Hommage à Kaci Tizi-Ouzou

Grandiose cérémonie

Hommage à Kaci Tizi-Ouzou
Grandiose cérémonieLa cérémonie de l’hommage rendu à «Kaci Tizi-Ouzou» de son vrai nom Hamid Lourari fut très émouvante et chargée d’émotion.

Elle a été marquée par la présence de Farida Saboundji, amie de longue date de Hamid Lourari et dame au grand cœur loin des rôles de mégères qu’elle incarnait sur le petit écran, de Taleb Rabah, grand nom de la chanson kabyle, et de beaucoup d’autres artistes et comédiens.

Les autorités locales ont également pris part à l’événement, à l’exemple du président de l’assemblée populaire de wilaya, M Haroun Houcine et d’autres élus locaux. Le directeur de la culture de la wilaya, M. El Hadi Ould Ali était également présent et a honoré l’artiste en lui décernant un prix du ministère de la Culture et en lui enfilant un burnous, symbole de grandeur et d’estime. La directrice de l’école des beaux arts d’Azazga a, quant à elle, remis à Kaci Tizi-Ouzou une toile représentant son portrait, superbement réalisé par les élevés de son école. Prenant la parole, le directeur de la culture à déclaré : « C’est pour moi un honneur et un devoir de rendre hommage à ce digne fils de la radio et de la télévision, qui a beaucoup donné de lui-même pour son public, mais pas seulement. Hamid Lourari a fait partie de l’équipe artistique du FLN, c’est un grand nationaliste qui mérite toute notre estime et notre admiration». Vint le tour de Kaci Tizi-Ouzou de s’exprimer. Très ému, il dira : « Que pourrai-je dire! Tout est dit dans mon nom d’artiste… j’aime tellement Tizi-Ouzou que je me suis donné son nom, il me semble que c’est la plus grande et la plus sincère des preuves d’amour. J’aime l’Algérie et les gens qui l’aiment… vive l’Algérie ! ».  Puis, c’était autour de sa grande amie, Farida Saboundji, de monter sur les planches du théâtre régional Kateb Yacine pour dire : « Je suis très heureuse d’être ici. Je tenais absolument à être là, parmi vous, pour rendre hommage à mon grand ami, qui a toujours été un véritable frère pour moi. J’ai commencé ma carrière en 1944, nous évoluions dans les mêmes milieux, du cinéma et du théâtre, mais vous savez, les choses n’ont pas toujours été faciles pour les comédiens algériens, surtout durant la période coloniale, où le fait de faire une tournée relevait du parcours du combattant. Figurez-vous que nous dormions dans les gares ou dans le bus qui nous transportaient d’une ville à une autre, car les français ne louaient pas de chambres d’hôtel aux algériens indigènes ! Nous avons tout supporté car nous avions l’amour du métier, nous l’avions dans le cœur, il coulait dans nos veines… nous vous avons donné le meilleur de nous-mêmes ». Taleb Rabah, grande figure de la chanson kabyle, déclarera à son tour : « On a tous travaillé ensemble et ce fut une inoubliable collaboration. Croyez-moi, si vous connaissiez Hamid comme moi je le connais, vous ne pourriez que l’aimer. Je lui souhaite une longue vie ».  

La Dépêche de kabylie  

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

October 2017
M T W T F S S
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5