La santé des contractuels en grève de la faim se détériore.

Le Quotidien d'Oran 17/08/2008

L'état de santé des enseignants contractuels en grève de la faim ne cesse de se détériorer.

Un communiqué émanant du Comité national des enseignants contractuels (CNEC) fait état «d'une dégradation totale» de la santé des grévistes en leur 34e jour de grève de la faim.

 

«Trouble dans l'appareil urinaire, douleurs et crampes musculaires, fatigue générale et incapacité d'activité physique, amaigrissement et chute de poids de l'ordre de 66 %, difficultés respiratoires aiguës, hypoglycémie, incapacité de communiquer entre eux», est-il souligné dans le communiqué qui ajoute que «la situation alarmante des grévistes a obligé le comité de suivi de la grève à opter pour le gavage gastrique de certains grévistes.»

Au sein du comité des contractuels (CNEC), l'on impute cette situation à laquelle sont arrivés les grévistes de la faim au fait que les pouvoirs publics ne veulent pas dénouer cette crise, en refusant l'ouverture du dialogue avec les contractuels dont le nombre est de 45.000. Des partis politiques, organismes, associations sont montrés du doigt par le CNEC, en raison de leur absence manifeste quant au soutien aux contractuels en grève. «Ils sont là pour interpeller les jeunes que pendant les élections.»

Les contractuels, selon le communiqué, sont déterminés à poursuivre leur combat jusqu'à satisfaction de leurs revendications: intégration des enseignants contractuels dans leurs postes et régularisation de leur situation financière.
 

par Salah-Eddine K.

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

November 2017
M T W T F S S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3