SALLUSTE : LA GUERRE DE JUGURTHA - III

 

III


XX- Après le partage du royaume, les délégués du Sénat avaient quitté l'Afrique. Jugurtha, contrairement à ce qu'il redoutait, se voit maître du prix de son crime ; il tient pour assuré ce que ses amis lui avaient affirmé à Numance, que tout, à Rome, était à vendre ; d'autre part, excité par les promesses de ceux que, peu auparavant, il avait comblés de présents, il tourne toutes ses pensées vers le royaume d'Adherbal. Il était ardent, belliqueux ; celui qu'il songeait à attaquer était calme, peu fait pour la guerre, d'esprit tranquille ; c'était une victime toute désignée, plus craintif qu'à craindre.

Brusquement, avec une forte troupe, Jugurtha envahit son territoire, fait de nombreux prisonniers, met la main sur les troupeaux et sur d'autre butin, brûle les maisons, et, avec sa cavalerie, pénètre partout en ennemi ; puis, à la tête de toute sa troupe, il rentre dans son royaume. Il se doute bien qu'Adherbal, plein de ressentiment, voudra se venger du tort qu'il lui a fait et qu'ainsi on aura une raison de se battre. Mais ce dernier ne se jugeait pas égal en force à son adversaire, et il avait plus confiance dans l'amitié des Romains, que dans ses Numides. Il envoie donc des députés à Jugurtha pour se plaindre des violences qui lui ont été faites.

Malgré la réponse insolente qu'on leur oppose, il aime mieux se résigner à tout que de recommencer la guerre, la précédente lui ayant si mal réussi. L'ambition de Jugurtha n'en est pas diminuée : déjà, par la pensée, il avait conquis tout le royaume d'Adherbal. Aussi n'est-ce pas avec des pillards comme la première fois, mais avec une grande armée qu'il commence la guerre pour conquérir ouvertement toute la Numidie. Partout où il passait ; il dévastait villes et champs, raflait du butin, redoublait la confiance des siens et la terreur de l'ennemi.

 

XXI - Adherbal comprend que, au point où en sont les choses, il doit, ou renoncer au trône ou le défendre par les armes ; la nécessité l'oblige à lever des troupes et à marcher contre Jugurtha. Non loin de la mer, près de la place de Cirta, les deux armées prennent position ; le jour baissant, on n'en vint pas aux mains. Mais, vers la fin de la nuit, au petit jour, les soldats de Jugurtha, à un signal donné, se jettent sur le camp ennemi et, tombant sur l'adversaire à moitié endormi ou cherchant ses armes, ils le mettent en fuite et le massacrent. Adherbal avec quelques cavaliers s'enfuit à Cirta, et, sans une foule d'Italiens, qui arrêtèrent devant les murs la poursuite des Numides, la même journée eût vu le début et la fin des hostilités entre les deux rois. Jugurtha investit la ville, en entreprend le siège avec des mantelets, des tours, des machines de toute sorte, se hâtant surtout, afin de neutraliser l'action des députés qu'il savait avoir été, avant le combat, envoyés à Rome par Adherbal.

Le Sénat, informé de leur guerre, expédie en Afrique trois jeunes gens, chargés d'aller trouver les deux rois et de leur notifier les décisions et volontés du Sénat et du peuple : ordre de mettre bas les armes et de régler leurs différends par l'arbitrage, non par la guerre, seul procédé digne d'eux et de Rome.

 

XXII - Les députés firent d'autant plus diligence pour débarquer en Afrique, qu'à Rome, au moment de leur départ, on parlait déjà du combat et du siège de Cirta ; mais ce n'était qu'un bruit imprécis. Jugurtha les écouta et leur répondit que rien n'avait plus d'importance et de prix à ses yeux que l'autorité du Sénat. Depuis son adolescence, il avait fait effort pour mériter l'éloge des honnêtes gens ; c'est par son mérite, non par ses vices qu'il s'était fait bien voir de Scipion, ce grand homme ; ces mêmes qualités avaient décidé Micipsa, qui pourtant avait des fils, à l'adopter pour l'associer au trône. Au demeurant, plus il avait, par ses actes, montré d'honneur et de courage, moins il tolérerait qu'on lui fit tort. Adherbal avait sournoisement attenté à sa vie ; quand il s'en était rendu compte, il avait devancé le criminel. Rome manquerait au bien et à la justice en lui interdisant de recourir au droit des gens. Aussi bien, allait-il sous peu envoyer à Rome des délégués pour traiter toutes ces questions. Sur ce, on se sépare. Les Romains ne réussirent pas à se rencontrer avec Adherbal.

 

XXIII - Dès qu'il les suppose partis, Jugurtha comprenant bien que la position naturelle de Cirta ne permettra pas de prendre cette ville d'assaut, l'entoure de tranchées et de fossés, élève des tours qu'il garnit de postes ; jour et nuit, par force ou par ruse, il renouvelle ses démonstrations, fait aux défenseurs soit des offres, soit des menaces, ranime par ses encouragements la bravoure des siens, a l'œil à tout, ne néglige rien. Adherbal comprend qu'il en est réduit aux dernières extrémités, qu'il a affaire à un ennemi implacable, sans pouvoir compter sur l'aide de personne, et que, manquant des objets de première nécessité, il ne peut continuer la guerre ; il choisit deux hommes particulièrement actifs parmi ceux qui avec lui s'étaient enfuis à Cirta. Il leur prodigue les promesses, excite leur pitié sur sa situation, et les amène à traverser, la nuit, les défenses ennemies, pour gagner la mer, toute proche, et, de là, Rome.

 

XXIV - En quelques jours, les Numides s'acquittent de leur mission. Lecture est faite au Sénat de la lettre d'Adherbal, dont voici le contenu : «Ce n'est pas ma faute, Pères conscrits, si j'envoie si souvent vers vous pour vous supplier : j'y suis contraint par les violences de Jugurtha, qui a été pris d'un tel besoin de me faire disparaître, qu'il n'a plus, ni pour vous, ni pour les dieux la moindre considération ; avant tout, il veut mon sang. Et voilà comment, depuis cinq mois, un allié, un ami, comme moi, du peuple romain, est assiégé par lui, sans que ni les bienfaits de Micipsa, ni vos décisions me soient de quelque secours. Est-ce le fer, est-ce la faim qui me presse davantage ? Je ne sais pas. Mon triste sort ne m'engage pas à en écrire plus long sur Jugurtha ; déjà j'ai constaté par expérience qu'on croit peu les malheureux. Mais je comprends bien qu'il s'attaque à plus fort que moi, et qu'il ne peut guère espérer à la fois obtenir mon royaume et garder votre amitié. Lequel de ces partis a le plus de prix à ses yeux ? Nul ne l'ignore. Il a d'abord assassiné mon frère Hiempsal, puis il m'a chassé du royaume paternel. Certes, peu vous chaut du tort qui m'a été fait ; mais tout de même, aujourd'hui, c'est votre royaume qu'il a conquis ; c'est moi, moi dont vous avez fait le chef suprême des Numides, qu'il tient assiégé ; le cas qu'il fait des ordres de vos délégués apparaît clairement par ma situation périlleuse. Vos armes seules peuvent avoir effet sur lui.

Ah ! Comme je voudrais que fussent mensongers et mes propos d'aujourd'hui et mes plaintes antérieures au Sénat ! Malheureusement ma misère présente donne crédit à mes paroles.

Puisque je suis né pour procurer à Jugurtha une occasion de manifester sa scélératesse, je demande à échapper, non à la mort et au malheur, mais seulement à l'autorité de mon ennemi et aux tortures qu'il me réserve. Le royaume de Numidie est à vous ; faites-en ce que vous voudrez. Mais moi, arrachez-moi à des mains impies, je vous le demande par la majesté de votre empire et par le caractère sacré de l'amitié, si vous gardez encore le moindre souvenir de mon aïeul, Masinissa.

 

XXV - Après la lecture de cette lettre, quelques sénateurs demandèrent l'envoi immédiat d'une armée en Afrique au secours d'Adherbal ; il convenait de statuer sans retard sur Jugurtha, qui n'avait pas obéi aux envoyés romains.

Mais les mêmes partisans du roi firent tous leurs efforts pour s'opposer à un tel décret ; et l'intérêt public, comme dans la plupart des cas, fut sacrifié à l'intérêt privé.

Pourtant on expédia en Afrique quelques nobles d'un certain âge, et qui avaient rempli de hautes charges, parmi eux, M. Scaurus, dont nous avons parlé plus haut, consulaire et, à ce moment-là, prince du Sénat.

Comme l'affaire soulevait l'indignation générale, et que les Numides insistaient, la délégation s'embarqua au bout de trois jours ; ils arrivèrent vite à Utique et prescrivirent par lettre à Jugurtha de se rendre immédiatement dans la province romaine, où il trouverait, les envoyés du Sénat.

Quand il apprit que des citoyens illustres, dont il avait entendu vanter l'influence à Rome, venaient d'arriver pour s'opposer à ses menées, il éprouva un certain trouble et se sentit ballotté entre la crainte et l'ambition.

Il redoutait le Sénat, en cas de désobéissance ; mais aveuglé par la passion, il inclinait vers ses projets scélérats. Et c'est le mauvais parti qui finit, dans son âme avide, par triompher. Il dispose son armée autour de Cirta et fait tout ce qu'il peut pour emporter la place de vive force, espérant surtout que l'ennemi, en se divisant, lui fournirait l'occasion de vaincre ou par force ou par ruse.

Mais les choses n'allèrent pas à son gré, et il ne réussit pas, comme il l'avait cru, à faire Adherbal prisonnier avant de joindre les envoyés romains. Alors, pour ne pas exaspérer par un plus long retard Scaurus, qu'il redoutait plus que tout autre, il alla dans la province, accompagné de quelques cavaliers. Mais malgré les terribles menaces du Sénat, au cas où il ne renoncerait pas au siège, on perdit le temps en discours, et les envoyés partirent sans que le Numide eût rien concédé.

 

XXVI - Au moment où ces nouvelles parviennent à Cirta, les Italiens qui, par leur courage, assuraient la défense de la place, comptent, si la ville se rend, sur la grandeur de Rome pour empêcher qu'aucune violence leur soit faite à eux-mêmes ; ils conseillent donc à Adherbal de se rendre à Jugurtha, lui et la place, en demandant pour lui la vie sauve, et s'en remettant, pour le reste, au Sénat. Pour Adherbal, tout valait mieux que compter sur la bonne foi de son ennemi ; pourtant comme les Italiens, s'il résistait, avaient les moyens de le contraindre, il fit ce qu'on lui conseillait et se rendit. Jugurtha le fait d'abord périr dans les supplices, puis il fait massacrer indistinctement tous les Numides adultes et tous les gens d'affaires qu'on avait trouvés porteurs d'armes.

 

XXVII - Quand l'affaire fut connue à Rome et portée devant le Sénat, les mêmes agents du roi intervinrent ; soit par leur crédit, soit par des chicanes, ils cherchèrent à gagner du temps et à adoucir la noirceur de ce forfait.

Si C. Meminius, tribun de la plèbe désigné, citoyen énergique et ennemi de la noblesse, n'avait donné au peuple la preuve que quelques intrigants cherchaient à faire oublier le crime de Jugurtha, la colère publique se serait évaporée dans des délibérations sans fin ; tant avaient d'influence le crédit et l'or du roi numide. Conscient des fautes commises, le Sénat eut peur du peuple ; en vertu de la loi Sempronia, il attribua aux futurs consuls les provinces de Numidie et d'Italie. Sont désignés pour cette charge P. Scipion Nasica et L. Calpurnius Bestia ; la Numidie revint à ce dernier, et l'Italie au premier. On lève alors l'armée destinée à l'Afrique ; on fixe la solde et les autres crédits de guerre.

 

XXVIII - Jugurtha est dérouté par ces nouvelles : l’idée que tout se vendait à Rome s'était implantée dans son esprit ; il envoie comme délégués au Sénat son fils et deux de ses amis, qu'il charge, comme il avait fait pour ceux qu'il avait députés à la mort d'Hiempsal, de corrompre tout le monde par des distributions d'argent. Avant leur arrivée à Rome, Bestia demande au Sénat s'il lui plaît de les laisser pénétrer dans la ville. Le Sénat décrète que, s'ils ne viennent pas remettre à discrétion Jugurtha et son royaume, ils sont tenus de quitter l'Italie avant dix jours. Le consul leur communique le décret du

Sénat ; ils regagnent leur pays sans avoir rempli leur mission.

Cependant Calpurnius, ayant organisé son armée, s'adjoint quelques intrigants de la noblesse, dont il espère que l'autorité couvrira ses méfaits et, parmi eux, Scaurus, dont j'ai rappelé plus haut le caractère et la nature.

Le consul avait bon nombre de qualités d'esprit et de corps, gâtées par sa cupidité ; gros travailleur, caractère énergique, assez prévoyant, homme de guerre, très ferme contre les dangers et les embuscades.

Les légions sont conduites à travers l'Italie, jusqu'à Régium, transportées de là en Sicile, puis de Sicile en Afrique. Calpurnius, qui avait préparé ses approvisionnements, entre vivement en Numidie ; en quelques combats, il fait une foule de prisonniers et prend d'assaut quelques villes.

 

XXIX - Mais sitôt que, par ses émissaires, Jugurtha eut essayé de l'acheter et lui eut clairement fait voir combien serait rude la guerre qu'on l'avait chargé de conduire, son âme, d'une cupidité maladive, n'eut pas de peine à changer. Au demeurant, il avait pris comme associé et comme instrument Scaurus qui, au début, dans la corruption générale des gens de son clan, avait lutté contre le roi numide avec la dernière vigueur, mais que le chiffre de la somme promise détourna de la vertu et de l'honneur, pour faire de lui un malhonnête homme. Tout d'abord Jugurtha se bornait à payer pour retarder les opérations militaires, comptant obtenir mieux à Rome, en y mettant le prix et grâce à son crédit. Mais, quand il apprit que Scaurus était mêlé à l'affaire, il ne douta plus guère de voir rétablir la paix et décida d'aller lui-même discuter toutes les conditions avec Bestia et Scaurus. En attendant, le consul, pour prouver sa bonne foi, expédie son questeur Sextius à Vaga, place forte de Jugurtha, et donne comme prétexte de ce déplacement la livraison du blé qu'il avait ouvertement exigé des envoyés de Jugurtha pour leur accorder une trêve, en attendant la soumission du roi. Jugurtha, comme il l'avait décidé, va au camp romain ; devant le conseil, il dit quelques mots pour flétrir l'indignité de sa conduite et offrir de se soumettre ; puis il règle le reste en secret avec Bestia et Scaurus.

Le lendemain, on vote en bloc sur le traité et on accepte la soumission du roi. Suivant les décisions impératives prises en conseil, Jugurtha livre au questeur trente éléphants, du bétail et des chevaux en grand nombre, et une petite somme d'argent. Calpurnius part pour Rome procéder à l'élection des magistrats. En Numidie et dans notre armée, on vivait sur le pied de paix.

 

XXX - Quand on sut le tour qu'avaient pris les événements d'Afrique, il ne fut bruit à Rome dans toutes les assemblées et réunions que des faits et gestes du consul. Dans la plèbe, grande indignation ; chez les patriciens, vive inquiétude. Approuverait-on un pareil forfait ? Casserait-on la décision du consul ? On ne savait trop. Surtout, l'autorité de Scaurus, qu'on donnait comme conseiller et complice de Bestia, écartait les patriciens de la vraie voie de justice.

En revanche, Memmius — j'ai parlé plus haut de sa nature indépendante et de sa haine de l'autorité patricienne — tandis que le Sénat hésitait et attendait, mettait à profit les assemblées pour exciter le peuple à la vengeance, le poussait à ne pas renoncer à sa liberté, étalait au grand jour l'orgueil et la cruauté de la noblesse, bref, ne laissait passer aucun moyen d'échauffer la plèbe. Comme, à cette époque, Memmius était connu et tout-puissant à Rome par son éloquence, j'ai jugé bon, parmi ses nombreux discours, d'en transcrire un en entier. Je choisirai de préférence celui qu'il prononça dans l'assemblée du peuple, à peu près en ces termes, après le retour de Bestia :

 

XXXI - «Bien des motifs me détourneraient de vous adresser la parole, citoyens. Mais ma passion du bien de l'Etat est plus forte que tous les obstacles : puissance de la faction patricienne, résignation populaire, carence du droit, surtout cette considération que, à être honnête, on recueille plus de dangers que d'honneur.

J'ai honte de vous le dire : pendant ces quinze dernières années, vous avez été le jouet d'une minorité orgueilleuse, vous avez, misérablement et sans les venger, laissé périr vos défenseurs et affaiblir votre vigueur par mollesse et lâcheté ; même aujourd'hui, quand vos ennemis sont entre vos mains, vous ne savez pas vous relever, et vous avez encore peur de ceux que vous devriez faire trembler. Eh bien ! Malgré tout, je ne puis pas ne pas faire front contre les abus de la faction.

Oui, je suis décidé à user de la liberté que m'a léguée mon père. Ma peine sera-t-elle sans effet, ou vous profitera-t-elle ? C'est affaire à vous d'en décider, citoyens.»

«Et je ne vais pas vous engager à user du moyen qu'ont souvent employé vos ancêtres : prendre les armes contre l'injustice. Non, ni la violence ni la sécession ne sont nécessaires ; vos adversaires tomberont fatalement victimes de leurs propres procédés. Après le meurtre de Tibérius Gracchus, qu'ils accusaient d'aspirer à la royauté, ils imaginèrent contre la plèbe romaine des enquêtes. Après celui de C. Gracchus et de M. Fulvius, nombreux furent ceux de votre classe qui furent jetés en prison et massacrés. Dans les deux cas, les violences prirent fin, non par la loi, mais parce qu'ils le voulurent bien. Admettons pourtant que ce soit aspirer à la royauté de rendre ses droits à la plèbe et que soit légitime tout ce qu'on ne peut punir sans verser le sang des citoyens. Les années précédentes, vous vous indigniez, sans rien dire, de voir piller le trésor public, les rois et les peuples libres payer un tribut à quelques nobles, qui gardaient pour eux gloire et argent. Et pourtant, de tels méfaits, impunément répétés, leur parurent des misères, et ils finirent par livrer aux ennemis du pays vos lois, votre majesté, toutes les choses humaines et divines. Et ils n'ont de leurs actes ni honte ni regret, mais ils se pavanent orgueilleusement devant vous, étalant leurs sacerdoces, leurs consulats, quelques-uns leurs triomphes, comme si c'étaient là des titres d'honneur et non le fruit de leurs brigandages. Des esclaves, achetés avec de l'argent, n'acceptent pas d'ordres injustes de leurs maîtres ; et vous, citoyens, qui tenez de votre naissance le droit de commander, vous vous résignez d'un cœur léger à la servitude !»

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

January 2018
M T W T F S S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4