Une étudiante algérienne invente un dispositif pour recharger le téléphone portable en marchant

Recharger son téléphone en marchant, c’est l’idée que présente actuellement l’algérienne Ibtissem Briki lors du GIST (Global Innovation through Science and Technology), un concours organisé par le département d’État américain à destination des jeunes des pays en développement.

Une étudiante algérienne invente un dispositif pour recharger le téléphone portable en marchant
Une initiative eco-friendly

L’étudiante de 22 ans, licenciée en génie électrique et électronique à l’Inelec (Institut national d’électronique et de génie électrique) de Boumerdès a monté le projet renommé Khatwa, qui permettra aux utilisateurs de recharger leur batterie en marchant. Le premier prototype est constitué de deux parties, une semelle et une batterie USB, explique-t-elle. « La semelle contient des capteurs de pressions, lorsque vous marchez vous produisez de l’énergie qui sera transformée en électricité et ensuite transférée vers la batterie portable, que vous pourrez utiliser pour recharger votre téléphone ». À la différence des Power Bank, ces batteries externes USB, Khatwa est un projet qui respecte l’environnement car il utilise l’énergie infinie générée gratuitement par chaque personne, assure Ibtissem.

L’idée a fait son chemin

Avant de participer à cette compétition internationale qu’est le GIST, Khatwa s’est d’abord frotté aux concurrents régionaux. « Au départ, nous étions deux sur ce projet qui faisait partie du programme MIT Enterprise Forum Pan Arab ; une compétition qui promeut l’entrepreneuriat et l’innovation dans les pays arabes. Nous avons été les seuls représentants algériens de cette édition annuelle en mars. Malheureusement, nous n’avons pas pu nous rendre au Koweït où se déroulait la suite du concours car nous n’avons pas eu les visas. Après avoir fait notre présentation via Skype, on a atteint la finale, mais nous n’avons pas gagné. Nous aurions surement fait mieux si nous avions été sur place ». Si cette fois la jeune étudiante concourt seule, Khatwa fait déjà partie des 76 projets sélectionnés sur les 700 présentés. En tout, ce sont quatre groupes d’Algériens qui figurent parmi les demi-finalistes.

Arrivée à ce stade, Ibtissem attend les résultats qui lui permettront peut-être de s’envoler vers le Kenya où se déroulera la finale au mois de juillet, en présence du président Obama. Pour maximiser ses chances d’être parmi les finalistes qui bénéficieront d’une formation de trois jours en business, un système permettant de voter toutes les 24 heures est mis en place jusqu’au 11 juin. Le lauréat du GIST se verra attribuer une aide financière pour mener à bien son projet.

Une étudiante algérienne invente un dispositif pour recharger le téléphone portable en marchant
Une commercialisation l’année prochaine ?

Si les financements suivent, la start-up pourrait voir le jour l’année prochaine, affirme Ibtissem qui cible des personnes bien précises. « Les militaires, même si ça risque d’être compliqué, les guides touristiques et les athlètes ». En somme, des individus qui pratiquent la marche et qui utilisent régulièrement des appareils électroniques. Le prix devrait se situer entre 2 200 et 2 400 dinars pour le dispositif (batterie et semelle).


TSA

Identification

Agenda

January 2018
M T W T F S S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4