Karim Tabou, 1er secrétaire national du FFS en conférence, hièr, à Drâa Ben Khedda

Le pouvoir fait chanter certains partis avec le procès Matoub”

La Depeche de Kabylie 02/08/2008

Karim Tabou, 1er secrétaire national du FFS en conférence, hièr, à Drâa Ben KheddaOn a fait sortir le dossier Matoub pour faire chanter certains responsables politiques afin de se présenter aux prochaines élections présidentielles.”


C’est ce qu’a affirmé le premier secrétaire national du front des forces socialistes (FFS), Karim Tabou lors d’une conférence publique tenue hier a la salle El Hoggar de Draâ Ben Khedda. “Il y a des gens qu’on fait chanter avec ce dossier et par d’’autres encore” dira le conférencier devant une salle clairsemée. ll y avait, en fait, approximativement une quarantaine de personnes qui ont assisté à la conférence qui a débuté au coup de 15h45, soit en accusant un retard de 45 minutes par rapport à l’horaire initial.

Le premier secrétaire nationale du FFS n’a, en somme pas épargné les partis politiques qu’il accuse de “ marcher dans les calculs du pouvoir.” Il a voulu pour preuve le fait que son parti a été la seule formation politique a avoir décidé de boycotter la dernière rencontre avec les maires initiées par la présidence. “Aucun de ces partis n’a osé aller à l’encontre de cette rencontre”, a-t-il dit encore. Qualifié par Tabou “d’une rencontre de la honte.” “On a réduit les maires à des écoliers lors de cette entrevue avec le président. On les a reçu la veille et ils étaient conduit dans un bus à la Coupole où ils étaient interdit de se déplacer tout au long de la conférence du chef de l’Etat. C’est vraiment honteux...” lança Tabou. Dans un autre registre, celui qu’on présente comme étant le plus jeune secrétaire du vieux parti d’opposition s’est félicité que le président ait avoué l’échec de sa politique. “ C’est en fait l’échec de tout le système”, dira le conférencier qui fera ensuite d’ailleurs un tour d’horizon sur l’échec politique, économique et social de ce même système. Tabou trouve en outre que le pouvoir continue à aller de l’avant dans sa démarche d’échec latent. “Malgré toutes les richesses dont dispose le pays ce dernier n’arrive pas à décoller sur tous les plans,” a-t-il estimé et d’enchaîner “il n y’a pas de volonté pour changer de cap,” dans son analyse Tabou dira que “la réinstallation d’Ahmed Ouyahia à la tête du gouvernement est la parfaite preuve que ce pouvoir en place ne veut pas aller de l’avant.” Pour le conférencier, Ouyahia est “synonyme de plusieurs maux” de l’Algérie contemporaine.

Concernant l’affaire de l’assassinat du chantre de la chanson kabyle Matoub Lounès dont la procès a été reporté à maintes reprise, Tabou, qui n’a pas omis d’évoquer ce dossier chaud, a réitéré son appel à aller à un vrai procès et d’installer une commission d’enquête pour élucider cette affaire. Cela même si pour le numéro 2 du FFS, “la population “sait qui est quoi” dans cette affaire, Tabou semble, en fait, convaincu que les citoyens de Tizi-Ouzou savent, autrement dit, qui serait derrière cet horrible assassinat survenu en 1998. “C’est une grossière pièce théâtrale qu’on est entrain de nous jouer avant de présenter un quelconque accusé...,” dira à ce sujet Karim Tabou.
Il est à noter que cette conférence entre dans le cadre d’une série de rencontres initiées par le parti pour la restructuration du FFS et l’installation des commissions des sections de base de la formation.
 

par M. O. B.

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

September 2017
M T W T F S S
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1