Le pilote d’hélico était parmi les passagers

Le village Remadiet-Medjen pleure le capitaine Ramzi Hamdikène

Le village Remadiet-Medjen, situé à deux kilomètres du chef-lieu de commune Oued Nini (soit à 60 km à l’est du chef-lieu de la wilaya d’Oum El-Bouaghi) est, depuis mardi, en deuil.

Ce village pleure un de ses fils, le capitaine Hamdikène Ramzi, pilote d’hélico qui était parmi les passagers de l’avion militaire Hercules C-130 qui s’est écrasé mardi près d’Oum El-Bouaghi. Le défunt était âgé de 30 ans et célibataire. Nous avons effectué hier en fin de matinée une virée au village natal du capitaine Ramzi. La consternation était visible sur tous les visages des voisins, des amis, des proches et d’autres habitants de la mechta Remadiet-Medjen. La maison familiale ne désemplissait pas de monde. Des proches, des amis, des collègues et autres sont venus présenter leurs condoléances et assister la famille Hamdikène en cette pénible circonstance. Entourée de ses deux filles, la mère de Ramzi, A. Hadda, qui arrivait difficilement à se tenir debout dans la cour de la maison, nous lancera en sanglots : “Je n’ai pas vu Ramzi depuis deux mois. Il a toujours souhaité mourir en martyr.” Son cousin Maâmar relaie Khalti Hadda et abonde dans le même sens : “L’on n’a pas vu Ramzi depuis deux mois exactement.” Et d’ajouter : “C’est lui qui s’occupait de sa famille puisque son père est décédé il y a dix ans.” Le chahid Ramzi est l’aîné de deux frères et de deux sœurs. Le grand-père de Ramzi, aâmi Ahmed âgé de 80 ans, qui prenait son mal en patience, ne cessait de répéter : “À Dieu nous appartenons, à Lui nous retournons.” Sa sœur Dounia qui parlait difficilement nous prend à témoin : “Ramzi  avait téléphoné la veille du drame, c'est-à-dire lundi. Il a demandé à notre mère de lui préparer  ses affaires. Nous avons alors compris qu’il n’allait pas tarder à rentrer.” Et de poursuivre : “J’ai su le drame du crash d’un avion militaire venu de Tamanrasset à travers la télévision. J’ai  alors demandé à ma mère. Et ma mère s’est déplacée d’abord à l’hôpital d’Aïn M’lila avant de partir à l’hôpital Ali-Mendjeli à Constantine.” Avant de quitter hier après-midi Remadiet-Medjen, nous avons appris que le corps de Ramzi  a été finalement identifié à l’hôpital militaire.

Il faut rappeler enfin que Ramzi Hamdikène a fait sa formation de pilote à l’École supérieure de l’air de Tafraoui à Oran, après avoir obtenu son bac sciences en 2001. Il s’est spécialisé en pilotage d’hélicoptère. À l’issue de sa formation, il avait été affecté à Tamanrasset.

Liberté

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

February 2018
M T W T F S S
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 1 2 3 4