées sur les contestataires qui sont les éducateurs de leur enfants et des générations à venir, nous constatons maintenant, avec beaucoup de regret le visage policier de l’état qui abuse de la dignité de ses élites, " peut-on lire dans le communiqué. “ Dans le même ordre d’idées, les membres du CNEC ont fait savoir qu’après 46 ans de l’indépendance où une catégorie de la société est traitée avec férocité et violence. " A ce sujet, ils ont tenu à indiquer que " le combat est devenu plus qu’un devoir pour la citoyenneté, liberté, dignité et les droits légaux. "

Ils ont souligné en outre, qu’ " apparemment la société algérienne se constitue en deux catégories ; une a le droit absolu et total de gérer les biens de l’état comme elle veut et elle est dessus de toutes les lois de la République. Et l’autre privée du droit minimum qui est l’obtention d’un poste de travail stable et digne, et ce, sans citer les conditions sociales en plus de ça toutes les lois sont utilisées contre nous-y compris la liberté d’expression. " A cet effet, les membres du CNEC se sont posés la question " si ceci n’est-il pas une forme d’injustice et de précarité ?; sommes nous revenus au temps de l’esclavagisme ?. " Il est utile d’indiquer que les enseignants contractuels ont décidé lors d’une réunion organisée le 30 juillet dernier, d’entreprendre une manifestation le 5 août prochain dans un lieu non encore déterminé.
 

par Lemya Ouchenir

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

October 2017
M T W T F S S
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5