SALLUSTE : LA GUERRE DE JUGURTHA - II

II


Arrivés à Rome, les députés, suivant les ordres reçus, offrent des présents aux hôtes du roi et à tous les sénateurs qui avaient à ce moment-là de l'influence ; alors, changement complet : Jugurtha cesse d'être odieux et obtient faveur et crédit.
Gagnés, les uns par l'espoir, les autres par les cadeaux, les nobles circonviennent individuellement les sénateurs, pour qu'une décision sévère ne soit pas prise contre le Numide. Puis, quand les députés jugent que l'affaire est en bonne voie, on fixe un jour pour entendre les deux parties. Ce jour-là, nous a-t-on dit, Adherbal s'exprima ainsi :

XIV - «Pères conscrits, mon père Micipsa, en mourant, me prescrivit de me regarder simplement comme votre représentant dans le royaume de Numidie, où vous aviez tout droit et toute autorité ; de faire tous mes efforts pour être, en paix et en guerre, le plus possible utile au peuple romain ; de vous considérer comme mes parents et mes alliés : à agir ainsi, je trouverais dans votre amitié force armée, richesse, appui pour mon trône. Je me conformais à ces recommandations paternelles, quand Jugurtha, le pire scélérat que la terre ait porté, me chassa, au mépris de votre autorité, de mon royaume et de mes biens, moi, le petit-fils de Masinissa, l'allié de toujours et l'ami du peuple romain.»
«Et puisque j'en suis venu à cette situation misérable, j'aurais voulu, Pères conscrits, vous demander votre aide en invoquant mes services plutôt que ceux de mes pères ; j'aurais surtout aimé me dire que le peuple romain était mon obligé, sans avoir besoin de lui rien demander ; du moins, si j'y étais contraint, j'aurais aimé invoquer son aide comme une dette. Mais l'honnêteté toute seule ne donne guère la sécurité, et il ne dépend pas de moi que Jugurtha soit ce qu'il est. Je me suis donc réfugié auprès de vous, Pères conscrits, à qui je suis forcé, pour comble d'infortune, d'être à charge, avant de pouvoir vous servir.»
«Des rois, vaincus par vous à la guerre, ont ensuite bénéficié de votre amitié ; d'autres, dans une situation incertaine, ont sollicité votre alliance; notre famille, à nous, est devenue l'amie du peuple romain pendant la guerre contre Carthage, à un moment où votre fortune était moins désirable que votre amitié. Pères conscrits, vous ne voudrez pas qu'un descendant de ces hommes, qu'un petit-fils de Masinissa vous demande vainement votre aide. Si je n'avais d'autre raison de l'obtenir que ma pitoyable destinée, moi qui, hier encore, étais un roi puissant par la race, la réputation et la richesse, et ne suis aujourd'hui qu’un malheureux sans ressources, réduit à compter sur celles d'autrui, je dis que la majesté du peuple romain serait engagée à empêcher l'injustice et à ne pas permettre qu'un royaume puisse prospérer par le crime. En réalité, j'ai été chassé d'un pays qui fut donné à mes ancêtres par le peuple romain, d'où mon père et mon grand-père, unis à vous, ont expulsé Syphax et les Carthaginois. Ce sont vos présents qu'on m'a arrachés, Pères conscrits ; c'est vous qu'on méprise dans l'injustice dont je suis victime.»
«Malheureux que je suis !
Ô Micipsa, mon père, le résultat de tes bienfaits, le voici : celui que tu as appelé à partager ton trône, à parts égales, avec tes enfants, doit donc être le destructeur de ta race ? Notre maison ne connaîtra-t-elle donc jamais le repos ? Vivra-t-elle donc toujours dans le sang, la bataille et l'exil ? Tant qu'exista Carthage, nous avions — c'était normal — à supporter tous les sévices. L'ennemi était près de nous, et vous, nos amis, étiez loin ; tout notre espoir était dans nos armes. Cette peste une fois chassée d'Afrique, nous vivions allègrement en paix ; nous n'avions d'autres ennemis que ceux que vous nous ordonniez de regarder comme tels.
Et voici qu'à l'improviste, Jugurtha, laissant éclater avec une audace intolérable sa scélératesse et sa tyrannie, assassine son frère, son propre parent, s'approprie d'abord son royaume comme prix du crime qu’il a commis, puis, ne pouvant me prendre dans ses filets, moi qui, sous votre autorité, ne m'attendais pas du tout à la violence et à la guerre, me chasse, vous le voyez, de ma patrie, de ma maison, indigent et misérable, si bien que, n'importe où, je me trouve plus en sécurité que dans mes propres Etats.»
«Je croyais, Pères conscrits, à ce que j'avais entendu répéter à mon père, que, à cultiver avec soin votre amitié, on s'imposait une lourde tâche, mais du moins on n'avait absolument rien à craindre de personne. Notre famille, autant qu'elle l'a pu, a, dans toutes vos guerres, été à vos côtés : notre sécurité dans la paix est donc affaire à vous, Pères conscrits.»
«Mon père a laissé deux fils, mon frère et moi ; il en a adopté un troisième, Jugurtha, dans la pensée que ses bienfaits l'attacheraient à nous. L'un de nous a été massacré ; et moi, j'ai eu du mal à échapper à ses mains impies.
Que faire ? Où aller dans mon infortune ? Tous les appuis que je pouvais trouver dans les miens se sont écroulés : mon père a subi la loi fatale, il a succombé à une mort naturelle ; mon frère, qui, plus qu'un autre, devait être épargné, s'est vu ravir la vie par le crime d'un parent ; mes alliés, mes amis, tous mes proches ont été victimes de diverses calamités : les uns, pris par Jugurtha, ont été mis en croix, d'autres jetés aux bêtes ; quelques-uns, qu'on a laissé vivre, sont enfermés dans de sombres cachots et traînent dans les pleurs et le deuil une existence plus pénible que la mort.»
«Si j'avais conservé tout ce que j'ai perdu, toutes les amitiés qui me sont devenues contraires, c'est encore vous, Pères conscrits, que j'implorerais, au cas où des malheurs inattendus auraient fondu sur moi ; votre puissance vous fait un devoir de faire respecter le droit et de punir l'injustice. Mais, en fait, je suis exilé de ma patrie, de ma maison, je suis seul, privé de tous les honneurs : où puis-je aller ? Qui puis-je appeler ? Les peuples et les rois dont notre amitié pour vous a fait les ennemis de ma maison ? Puis-je me réfugier quelque part sans y trouver accumulées les traces de la guerre faite par mes aïeux ? Puis-je compter sur la pitié de ceux qui ont été un jour vos ennemis ?»
«Enfin, Masinissa nous a appris, Pères conscrits, à ne nous lier qu'avec le peuple romain, à ne conclure aucune nouvelle alliance, aucun traité nouveau, à chercher notre unique appui dans votre amitié ; si les destins de votre empire devaient changer, à succomber avec vous. Votre courage et la volonté divine vous ont faits grands et riches ; tout vous réussit, tout vous est soumis : il vous est d'autant plus aisé de punir les injustices dont souffrent vos alliés.»
«Ma seule crainte, c'est que les relations particulières que certains d'entre vous ont, sans examen sérieux, contractées avec Jugurtha, ne les induisent en erreur.
J'entends dire qu'on multiplie efforts, démarches, pressions auprès de chacun de vous, pour vous empêcher de statuer sur Jugurtha en son absence et sans l'entendre ; on ajoute que je vous paie de mots, que ma fuite est simulée, que je pouvais rester dans mon royaume. Ah ! Puissé-je voir l'homme dont l'exécrable forfait m'a plongé dans cette misère, mentir comme je mens moi-même ! Puissiez-vous enfin, vous ou les dieux immortels, prendre souci des affaires humaines ! Cet homme, aujourd'hui si fier de son crime et si puissant, souffrant mille maux pour son ingratitude envers notre père, pour la mort de mon frère, pour les malheurs dont il m'accable, recevrait alors son châtiment.»
«Ô mon frère, toi que j'ai tant aimé, la vie t'a été enlevée avant l'heure par celui à qui tout interdisait de te toucher ; et pourtant ton sort me paraît plus heureux que lamentable. Ce n'est pas un trône que tu as perdu avec la vie, mais la fuite, l'exil, l'indigence et toutes les misères qui m'accablent. Moi au contraire, infortuné, précipité du trône paternel dans un abîme de maux, je suis un exemple des vicissitudes humaines ; je me demande que faire : venger le tort qu'on t'a fait, manquant moi-même de tout secours, ou songer à mon pouvoir royal, alors que ma vie et ma mort dépendent de l'étranger ? Plût aux dieux que la mort fût une issue honorable à mes infortunes et que je ne fusse pas à bon droit exposé au mépris, pour céder devant l'injustice par lassitude des maux soufferts ! Aujourd'hui, je n'ai aucune joie à vivre, et il ne m'est pas sans déshonneur permis de mourir.»
«Pères conscrits, par vous, par vos enfants et par vos pères, par la majesté du peuple romain, secourez-moi dans ma misère, luttes contre l'injustice ; ne laissez pas le royaume de Numidie, qui est à vous, se dissoudre par le crime dans le sang de notre famille.»

XV - Quand le roi eut fini de parler, les envoyés de Jugurtha, comptant plus sur leurs distributions d'argent que sur leur bon droit, répondirent en quelques mots : Hiempsal avait été massacré par les Numides en raison de sa cruauté ; Adherbal avait, sans provocation, commencé les hostilités ; après sa défaite, il se plaignait de n'avoir pu lui-même faire de mal aux autres; Jugurtha demandait au Sénat de le juger tel qu'il s'était fait connaître à Numance, et de s'en rapporter moins aux articulations d'un ennemi, qu'à ses propres actes.
Les adversaires quittent la curie. Sans retard, le Sénat met l'affaire en délibéré. Les partisans des députés et, avec eux, la majorité des sénateurs, corrompus par l'intrigue, parlent avec dédain du discours d'Adherbal, exaltent le mérite de
Jugurtha ; crédit, paroles, tous les procédés leur sont bons pour vanter le crime et la honte d'autrui, comme s'il s'agissait de leur propre gloire. La minorité, qui préférait à l'argent le bien et l'équité, demanda par son vote qu'on vînt en aide à Adherbal et qu'on punit sévèrement la mort d'Hiempsal ; au premier rang de ces derniers, Emilius Scaurus, un noble actif, chef de parti, avide d'autorité, d'honneurs, d'argent, au demeurant habile à dissimuler ses vices. Voyant prodiguer les largesses royales avec une scandaleuse impudence, il appréhenda ce qui se produit d'ordinaire dans ce cas, je veux dire l'explosion de colère soulevée par un abus si éhonté, et il mit le holà à son habituelle cupidité.

XVI - Dans le Sénat pourtant, la victoire resta au parti qui faisait moins de cas de la justice que de l'argent et du crédit. On décréta l'envoi de dix délégués chargés de partager entre Jugurtha et Adherbal le royaume de Micipsa.
Comme chef de la délégation, on choisit L. Opimius, citoyen illustre et alors influent au Sénat, parce que, consul après la mort de C. Gracchus et de M. Fulvius Flaccus, il avait tiré avec une grande vigueur toutes les conséquences de la victoire de la noblesse sur la plèbe. Il était à Rome parmi les ennemis de Jugurtha ; celui-ci pourtant le reçut avec un soin infini, et l'amena par des dons et des promesses à sacrifier sa réputation, sa loyauté, sa personne enfin, aux intérêts du roi. On entreprit les autres délégués par les mêmes moyens ; la plupart se laissèrent séduire ; quelques-uns seulement préférèrent l'honneur à l'argent. Dans le partage, la partie de la Numidie qui touche à la Mauritanie, plus riche et plus peuplée, fut attribuée à Jugurtha ; le reste, qui avait plus d'aspect que de valeur propre, avec des ports et de beaux édifices plus nombreux, fut le lot d'Adherbal.

XVII - Mon sujet paraît exiger un court exposé sur la position de l'Afrique et quelques mots sur les nations que nous y avons eues pour ennemies ou pour alliées. Quant aux régions et aux peuplades qui, en raison de la chaleur, des difficultés de toute sorte et de leur état désertique, ont été moins visitées par les voyageurs, je ne saurais rien en dire de certain. Sur les autres, je m'expliquerai brièvement.
Dans la division du globe, la plupart des auteurs ont fait de l'Afrique une troisième partie du monde ; quelques-uns ne comptent que l'Asie et l'Europe et placent l'Afrique en Europe. L'Afrique a pour limites, à l'ouest le détroit qui réunit notre mer à l'Océan, à l'est un plateau incliné, appelé par les habitants Catabathmos. La mer y est orageuse, la côte sans ports, la terre fertile, propre à l'élevage, sans arbres, sans eaux de pluie, sans sources. Les hommes sont vigoureux, agiles, rudes à l'ouvrage ; ils meurent généralement de vieillesse, sauf le cas de mort violente par le fer ou les bêtes féroces ; rarement ils succombent à la maladie. Les animaux malfaisants sont nombreux.
Quels ont été les premiers habitants de l'Afrique ? Quels sont ceux qui y sont venus ensuite ? Comment s'est effectué le mélange ? Je pense sur ces points autrement que la majorité des auteurs. Les livres carthaginois attribués au roi Hiempsal m'ont été expliqués — ils s'accordent avec les idées des gens de là-bas ; je vais les résumer, laissant d'ailleurs à mes répondants la responsabilité de leurs dires.

XVIII - L'Afrique, au début, était habitée par les Gétules et les Libyens, rudes, grossiers, nourris de la chair des fauves, mangeant de l'herbe comme des bêtes. Ils n'obéissaient ni à des coutumes, ni à des lois, ni à un chef ; errants, dispersés, ils s'arrêtaient à l'endroit que la nuit les empêchait de dépasser. Mais, après la mort d'Hercule en Espagne — c'est du moins la croyance africaine, — son armée composée de peuples divers, ayant perdu son chef et voyant plusieurs rivaux se disputer le commandement, se débanda bien vite.
Les Mèdes, les Perses, les Arméniens passèrent en Afrique sur des vaisseaux et occupèrent les territoires les plus rapprochés de la Méditerranée. Les Perses s'établirent plus près de l'Océan, renversèrent les coques de leurs navires pour en faire des cabanes, parce qu'ils ne trouvaient point de matériaux dans le pays et n'avaient aucun moyen de faire des achats ou des échanges en Espagne : l'étendue de la mer et leur ignorance de la langue leur interdisaient tout commerce.
Insensiblement, ils s'unirent aux Gétules par des mariages ; et, comme ils avaient fait l'essai de plusieurs régions, allant sans cesse d'un lieu dans un autre, ils se donnèrent le nom de Nomades. Aujourd'hui encore, les maisons des paysans numides, qu'ils appellent mapalia, sont allongées, aux flancs cintrés, et font l'effet de carènes de bateaux.
Aux Mèdes et aux Arméniens s'unirent les Libyens — qui vivaient plus près de la mer d'Afrique, les Gétules étant plus sous le soleil, non loin des pays caniculaires — et bien, vite, ils bâtirent des places fortes ; séparés de l'Espagne par le détroit, ils pratiquaient des échanges avec ce pays. Petit à petit, les Libyens altérèrent le nom des nouveaux venus et, dans leur langue barbare, les appelèrent Maures au lieu de Mèdes.
La puissance des Perses ne tarda pas à s'accroître ; et, dans la suite, sous le nom de Numides, les jeunes, en raison de la surpopulation, se séparèrent de leurs pères et s'installèrent dans la région voisine de Carthage, appelée Numidie ; puis, s'appuyant sur les anciens habitants, ils se rendirent, par les armes ou la terreur, maîtres des régions voisines, et se firent un nom glorieux, ceux surtout qui s'étaient avancés plus près de la Méditerranée, parce que les Libyens sont moins belliqueux que les Gétules. Enfin, presque tout le nord de l'Afrique appartint aux Numides; les vaincus se fondirent avec les vainqueurs, qui leur donnèrent leur nom.

XIX - Dans la suite, les Phéniciens, poussés, les uns par le désir de diminuer chez eux la population, les autres par l'ambition d'étendre leur empire, engagèrent à partir la plèbe et des gens avides de nouveautés, qui fondèrent Hippone, Hadrumète, Leptis, et d'autres villes sur les côtes méditerranéennes ; très vite ces cités prospérèrent et furent, les unes l'appui, les autres la gloire de leur patrie. Quant à Carthage, j'aime mieux n'en rien dire que d'en parler brièvement ; aussi bien ai-je hâte d'aller où mon sujet m'appelle.
Ainsi donc, à partir de la région du Catabathmos qui sépare l'Egypte de l'Afrique, on rencontre d'abord, en suivant la mer, Cyrène, colonie de Théra, puis les deux Syrtes, et entre elles, Leptis, puis les autels des Philènes, limite, du côté de l'Egypte, de l'empire carthaginois, et, en continuant, d'autres villes puniques. Les territoires à la suite, jusqu'à la Mauritanie, appartiennent aux Numides ; les peuples les plus rapprochés de l'Espagne sont les Maures. En arrière de la Numidie sont, dit-on, les Gétules, les uns vivant dans des cabanes, les autres, plus barbares encore, allant à l'aventure. Derrière sont les Ethiopiens, et plus loin enfin, les pays brûlés par le soleil.
Au moment de la guerre de Jugurtha, la plupart des places puniques et les territoires carthaginois que nous possédions depuis peu étaient administrés par des magistrats romains. Presque tous les Gétules et les Numides jusqu'au fleuve Mulucha étaient sujets de Jugurtha. Tous les Maures obéissaient au roi Bocchus, qui ne connaissait que de nom le peuple romain, et que nous ignorions nous-mêmes comme ennemi ou comme ami.
De l'Afrique et de ses habitants, j'ai dit tout ce qui était nécessaire à mon sujet.

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

November 2017
M T W T F S S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3