SALLUSTE : LA GUERRE DE JUGURTHA - I

La Guerre de Jugurtha

I


I - La race humaine a tort de se plaindre de sa nature, sous prétexte que, faible et d'une courte durée, elle est régie par le hasard plutôt  la guerre de jugurtha que par la vertu. Au contraire, en réfléchissant bien, on ne saurait trouver rien de plus grand, de plus éminent et on reconnaîtrait que ce qui manque à la nature humaine, c'est bien plutôt l'activité que la force ou le temps.
La vie des mortels est guidée et dominée par l'âme.
Que l'on marche à la gloire par le chemin de la vertu, et l'on aura assez de force, de pouvoir, de réputation ; on n'aura pas besoin de la Fortune, qui ne peut ni donner ni enlever à personne la probité, l'activité et les autres vertus. Si, au contraire, séduit par les mauvais désirs, on se laisse aller à l'inertie et aux passions charnelles, on s'abandonne quelques instants à ces pernicieuses pratiques, puis on laisse se dissiper dans l'apathie ses forces, son temps, son esprit; alors on s'en prend à la faiblesse de sa nature, et on attribue aux circonstances les fautes dont on est soi-même coupable. Si l'on avait autant de souci du bien que de zèle pour atteindre ce qui nous est étranger, inutile, souvent même nuisible, on ne se laisserait pas conduire par le hasard ; on le conduirait et on atteindrait une grandeur telle que, loin de mourir, on obtiendrait une gloire immortelle.

II - L'homme étant composé d'un corps et d'une âme, tout ce qui est, tous nos sentiments participent de la nature ou du corps ou de l'esprit. Un beau visage, une grosse fortune, la vigueur physique et autres avantages de ce genre se dissipent vite, tandis que les beaux travaux de l'esprit ressemblent à l'âme : ils sont immortels. Tous les biens du corps et de la fortune ont un commencement et une fin : tout ce qui commence finit ; tout ce qui grandit dépérit ; l'esprit dure, sans se corrompre, éternellement ; il gouverne le genre humain, il agit, il est maître de tout, sans être soumis à rien. Aussi, peut-on être surpris de la dépravation des hommes qui, asservis aux plaisirs du corps, passent leur vie dans le luxe et la paresse, et laissent leur esprit, la meilleure et la plus noble partie de l'homme, s'engourdir faute de culture et d'activité, alors surtout que sont innombrables et divers les moyens d'acquérir la plus grande célébrité.

III - Mais, parmi tous ces moyens, les magistratures, les commandements militaires, une activité politique quelconque ne me paraissent pas du tout à envier dans le temps présent ; car ce n'est pas le mérite qui est à l'honneur, et ceux mêmes qui doivent leurs fonctions à de fâcheuses pratiques, ne trouvent ni plus de sécurité, ni plus de considération. En effet recourir à la violence pour gouverner son pays et les peuples soumis, même si on le peut et qu'on ait dessein de réprimer les abus, est chose désagréable, alors surtout que toute révolution amène des massacres, des bannissements, des mesures de guerre. Faire d'inutiles efforts et ne recueillir que la haine pour prix de sa peine, c'est pure folie, à moins qu'on ne soit tenu par la malhonnête et funeste passion de sacrifier à l'ambition de quelques hommes son honneur et sa liberté.

IV - Aussi bien, parmi les autres travaux de l'esprit, n'en est-il pas de plus utile que le récit des événements passés. Souvent on en a vanté le mérite ; je ne juge donc pas à propos de m'y attarder, ne voulant pas d'autre part qu'on attribue à la vanité le bien que je dirais de mes occupations. Et, parce que je me suis résolu à vivre loin des affaires publiques, plus d'un, je crois, qualifierait mon travail, si important et si utile, de frivolité, surtout parmi ceux dont toute l'activité s'emploie à faire des courbettes devant la plèbe et à acheter le crédit par des festins. Si ces gens-là veulent bien songer au temps où je suis arrivé aux magistratures, aux hommes qui n'ont pu y parvenir, à ceux qui sont ensuite entrés au Sénat, ils ne manqueront pas de penser que j'ai obéi plus à la raison qu'à la paresse en changeant de manière de vivre, et que mes loisirs apporteront à la république plus d'avantages que l'action politique des autres.
J'ai souvent entendu dire de
Q. Maximus, de P. Scipion et d'autres grands citoyens romains que, en regardant les images de leurs ancêtres, ils se sentaient pris d'un ardent amour pour la vertu. A coup sûr, ce n'était pas de la cire ou un portrait qui avait sur eux un tel pouvoir ; mais le souvenir de glorieuses actions entretenait la flamme dans le cœur de ces grands hommes et ne lui permettait pas de s'affaiblir, tant que, par leur vertu, ils n'avaient pas égalé la réputation et la gloire de leurs pères. Avec nos mœurs actuelles, c'est de richesse et de somptuosité, non de probité et d'activité, que nous luttons avec nos ancêtres. Même des hommes nouveaux, qui jadis avaient l'habitude de surpasser la noblesse en vertu, recourent au vol et au brigandage plutôt qu'aux pratiques honnêtes, pour s'élever aux commandements et aux honneurs : comme si la préture, le consulat et les autres dignités avaient un éclat et une grandeur propres, et ne tiraient pas le cas qu'on en fait de la vertu de leurs titulaires. Mais je me laisse aller à des propos trop libres et trop vifs, par l'ennui et le dégoût que me causent les mœurs publiques ; je reviens à mon sujet.

V - Je vais raconter la guerre que soutint le peuple romain contre Jugurtha, roi des Numides, d'abord parce que la lutte fut sévère et dure, que la victoire fut longtemps incertaine, et puis parce qu'alors, pour la première fois, se marqua une résistance à la tyrannie de la noblesse. Ces hostilités déterminèrent un bouleversement général de toutes les choses divines et humaines et en vinrent à un point de violence tel que les discordes entre citoyens se terminèrent par une guerre civile et la dévastation de l'Italie. Mais, avant de commencer, je reprendrai les faits d'un peu plus haut, afin de mieux faire comprendre les événements et de mieux les mettre en lumière.
Pendant la seconde guerre punique, où le général carthaginois Hannibal avait accablé l'Italie des coups les plus rudes que Rome eût eu à supporter depuis qu'elle était devenue puissante, Masinissa, roi des Numides, admis comme allié par ce Scipion que son mérite fit surnommer plus tard l'Africain, s'était signalé par plusieurs beaux faits d'armes. En récompense, après la défaite de Carthage et la capture de Syphax, dont l'autorité en Afrique était grande et s'étendait au loin, Rome fit don à ce roi de toutes les villes et de tous les territoires qu'elle avait pris. Notre alliance avec Masinissa se maintint bonne et honorable.
Mais avec sa vie finit son autorité, et après lui, son fils Micipsa fut seul roi, ses deux frères Mastanabal et Gulussa étant morts de maladie. Micipsa eut deux fils, Adherbal et Hiempsal ; quant à Jugurtha, fils de Mastanabal, que Masinissa avait exclu du rang royal, parce qu'il était né d'une concubine, il lui donna, dans sa maison, la même éducation qu'à ses enfants.

VI - Dès sa jeunesse, Jugurtha, fort, beau, surtout doué d'une vigoureuse intelligence, ne se laissa pas corrompre par le luxe et la mollesse, mais, suivant l'habitude de sa race, il montait à cheval, lançait le trait, luttait à la course avec les jeunes gens de son âge, et, l'emportant sur tous, leur resta pourtant cher à tous ; il passait presque tout son temps à la chasse, le premier, ou dans les premiers, à abattre le lion et les autres bêtes féroces, agissant plus que les autres, parlant peu de lui.
Tous ces mérites firent d'abord la joie de Micipsa, qui comptait profiter, pour la gloire de son règne, du courage de Jugurtha. Mais il comprit vite qu'il était lui-même un vieillard, que ses enfants étaient petits et que cet adolescent prenait chaque jour plus de force : tout troublé par ces faits, il roulait mille pensées dans son esprit. Il songeait avec effroi que la nature humaine est avide d'autorité et toute portée à réaliser ses désirs ; que son âge et celui de ses fils offraient une belle occasion, que l'espoir du succès aurait fait saisir, même à un homme ordinaire ; il méditait sur la vive sympathie des Numides pour Jugurtha et se disait, que, à faire assassiner par traîtrise un tel homme, il risquait une sédition ou une guerre.

VII - Tourmenté par ces difficultés, il se rend bientôt compte que ni la violence, ni la ruse ne pourront le débarrasser d'un homme aussi populaire ; mais, comme Jugurtha était prompt à l'action et avide de gloire militaire, il décide de l'exposer aux dangers et, par ce moyen, de courir sa chance.
Pendant la guerre de Numance, il envoya aux Romains des renforts de cavalerie et d'infanterie ; et, dans l'espoir que Jugurtha succomberait aisément, victime de son courage ou de la cruauté ennemie, il le mit à la tête des Numides qu'il expédiait en Espagne. Mais l'issue fut tout autre qu'il n'avait pensé.
Jugurtha était naturellement actif et vif. Sitôt qu'il eut compris la nature et le caractère de Scipion, général en chef de l'armée romaine, et la tactique ennemie, par ses efforts, son application, son obéissance, sa modestie, son initiative devant le danger, il arriva bien vite à une telle réputation, qu'il conquit l'affection des Romains et terrifia les Numantins. Et vraiment, il avait résolu le problème d'être à la fois intrépide au combat et sage dans le conseil, problème difficile, l'un de ces mérites faisant dégénérer la prudence en timidité, comme l'autre, le courage en témérité. Aussi, le général en chef confiait-il à Jugurtha toutes les affaires un peu rudes, le tenait-il pour un ami, montrait-il, de jour en jour, plus d'affection à un homme qui jamais n'échouait dans ses projets ni dans ses entreprises.
A ces qualités s'ajoutaient une générosité et une finesse qui avaient créé, entre beaucoup de Romains et lui, d'étroits liens d'amitié.

VIII - A cette époque, il y avait dans notre armée beaucoup d'hommes nouveaux et aussi de nobles, qui prisaient l'argent plus que le bien et l'honnête, intrigants à Rome, puissants chez les alliés, plus connus qu'estimables : par leurs promesses, ils excitaient l'ambition de Jugurtha, qui n'était pas petite, lui répétant que, si Micipsa venait à mourir, il serait seul roi de
Numidie : son mérite emporterait tout, et d'ailleurs, à Rome, tout était à vendre.
Après la prise de Numance, Scipion décida de congédier les troupes auxiliaires et de rentrer lui-même à Rome. Devant les soldats assemblés, il récompensa magnifiquement Jugurtha et le couvrit d'éloges ; puis il l'emmena dans sa tente et là, seul à seul, il lui conseilla de cultiver l'amitié du peuple romain tout entier, plutôt que de se lier avec des particuliers, et aussi de ne pas prendre l'habitude de faire des distributions d'argent : c'était un gros risque d'acheter à quelques-uns ce qui appartenait à tous. Si sa conduite restait ce qu'elle avait été, la gloire, puis le trône lui viendraient tout naturellement ; si au contraire il voulait aller trop vite, ses largesses mêmes précipiteraient sa chute.

IX - Ayant ainsi parlé, il le renvoya, en le chargeant de remettre à Micipsa la lettre que voici : «Ton Jugurtha, dans la guerre de Numance, a montré les plus belles vertus : je suis assuré que tu en auras de la joie. Ses mérites me l'ont rendu cher ; je ferai tout pour que le Sénat et le peuple romain sentent comme moi. En raison de notre amitié, je t'adresse mes félicitations ; tu as là un homme digne de toi et de son aïeul Masinissa.»
Cette lettre lui ayant confirmé ce que le bruit public lui avait appris, Micipsa fut tout troublé à l'idée du mérite et du crédit de son neveu, et il modifia sa manière de voir ; il s'attacha à dominer Jugurtha par ses bienfaits, l'adopta sans tarder, et, par testament, fit de lui son héritier, concurremment avec ses fils. Quelques années plus tard, accablé par la maladie et les années, et sentant sa mort prochaine, il adressa, dit-on, en présence de ses amis, de ses parents et aussi de ses fils Adherbal et Hiempsal à peu près ces paroles à Jugurtha :
X - «Tu étais tout petit, Jugurtha, quand tu perdis ton père, qui te laissait sans espoir et sans ressources :
je te recueillis auprès de moi, dans la pensée que tu m'aimerais pour mes bienfaits, autant que m'aimeraient mes fils, si je venais à en avoir, je ne me suis pas trompé. Sans parler d'autres glorieux exploits, tu es récemment revenu de Numance, ayant comblé de gloire mon royaume et moi-même ; ton mérite a rendu plus étroite l'amitié qu'avaient pour nous les Romains. En Espagne, nous avons vu refleurir notre nom. Enfin, grosse difficulté pour un homme, tu as par ta gloire vaincu l'envie.
«Aujourd'hui, je touche au terme naturel de mon existence : eh bien ! par cette main que je serre, au nom de la fidélité que tu dois à ton roi, je t'en prie et je t'en supplie, aime ces jeunes gens, qui sont de ta race et que ma bonté a faits tes frères. Songe moins à attirer des étrangers qu'à garder auprès de toi ceux qui te sont unis par les liens du sang. Ce ne sont ni les soldats ni les trésors qui défendent un trône, ce sont les amis, qu'on ne saurait contraindre par les armes, ni gagner par l'or, mais qu'on se donne par les bons offices et par la loyauté. Quoi de plus cher qu'un frère pour un frère ? et à quel étranger se fier, si l'on est l'ennemi des siens ? Le royaume que je vous laisse sera solide si vous êtes vertueux, faible, si vous êtes méchants. La concorde donne de la force à ce qui en manque ; la discorde détruit la puissance la plus grande».
«A loi, Jugurtha, qui dépasses les deux autres en âge et en sagesse, de veiller à ce que tout aille bien. Car dans tout combat, le plus puissant, même s'il est l'offensé, semble, parce qu'il peut davantage, être l'agresseur. Quant à vous, Adherbal et Hiempsal, respectez et honorez un homme comme lui prenez modèle sur son mérite, et faites ce qu'il faut pour qu'on ne puisse pas dire des fils nés de moi, qu'ils valent moins que mon fils d'adoption.»

XI - Jugurtha comprenait bien que les paroles du roi ne répondaient pas à sa pensée ; il avait lui-même de tout autres desseins ; pourtant, étant donné les circonstances, il fit une réponse aimable. Micipsa mourut quelques jours après. Les jeunes princes lui firent les funérailles magnifiques qu'on fait à un roi ; puis ils se réunirent pour discuter entre eux de toutes les affaires.
Hiempsal, le plus jeune des trois, était d'un naturel farouche et, depuis longtemps, méprisait Jugurtha parce qu'il le jugeait inférieur à lui en raison de la condition de sa mère ; il s'assit à la droite d'Adherbal, afin que Jugurtha ne pût prendre la place du milieu, qui est chez les Numides la place d'honneur. Son frère le pressa de s'incliner devant l'âge ; il consentit, non sans peine, à s'asseoir de l'autre côté.
Ils discutèrent longuement sur l'administration du royaume.
Jugurtha laissa tomber cette idée, entre autres, qu'il conviendrait de supprimer toutes les mesures et décisions prises depuis cinq ans, Micipsa, accablé d'années, ayant dans ce laps de temps montré une grande faiblesse d'esprit. «Très volontiers, répondit Hiempsal, car il y a trois ans que Micipsa t'a adopté pour te permettre d'arriver au trône. Ce mot pénétra dans le cœur de Jugurtha plus profondément qu'on ne peut croire. A partir de ce moment, partagé entre le courroux et la crainte, il médita, combina, imagina les moyens de prendre Hiempsal par ruse. Mais les choses allaient trop lentement à son gré, et son humeur farouche ne s'adoucit pas ; il décida donc d'en finir à n'importe quel prix.

XII - Lors de leur première réunion, que j'ai rappelée tout à l'heure, les jeunes rois ne s'étant pas mis d'accord, avaient décidé de se partager les trésors et de fixer les limites des territoires où chacun serait maître. On arrête le moment de chacune des opérations, en commençant par l'argent.
Les jeunes rois se retirent chacun dans une ville voisine de l'endroit où était le trésor. Hiempsal était allé dans la place de Thirmida, et le hasard lui avait fait choisir la maison du chef licteur de Jugurtha, pour lequel ce prince avait toujours eu une vive affection. Jugurtha veut profiter de ce hasard heureux ; il accable le licteur de promesses, lui conseille de retourner dans sa demeure, sous prétexte de la visiter, et de faire fabriquer de fausses clés, les bonnes étant remises à
Hiempsal ; lui-même, au moment voulu, arriverait sérieusement accompagné.
Le Numide exécute promptement les ordres reçus, et, suivant ses instructions, introduit dans la maison pendant la nuit les soldats de Jugurtha. Ceux-ci font irruption dans l'immeuble, cherchent le roi de tous côtés, massacrent les gardes, les uns endormis, les autres courant à la rescousse, fouillent les cachettes, brisent les portes, répandent partout bruit et désordre, et découvrent enfin Hiempsal caché dans la case d'une esclave, où il s'était réfugié dès le début, tout tremblant dans son ignorance des lieux. Les Numides lui coupent la tête, comme ils en avaient reçu l'ordre et la portent à Jugurtha.

XIII - Le bruit d'un si grand forfait se répand rapidement dans toute l'Afrique. Adherbal et tous les anciens sujets de Micipsa sont frappés d'épouvante. Les Numides se partagent en deux camps : la majorité reste fidèle à Adherbal ; les meilleurs soldats vont de l'autre côté. Jugurtha arme tout ce qu'il peut de troupes, occupe les villes, les unes par la force, les autres avec leur agrément, et se met en mesure de soumettre toute la Numidie. Adherbal envoie des députés à Rome pour faire connaître au Sénat le meurtre de son frère et son infortune, et cependant, confiant dans ses effectifs, se prépare à livrer bataille. Mais quand le combat s’engagea, il fut vaincu, et s'enfuit dans la province romaine, puis de là à Rome.
Jugurtha, une fois ses projets réalisés et toute la Numidie conquise, réfléchit à loisir à son attentat et pensa avec crainte au peuple romain, contre le ressentiment duquel il n'avait d'espoir que dans la cupidité de la noblesse et l'argent dont il disposait. Quelques jours après, il envoie donc à Rome des députés chargés d'or et d'argent ; il leur donne ses instructions : d'abord combler de présents ses amis anciens, puis s'en faire de nouveaux, enfin ne pas hésiter à semer l'argent partout où ce sera possible.

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

November 2017
M T W T F S S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3