Le FMI recommande à l’Algérie d’abandonner la politique de subvention des prix

Le FMI suggère à l'Algérie une politique de protection des couches défavorisées basée sur des « transferts ciblés ».

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a publié, hier mardi, ses conclusions sur l’évaluation de la situation économique de l’Algérie. Le  Fonds a notamment recommandé à l’Algérie « la suppression » des subventions des prix, concernant certains produits alimentaires et énergétiques, et d’adopter une politique de protection des couches défavorisées basée sur des « transferts ciblés ».

L’institution de Bretton Woods explique à ce propos que « L’élimination progressive » des subventions couvrant les produits énergétiques « devrait contribuer à contenir la consommation interne de l'énergie et à augmenter le volume des exportations des hydrocarbures ».

Par ailleurs, le FMI a met en garde l’Algérie contre des poussés inflationnistes prévisibles durant l’année en cours : «  L’augmentation des crédits à l’économie et des dépenses en 2014, pourrait relancer les pressions inflationnistes ». En conséquence, la Banque d’Algérie doit « se tenir prêtes à augmenter l’absorption des liquidités et à augmenter si nécessaires le taux d’intérêts des crédits », pour juguler le phénomène de l’inflation qui a frôlé les 10% en 2012 avant de se stabiliser autour de 4% à la fin de l’année écoulée. Le gouvernement algérien doit donc « éviter l’augmentation de ses dépenses »fixées dans la  LF 2014 à plus de 7 656 milliards de dinars.

Plus de transparence

S’agissant de la gestion des finances publiques, le conseil d’administration du FMI recommande au gouvernement algérien de faire preuve « de plus de transparence dans la collecte des recettes d'hydrocarbures » et de « développer un système d'information et de gestion financière intégrée ».

Sur un autre plan, les autorités algériennes sont invitées à  « s’attaquer avec force » au marché de change parallèle considéré par le FMI comme « préjudiciable » à la croissance. Les rédacteurs du document sur l’évaluation de l’économie algérienne ont suggéré en outre, d’augmenter l’allocation touristique en devise destinée aux voyageurs à des niveaux « plus réalistes ».

Pour développer le secteur financier algérien, le FMI propose de « favoriser la concurrence dans le secteur bancaire, d'accélérer le développement des services de crédits, de développer le marché des capitaux et de revoir les mécanismes de garantie ».

El Watan    

 

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

November 2017
M T W T F S S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3