Lettre ouverte au Président français François Hollande :


La trahison aux valeurs de la République et du Socialisme

Monsieur Le Président,

Nous avons suivi avec beaucoup d'intérêts et de préoccupations votre décision d'intervenir militairement au Mali et en Azawad et votre discours de Tombouctou, du 2 février dernier, où vous avez fait l'éloge de l'armée coloniale française qui avait obligé des citoyens africains à combattre à vos côtés durant les deux guerres mondiales, mais aussi pour réprimer et asseoir un pouvoir barbare au sein des peuples d'Afrique, de Tamazgha (Afrique du Nord) et d'ailleurs.

Lettre ouverte au Président français François Hollande :
La trahison aux valeurs de la République et du Socialisme

En tant qu'ONG de défense des droits du peuple amazigh, laissez nous vous rappelez qu'au lors des dernières élections présidentielles on s'est mouillés pour faire campagne en faveur de votre candidature afin de barrer la route aux " *berbères de service* " qui faisaient campagne à votre adversaire. Bizarrement, ce sont toujours ces berbères de service qui viennent d'applaudir votre action coloniale au Mali et en Azawad. Nous avons contrecarré la campagne de ces mercenaires, qui collaboraient aussi avec le régime de Kadhafi, parce que Nicolas Sarkozy avait trahi les valeurs de la République en soutenant les islamistes de la nouvelle Libye, en soutenons le pouvoir illégitime malien qui combattait les touarègues " laïques " de l'Azawad. Effectivement, la grande majorité des citoyens français d'origine amazighe se sont penchés en faveur de vous contribuant dans certaine mesure à l'élection de notre " candidat du changement c'est maintenant". Vous aviez réveillé un immense espoir au sein de la communauté amazighe surtout lorsque vous avez choisi comme porte-parole du gouvernement et ministre de la femme une compatriote de ma région natale des Ikal-iyen, Najat Belkacem !

Malheureusement, tout cet espoir de changement et de respect des valeurs de la République vient d'être effacé d'un seul coup lorsque vous avez décidé d'intervenir au Mali et en Azawad, en ressuscitant et en renforçant la politique néo-coloniale de la " Françafrique ", qui contredit catégoriquement vos beaux discours du Sénégal, du sommet de la francophonie et d'Algérie lors de votre dernière visite.

Oui, Monsieur Le Président, en engageant vos armées sur le territoire africain, en violant la souveraineté des Etats indépendants de Mali et de l'Azawad, vous violez les résolutions des Nations Unies dont le médiateur Romano Prodi prêchait pour une solution politique. Mais surtout vous avez trahi les valeurs de la République française : la liberté, la fraternité et l'égalité. Du fait que vous ayez pris partie du côté de la dictature, du côté d'un président illégitime et d'un officier putschiste, en l'occurrence Amadou Haya Sanogo, qui a fomenté le coup d'État du 22 mars 2012 contre le résident Amadou Toumani Touré. Des militaires maliens qui ne perdent pas de temps à nettoyer ethniquement le Sahel de ses populations autochtones, des touaregs, des Maures (des amazighes arabisés que vous traitez maladroitement d'Arabes comme les Sahraouis), des Songhaïs, des Peuls. Oui, Monsieur Le Président, au lieu d'être du côté des " hommes libres ", des citoyens musulmans laïques et démocrates vous avez soutenu ceux qui ne respectent ni la démocratie, ni les droits de l'homme, encore moins les droits des peuples.

Monsieur Le Président,

Vous vous enorgueillez de visiter Toumbouctou,... laissez moi vous dire que cette formidable ville a été depuis des millénaires le centre de gravité d'un formidable peuple qu'est le peuple touareg. La dite ville était le carrefour de leurs commerces, de leurs sciences religieuses, de leurs échanges culturels… Lorsque le dernier des touaregs a voulu couvrir votre arrivée en tant que simple journaliste professionnel, là-bas, (je parle de notre ami Ousmane Ag Mohamed, l'un des représentants de notre ONG, l'Assemblée Mondiale Amazighe), les autorités militaires maliennes que vous avez soutenu aveuglement lui ont signifié de la quitter où d'être fusillé et brûlé comme cela été le cas de ses compatriotes qu'Amnesty International et Human Rights Watch ont dénoncé. Et on vous a reçu à Tombouctou débarrassé de toute présence touareg, comme d'ailleurs ont essayé de faire les djihadistes en brûlant des livres, des traces d'histoire !! A Bamako, vous avez insisté que vous n'avez pas d'intérêts au Mali. Vous voulez tromper qui Monsieur Le Président? Comment se fait il que vous débloquez un budget colossal dans une aventure militaire alors que votre pays en a profondément besoin afin de créer de l'emploi aux jeunes chômeurs et stopper les délocalisations et la fermeture de vos sociétés. Si effectivement la France n'avait pas d'intérêts on aurait dû la voir entrain de traquer les " terroristes djihadistes " en Algérie, en Somalie, au Yémen, en Syrie, en Irak et ailleurs.

N'empêche que ce n'est pas la première fois que votre Etat viole ses valeurs, au lieu d'être du côté des peuples, elle brandit fatalement la fameuse logique de la " realpolitik ", la " raison d'Etat " et à chaque fois que vous trahissez vos principes en tant que socialiste, vous préparez le terrain à l'extrême droite et au fascisme ! Pour cela, remontons un peu dans l'histoire. Ce que vous venez de faire, c'est la même chose qu'avait commis votre mentor François Mitterrand qui soutenait la lutte des peuples contre le colonialisme. Mon professeur suisse Jean Ziegler l'a bien relaté dans l'un de ses livres qui reprend que le " socialiste " Mitterrand, une fois arrivé au sommet du pouvoir, avait fomenté le coup d'Etat contre le révolutionnaire burkinabé Thomas Sankara, en enrôlant son meilleur ami et compagnon de lutte. Il y a un autre exemple, que j'aimerais bien vous rappeler c'est celui de la Guerre du Rif dont on célèbre le cinquantenaire de la disparition de son héros feu Mohamed Abdelkrim Al Khattabi.

Ce que vous venez de faire à Tombouctou c'est répéter en quelque sorte, après 120 ans, une deuxième fois, la colonisation du Grand Sahara, très bien exprimé par notre ami *Hamma Ag Mahmoud,* dans un article publié sur le site web ci-après :

http://www.tamazgha.fr/Il-y-a-exactement-cent-vingt-ans.html

Ainsi, si c'est dans la première colonisation, la France avait utilisé les troupes sénégalaises, et là, c'est le tour à l'armée corrompue et putschiste malienne, formé fondamentalement de bambaras. C'est le même scénario lorsque votre " Empire " a combattu la " République Confédérés des Tribus du Rif " que son Président Mohamed Abdelkrim Al Khattabi avait créée et qui vécu de 1921 à 1927. De 1924 à 1926 la France avait mobilisé une armée plus importante que celle de la IIe Guerre Mondiale, une armée dirigée par plus de 40 généraux dont le maréchal Pétain et plus de 700 000 soldats formés par des tirailleurs sénégalaises, des troupes algériennes et des goumiers marocains, en appui à l'armée espagnole, tout en utilisant des armes chimiques de destruction massive, à base d'ypérite, de chloropicrine et de phosgène sans distinction entre populations civiles ou belligérants.
Ce crime contre l'humanité reste à ce jour impuni. Tout cela aurait pu être évité si les socialistes espagnols et français avaient respectés leurs principes et leurs valeurs qu'ils répétaient dans différents forums ; le principe de la lutte anti-coloniale des peuples d'Afrique et d'Asie était intimement liée à lutte des classes ouvrières d'Europe et d'Occident. Ainsi, lorsque les forces " progressistes ", dont les socialistes, avaient pris le pouvoir lors de la IIe République d'Espagne, en 1931, elles ont refusé d'octroyer l'autonomie politique à la région du Rif, ce qui a facilité en conséquence le recrutement de milliers de rifains dans les rangs des forces nationalistes de Francisco Franco. Une fois qu'ils avançaient sur le territoire ibérique, le gouvernement " socialiste " de Léon Blum avait refusé de libérer Mohamed Abdelkrim Al Khattabi de son exil à l'Ile de la Réunion afin de stopper le dit recrutement massive de jeunes rifains, enrôlés sous l'emprise de la misère, qui allaient combattre dans une guerre qui n'était pas la leur, en trahissant la solidarité des peuples. Les conséquences directes de cette " realpolitik " : l'exode massif des citoyens catalans, dont les parents de votre ministre de l'Intérieur, et des espagnols en France et le déclenchement de la II Guerre Mondiale.

Monsieur Le Président,

La France, dépeinte comme la patrie des droits de l'homme, a ainsi bien malheureusement l'habitude des crimes contre l'humanité, chaque fois que ses intérêts sont en jeu. Les droits des peuples à disposer d'eux-mêmes s'effacent devant les intérêts de vos multinationales et les interventions se font sous couverts du droit, de la liberté, de la démocratie, de la lutte contre le terrorisme...

Les Amazighs, par définition hommes et femmes libres, épris de paix, de liberté et de justice condamnent énergiquement toutes formes de terrorisme et de colonialisme. Le terrorisme salafiste se doit d'être condamné tout comme il faut condamner les terrorismes d'Etats qui n'ont pour motivations que leurs intérêts matériels, financiers, économiques, énergétiques,...

La politique néo-coloniale et coloniale de la France dans toute l'Afrique ne tient pas compte des intérêts des peuples, ne tient pas compte des droits des peuples à l'autodétermination et à l'autonomie, des droits des peuples à disposer de leurs ressources naturelles,...
En définitif, Monsieur le Président, la France qui ne tient pas compte des droits et des intérêts des peuples doit dégager de l'Azawad, dégager de Tamazgha, dégager de l'Afrique et d'ailleurs. L'histoire vous jugera et vous condamnera. Elle vous juge déjà.

A bas le colonialisme, à bas la Françafrique et que vive l'Azawad, le Grand Sahara, Tamazgha et l'Afrique libres.




Rachid RAHA
- Président de la Fondation " Montgomery Hart " des Etudes Amazighs- Granada
- Ex-Président du Congrès Mondial Amazigh - Paris
- Président délégué des Affaires Internationales de l'Assemblée Mondiale Amazighe - Bruxelles

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

November 2017
M T W T F S S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3