Un antidiabétique oral à partir du 1er octobre

Il sera fabriqué par le groupe danois Novonordisk à Tizi-Ouzou

La Dépêche de Kabylie 31/08/2008

Destiné pour les soin des diabètes de type 2, ce médicament portera le nom de “Novometformine.” Il sera produit, toujours à Oued Aïssi, à raison de quatre millions d’unités.

L’industrie pharmaceutique algérienne vient de se renforcer par un nouveau produit. Le géant scandinave “Novonordisk” produira, dans son usine de Oued Aïssi, un antidiabétique oral à partir du 1er octobre prochain.

Destiné pour les soin des diabètes de type 2, ce médicament portera le nom de “Novometformine.” Il sera produit, toujours à Oued Aïssi, à raison de quatre millions d’unités. Cette capacité, apprend-t-on, sera doublée au terme des six prochains mois pour atteindre les 8 millions d’unités par an à partir de mars 2009.

il faut noter, au passage, que la commercialisation de ce produit intervient avec un retard d’une année par rapport aux prévisions du groupe danois. Un retard, nous explique-t-on, qui serait dû aux innombrables procédures administratives et autres testes de contrôle imposés par les autorités algériennes avant d’homologuer le médicament. “Novonordisk”, qui a investi près de 10 millions d’euros dans cette usine de Oued Aïssi (inaugurée en 2006 par Amar Tou, l’ex-ministre de la Santé) ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, le groupe danois projette d’élargir sa gamme de produits dès les prochains mois, avec, notamment, le lancement de deux nouveaux médicaments pour les hypertendus ainsi que les maladies liés au cholestérol.

Voila donc de quoi atténuer la déceptions de toute la Kabylie qui vient de mettre définitivement un trait sur son rêve de produire de l’insuline. Ce rêve qui, tout le monde s’en souvient, devait booster l’économie de toute une région et dont l’entame était prévue en 1999, n’a jamais vu le jour. Le groupe créé à l’époque pour lancer l’insuline algérienne s’est émietté pour des raisons toujours mystérieuses. Le Français Pierre Fabre et le groupe algérien Saïdal ont effectué une bien curieuse volte-face en se retirant discrètement du projet. La présence du danois “Novonordisk,” leader mondial de l’insuline est devenue presque inutile, car, avec la “fuite” des deux autres partenaires, le lancement de l’usine était devenue impossible.

Aujourd’hui, la fabrication d’un médicament à Oued Aïssi, est vécue comme un événement dans toute la Kabylie. L’usine ne produira, certes, pas le moindre flacon d’insuline, mais elle est quand même fonctionnelle. Le rêve de fabriquer ce produit si nécessaire aux diabétiques a été confié aux Danois. Ces derniers préfèrent, plutôt que de produire, vendre en Algérie l’insuline qu’il fabrique... à l’étranger.

 

par Ahmed Benabi

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

December 2017
M T W T F S S
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31